MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos

Vendredi 4 Mars : Djimou, c'est fou !

Déjà un titre pour les Bleus ! Antoinette Nana Djimou est devenue ce vendredi championne d’Europe du pentathlon avec 4723 points en battant le record de France (ancien record : 4644 points par Marie Collonvillé), grâce notamment à un 800 m de toute beauté. Avec l’argent de Garfield Darien (7’’56) sur 60 m haies, les Tricolores sont bien lancés. Et Bercy a déjà vibré…

Le 800 m, Antoinette Nana Djimou Ida déteste. Encore aujourd’hui, elle avait les jambes qui tremblaient avant le départ de la seule course de demi-fond au programme des combinardes. La crainte de la souffrance, de la douleur qui va grimper dans les muscles au fil des secondes. Et pourtant, c’est sur cette distance que la Montreuilloise est allée chercher sa première médaille d’or au niveau international, après sa troisième place à Turin il y a deux ans. Devant le public incandescent de Bercy, qui l’a littéralement portée jusqu’à la ligne d’arrivée. Là où tout s’est joué à un souffle. Là où dix-sept petits points l’ont menée sur le toit de l’Europe. A l’entame des quatre tours de piste, Antoinette compte quatre-vingt trois points de retard sur la leader, la Lituanienne Austra Skujyte. Un gouffre. Mais ses cent derniers mètres de folie vont lui offrir le titre. Skujyte explose (2'26''54) et la Française s’envole (2'18''99). Avec 4723 points, nouveau record de France, elle est championne d’Europe et peut pleurer de bonheur, allongée sur la piste bleue du POPB. Après Barras à Barcelone, les « combinées » se sont trouvées une nouvelle reine. Elle a construit sa victoire grâce à une journée très solide, marquée notamment par un record personnel égalé sur 60 m haies (8’’11) et la meilleure performance de sa carrière au poids (14,81 m).
Bercy chavire et s’enflamme. Surtout que, quelques minutes plus tard, les Bleus s’offrent un nouveau podium. Sur les haies hautes, on attendait Dimitri Bascou, impérial depuis le début de la saison. Mais comme à Barcelone, c’est Garfield Darien qui s’est paré d’argent en 7’’56. Derrière l’intouchable Tchèque Petr Svoboda (7’’49), le Chambérien est allé chercher à l’arrachée la deuxième place. C’est un homme de finale, un vrai. Toujours là le jour J, quand un cassé rageur peut faire gagner les quelques centièmes qui font la différence. Déception, en revanche, pour Bascou,  sixième en 7’’64 après un départ complètement raté. Le troisième Français en finale, Samuel Coco-Viloin (8’’08), a terminé huitième.

Un record pour Bucki
Avec deux médailles à l’issue de cette première journée, les Bleus sont lancés sur de très bonnes bases. Sandra Gomis sur 60 m haies et surtout Gaëtan Bucki au poids auraient même pu garnir un peu plus l’escarcelle tricolore. Mais la hurdleuse a dû se contenter de la huitième place du 60 m haies en 8’’11, après avoir égalé son record personnel en demi-finale en 8’’00 (disqualification d'Alice Decaux au même stade après une chute). Quant au colosse d’Artois Athlétisme, il n’a pas démérité en finale du poids, en expédiant son engin à 20,07 m avec une septième place à la clé. Mais ses 20,39 m en qualifications ce matin, à seulement trois centimètres du record de France en salle d’Yves Niaré, avaient laissé espérer mieux.
Une bonne nuit de sommeil et, demain, les leaders de l’athlétisme français tenteront d’emboiter le pas à Antoinette Nana Djimou Ida. Aujourd’hui, ils ont tenu leur rang. A commencer par Teddy Tamgho. Le camarade de club de la pentathlète n’a pas tremblé à l’heure de se lancer dans un doublé longueur-triple aussi excitant que risqué. Premier des qualifications à la longueur (7,97 m) et au triple saut (17,06 m), il n’a pas trop puisé dans ses réserves. Pas de problème non plus pour Renaud Lavillenie, auteur d’un sans-faute à la perche avec une barre franchie à 5,60 m. Ni pour Leslie Djhone sur 400 m qui, malgré une petite friction au rabattage avec le Britannique Nigel Levine, a survolé sa demi-finale en 46’’26.

Rapinier pour un doublé
Derrière ces candidats déclarés au titre, les outsiders ont aussi assuré. On retiendra en particulier les 17,04 m au deuxième essai du triple sauteur Yoann Rapinier. Pour sa première compétition internationale chez les seniors, le Franconvillois ne s’est pas laissé impressionner. Deuxième des qualifications derrière Tamgho, il aura un beau coup à jouer dimanche, en finale. De là à rêver d’un doublé tricolore… Les sauteurs Jérôme Clavier (5,65 m) et Kafetien Gomis (7,91 m) sont aussi d’ores et déjà dans le top 8, tout comme la lanceuse de poids Jessica Cérival (17,26 m). Sur 400 m, Yoann Decimus, lui, sera à coup sûr dans les six premiers. Il a pris la troisième place de sa demi-finale en 46’’98. C’est en revanche terminé pour Ansoumane Fofana (6e en 48’’19). Du côté des séries, c’est passé pour Linda Marguet (2e en 2’02’’21) et Hamid Oualich (2e en 1’51’’13) sur 800 m. Florian Carvalho (2e en 8’00’’90) et Yohan Durand (1er en 8’01’’24) sur 3000 m ont également fait le métier.
Le bémol du jour : l’élimination de Salim Sdiri (7,88 m) à la longueur, qui nourrissait de grands espoirs dans une salle qui lui avait bien réussi l’an dernier, lors des championnats de France. Fanjanteino Felix sur 1500 m (3e en 4’13’’26) est également passée à la trappe, tout comme Haoua Kessely (14e avec 13,82 m) et Karl Taillepierre au triple saut (9e avec 16,62 m), Nour-Eddine Gezzar (8’10’’69) sur 3000 m et Damiel Dossevi à la perche (11e avec 5,55 m). Pas de quoi entamer le moral des Bleus. Car le week-end s’annonce palpitant…

A Bercy, Florian Gaudin-Winer pour athle.com

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS