MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos

Dimanche 28 août : "Ils ont dit"

Romain Barras, 11e du décathlon avec 8134 points : « Le disque m’a tué mon décathlon et mon moral. Les dernières séances étaient pourtant bonnes avec des jets entre quarante-quatre et quarante-six mètres. Si j’avais fait cela, ça aurait un peu changé la donne. C’est un décathlon à ne pas oublier. Il faut, au contraire, s’en servir comme une première marche vers les Jeux olympiques de Londres. Ce qui m’énerve, c’est que la quatrième place était vraiment abordable. »

Christophe Lemaitre, 4e du 100 m en 10’’19 : « Mon sentiment est bien mitigé. Techniquement, je n’ai pas été bon. La finale a été bizarre. Ca n’est pas allé du tout vite. Ca a été très surprenant avec la disqualification de Bolt. J’ai essayé de rester dans ma course, en me disant que la médaille était loin d’être gagnée pour autant. Je n’ai pas du tout fait ce que je voulais. En fin de compte, je n’étais pas du tout concentré. J’étais à des années-lumière de la course. J’aurais voulu au moins réaliser un beau 100 mètres. J’ai l’impression de ne pas m’être donné à fond. Il va falloir éviter de gamberger pour réattaquer avec le 200 mètres. C’est la course lors de laquelle je suis le plus fort mentalement, parce qu’elle me fait flipper ! »

Jimmy Vicaut, 6e du 100 m en 10’’27 : « Je suis junior et je suis en finale mondiale. C’est top ! Je suis très heureux. Quand j’ai vu que Bolt était disqualifié, j’étais malheureux pour lui. S’entraîner toute l’année pour en arriver là… Je n’ai pas pris de risques sur le deuxième départ. J’ai fait une bonne poussée puis je me suis relevé. Mais quand j’ai vu que j’étais derrière, j’ai commencé à me crisper. Je suis quand même sixième. On est encore jeunes, on a tout à apprendre. Je vois maintenant que je suis moi aussi un grand. J’ai appris le haut niveau. Avec Christophe, on ne va pas faire la fête. La fête, c’est quand on a une médaille. Pour le relais, il faudra avoir faim car on a une chance de podium. »

Myriam Soumaré, vainqueur de sa série en 11’’12, qualifiée : « J’avais prévenu que j’allais envoyer et que je ne réfléchirais pas, en donnant tout du début à la fin. Je ne veux pas avoir de regrets. Même si mon temps n’est pas homologué, c’est un bon chrono à refaire. J’étais impatiente de courir. Ca fait quand même une semaine qu’on est là. J’ai pris des risques, je suis partie comme une fusée. Je me suis sentie super bien et légère. Je n’ai pas non plus eu l’impression de forcer. C’est rassurant pour la suite. »

Véronique Mang, deuxième de sa série en 11’’20, qualifiée : « Un rappel après un faux-départ, ça n’est pas la première fois que ça m’arrive. J’ai senti que ça bougeait dans les starting-blocks. Ce sont quand même des Championnats du Monde ! Dans ces moments-là, il faut se reconcentrer tout de suite. Je suis restée très sereine. Je ne suis pas quelqu’un qui anticipe sur les départs. La piste est très rapide. Je me suis vraiment amusée en étant relâchée. Il faudra aller plus vite que ça demain. J’ai hâte d’y être. »

Dimitri Bascou, 4ème de sa série en 13"51, qualifié : « C’est plutôt satisfaisant vu mon état de forme. 13’’51 comme ça, c’est rassurant. Je pense que ça ira mieux demain. J’avais un peu peur de faire des fautes ce matin donc j’ai levé le pied sur la fin quand j’ai vu que j’étais dans le paquet. J’ai tout joué sur le cassé et, finalement, c’est moi qui ai gratté un centième à l’Anglais. Tout le monde a essayé de montrer qu’il était en forme aujourd’hui. Il faudra lâcher les chevaux en demi-finale. »

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS