MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos

<
Réactions du Lundi 12 Août

Renaud Lavillenie, vice-champion du monde du saut à la perche avec 5,89 m :
« Je n’ai jamais trouvé mon saut et mes sensations. J’ai fait des erreurs de marque, ce qui n’est pas dans mes habitudes. Je partais au couloir trois car la piste d’élan n’était pas assez longue. Ce n’est pas normal dans un stade cette envergure. Aujourd’hui, il a fallu que je me sorte les doigts du cul pour trouver quelque chose. J’ai été désabusé, désemparé pendant le concours. Je suis content de m’être battu et d’être allé chercher cette médaille. Quand je vois la physionomie du truc, j’aurais aussi pu repartir sans rien. C’est tout de même une nouvelle médaille internationale. J’ai encore le temps pour le titre. Je prendrai ma revanche dans deux ans. »

Valentin Lavillenie, non classé en finale du saut à la perche :
« Il n’y a rien à retenir de mon concours. Le pire, c’est que je n’étais pas nerveux. C’est une grosse déception. Pourtant, j’étais prêt. Je suis vraiment très affecté. 5,50 m, c’était haut pour un début de concours pour moi. »


Thomas Martinot-Lagarde, 7e de la finale du 100 m haies en 13’’42 :
« Il y avait la possibilité de faire de très belles choses en finale. Mais les haies ne sont pas une science exacte. J’ai fait tomber quelques haies, commis des erreurs. J’ai été un peu touché par le Russe et j’ai eu un début de crampe. Je ne suis pas pour autant déçu. Personne ne m’attendait en finale. Je termine septième, j’en ai laissé plein d’autres derrière. Je ne me suis pas laissé dépasser par l’ampleur de l’événement. Ces Mondiaux, c’était une belle école. Je vais continuer à bosser avec Rio en ligne de mire. »

Antoinette Nana Djimou, 7e de l’heptathlon avec 3733 points après quatre épreuves :
« La journée a été plutôt satisfaisante. Mais je me suis fait un tout petit peu peur à la hauteur et je suis un peu déçue par mon 200 m. Je ne m’inquiète pas trop. La longueur va être l’épreuve décisive. J’ai faim ! Mélina m’a donné envie de goûter à la médaille. Demain, il faudra que je sois folle ! Je dois être moins douce qu’aujourd’hui. »

Myriam Soumaré, 5e de sa demi-finale du 100 m en 11’’31, éliminée :
« J’ai surtout des regrets par rapport au chrono. J’aurais préféré terminer dernière avec une meilleure performance. Pour aller en finale, il aurait de toute façon fallu que je batte mon record personnel. Il ne reste plus que deux jours avant le 200 m, ça ira. Apparemment, j’ai pris un super départ. Je pense que ça a commencé à buguer pendant la transition, dès qu’il a fallu commencer à courir. Au moins, sur 200 m, il n’y a pas toute cette technique. Je cours et c’est tout. Heureusement qu’il y a le demi-tour de piste. Je n’aurais pas voulu repartir comme ça. »

Phara Anacharsis, 6e de sa série du 400 m haies en 56’’73, éliminée :
« Encore une fois, j’ai mal couru. Je fais mille fois mieux à l’entraînement alors que je suis une compétitrice. Je ne comprends pas. Je fais beaucoup de fautes sur les haies et je perds du temps. Je stoppe puis je relance. Après le huitième obstacle, je me suis arrêtée complètement. Je n’ai pas d’excuse ! Ce n’est pas une année facile… »

Mahiedine Mekhissi-Benabbad, 1er de sa série du 3000m steeple en 8’15’’43, qualifié :
« Quand on nous voit, on a l’impression que c’est facile. Mais ça ne l’est jamais, même pour moi. Je n’aime pas courir tôt le matin. Mais on a eu la chance d’avoir une bonne météo aujourd’hui, il faisait bon. Le but était de ne pas se faire piéger. J’ai maitrisé mes adversaires en essayant de gérer mon effort. On croise les doigts pour jeudi. »

Nouredine Smail, 3e de sa série du 3000m steeple en 8’24’’05, qualifié :
« Ca s’est vraiment joué à rien. J’ai failli tomber deux fois pendant la course. Je me suis accroché même si je n’avais pas de très bonnes sensations ce matin. Je me sentais lourd. Le mode de qualification était difficile. Il ne fallait pas prendre de risques. Sur la dernière barrière, je ne suis pas loin de la chute à cause de la fatigue, des sensations, d’un peu tout en fait. Mais j’arrive à bien me réceptionner. Ca prouve que j’en avais encore un peu dans les jambes. »

Yoann Kowal, 3e de sa série du 3000m steeple en 8'23"74, qualifié :
« J’avais été le premier non-pris en finale du 1500 m à Daegu et à Londres. Ca m’a un peu trotté dans la tête avant cette série. C’est pour cela que j’ai peut-être un peu trop exprimé ma joie à la fin de la course. J’ai préféré assurer la troisième place sans trop me montrer. J’en ai gardé un peu sous le pied. En finale, on aura chacun nos ambitions. Trois Français dans les huit, ça ne sera pas facile mais nous avons de bonnes cartes en main. »

Yoann Decimus, 7e de sa série du 400m haies en 50’’21, éliminé :
« Je savais que les séries seraient très homogènes. Ca s’est confirmé sur la piste. Je suis bien rentré dedans sur les trois-quatre premières haies mais je ne suis pas resté lucide. Je n’ai pas respecté mon schéma de course avec une belle faute sur le sixième obstacle. Derrière, ça a été dur de se relancer. Pour prétendre à quelque chose d’intéressant, il fallait courir en moins de 50’’. Mon chrono n’est vraiment pas top. Je suis logiquement très déçu mais je vais continuer à bosser pour les Jeux de la Francophonie »

Mickael François, 4e de sa série du 400m haies en 50’’02, qualifié :
« Je ressens du soulagement ! Pour ma première compétition dans le grand bain, il fallait rester concentré. Ma course n’a pas été parfaite mais le principal, c’est la qualification. Au niveau de mon schéma, ça n’a pas été vraiment ça. Je devais être en treize foulées jusqu’à la cinq puis en quatorze jusqu’à la neuf. Franchement, je ne sais même pas ce que j’ai fait, au final. Dès qu’on rate une haie, en l’occurrence la première pour moi, il faut rester d’autant plus vigilant. Heureusement, j’ai l’avantage de pouvoir m’adapter car je maitrise les passages des deux jambes. »

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS