MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos

Vendredi 12 Mars : Vendredi noir pour les Bleus

La première journée des Championnats du Monde en salle de Doha n’a pas franchement souri aux Bleus. Renaud Lavillenie et Ladji Doucouré ont déjà quitté la compétition. Le premier n’a pas réussi à se dépêtrer de qualifications très piégeuses. Quant au deuxième, il a été contraint à l’abandon en séries du 60 m haies après une blessure au bout de vingt mètres. Heureusement, Teddy Tamgho au triple saut, Salim Sdiri à la longueur et Mahiedine Mekhissi-Benabbad sur 1500 m sont en finale. Avec de légitimes ambitions.

Tous les plus grands plieurs de gaule sont passés par là, même le tsar Sergei Bubka. Mais l’élimination en qualifications d’un grand championnat, on « se la prend toujours dans la gueule », selon les propres mots de Renaud Lavillenie. Le perchiste clermontois avait les yeux brillants de déception à l’issue de son concours. Avec un meilleur saut à 5,45 m, il n’a pris que la dixième place de qualifications piégeuses et a donc vu s’envoler le billet pour la finale et ce duel tant attendu avec l’Australien Steve Hooker. Ses trois échecs à 5,60 m se ressemblent. A chaque fois, l’élève de Damien Inocencio a heurté la barre en montant. A sa première tentative, il doit patienter plus de vingt minutes avant de pouvoir s’élancer en raison d’un problème matériel au niveau des taquets. Puis une perche trop souple et des problèmes de réglage ont raison de ses ambitions. Le Français vient de vivre sa « première grosse désillusion ». « Presque trop en forme », et malgré des sauts propres, il n’a jamais réussi à résoudre l’impossible équation de ses qualifications.
La frustration de Ladji Doucouré était sans doute encore plus grande quelques heures plus tard. Au cours d’une journée décidément très difficile pour le camp tricolore, le hurdleur n’a même pas pu défendre totalement ses chances en séries du 60 m haies. Après un départ compliqué, il relance la machine et attaque plein fer le deuxième obstacle pour combler son retard sur les hommes de tête. Son ischio-jambier gauche grince alors et, en retombant, le protégé de Renaud Longuèvre ressent une décharge au niveau de toute la jambe gauche. Fin de l’aventure qatarienne au bout de vingt mètres. Il passera demain une imagerie à résonnance magnétique (IRM). Victime d’une lésion à l’ischio et d’une talonnade, il en saura alors plus sur la nature réelle de sa blessure. Egalement touché à l’ischio gauche, Garfield Darien a, lui, passé le cap des séries (qualifié au temps en 7’’86) mais est incertain pour la demi-finale de dimanche. Toujours au rayon infirmerie, Mickaël Hanany, gêné depuis le début de l’hiver par une forte douleur à la cheville, a jeté l’éponge après deux sauts d’échauffement. Et Damiel Dossevi, éliminé en qualifications du saut à la perche avec 5,30 m, est touché au tendon d’Achille.

Tamgho et Sdiri assurent
L’éclaircie est venue pour les Bleus du triple saut et de la longueur, au cours d’une première journée entièrement consacrée aux séries et qualifications. Teddy Tamgho a tout d’abord validé son ticket pour la finale du triple en retombant dès son premier essai à 16,90 m, soit la troisième meilleure performance du concours. Concentré et appliqué, il a seulement été devancé par le Cubain Yoandris Betanzos et le Suédois Christian Olsonn. Salim Sdiri a lui aussi fait le métier avec un deuxième essai à 7,94 m et la cinquième place des qualifications à la longueur sans trop puiser dans ses réserves. Les deux hommes auront un vrai coup à jouer en finale dans des concours très ouverts où le podium semble abordable. Fin de l’aventure en revanche pour Colomba Fofana (15,95 m au triple) et Kafetien Gomis (7,84 m à la longueur).
Du côté du demi-fond, la satisfaction est de mise avec la qualification pour la finale du 1500 m de Mahiedine Mekhissi. Sur une distance qu’il découvrait au niveau international, le Rémois, malgré « des sensations moyennes » s’est bien battu pour aller chercher au temps, en 3’39’’63, sa qualification pour la finale. Moins de réussite pour Abdelkhader Bakhtache, quatrième de sa série en 3’40’’49 mais éliminé. Cinquième de sa course en 4’14’’62, Fanjanteino Felix a elle aussi quitté la compétition chez les femmes. Enfin, Kevin Hautcoeur, plein de culot sur 800 m, a brillamment décroché son billet pour les demi-finales en menant sa série de bout en bout. Une stratégie payante puisqu’il a remporté sa course en 1’50’’61.
Une belle attitude que l’on a aussi retrouvée sur 60 m chez Myriam Soumaré, vainqueur de sa série en 7’’22 avec autorité. Deuxième de sa série en 7’’27, Véronique Mang sera également au départ des demi-finales dimanche. Chez les hommes, Ronald Pognon n’a pas non plus tremblé en prenant la troisième place de sa course en 6’’73, au contraire d’un Teddy Tinmar trop mal parti (5e de sa série en 6’’88). Sur la même distance mais avec des haies, Alice Decaux, malgré de nombreuses fautes, s’est qualifiée pour le tour suivant dans le temps de 8’’14. Ça n’est par contre pas passé pour la jeune Aisseta Diawara, loin de son meilleur niveau en 8’’32 tout comme Virginie Michanol (53’’70) et Nicolas Fillon sur 400 m (48’’28). Dans un Aspire Dome la plupart du temps amorphe, et seulement réveillé par les supporters éthiopiens et chinois, les Bleus ont beaucoup souffert. Il reste deux jours pour relever la tête.

A Doha, Florian Gaudin Winer pour athle.com

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS