MON ACCÈS
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Trouver un club près de chez vous
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Au nom du collectif

L’équipe de France a égalé à domicile son record de médailles aux championnats d’Europe, en montant sur six podiums. En dehors de la superbe deuxième place de Fabien Palcau chez les juniors, les Bleus ont décroché l’ensemble de leurs récompenses par équipes, avec en apothéose l’or pour les juniors. Les deux collectifs seniors, tous les deux en argent, ont tenu leur rang et ne peuvent pas nourrir de gros regrets. Irréprochables au niveau de l’état d’esprit, ils sont tombés sur plus forts qu’eux sur l'hippodrome de Hyères, malgré le soutien de plusieurs milliers de spectateurs.

Le Temps Fort

Juniors garçons : La patience récompensée de Fabien Palcau and co

Ils attendaient cette victoire avec tant d’impatience qu’ils ont porté leur main sur le cœur bien avant que ne retentissent les premières notes de la Marseillaise. Fabien Palcau et ses camarades, champions d’Europe juniors de cross-country, ont pris le temps de savourer un titre acquis de haute lutte dans les champs de l’hippodrome d’Hyères. Rusés, les troupes de Pascal Machat avaient bien préparé leur affaire. « Nous voulions rester tranquilles en début de course, pour ne pas subir les à-coups », résume Mohamed-Amine El Bouajaji. « On savait que si tout le monde faisait son taf, on pouvait entendre la Marseillaise », ajoute Jimmy Gressier.
Les Bleus ont donc laissé le Suisse Julien Wanders s’épuiser en début de partie, et sont sortis du bois lorsque le champion d’Europe en titre, Yemaneberhan Crippa, a placé son attaque victorieuse. Avec trois coureurs dans les sept premiers (Fabien Palcau 2e, Jimmy Gressier 4e et Mohamed-Amine El Bouajaji 7e), et Maxime Hueber Moosbrugger quatorzième, les Français ont devancé les redoutables Italiens de deux petits points seulement. « On s’est battus pour gratter toutes les places possibles, même si on avait mal. Avec les encouragements du public, c’était une grosse motivation », résume El Bouajaji.
Fabien Palcau a parfaitement tiré son épingle du jeu, en reprenant un par un les concurrents un peu trop ambitieux dans la deuxième partie de la course. Dans la dernière pinède, où les organisateurs avaient aménagé un passage de rondins de bois et une butte pour corser l’affaire, le Dijonnais a allongé sa foulée pour aller chercher sa place sur la boîte devant l’Espagnol Lahoufi. « Quand j’ai vu qu’il ne restait plus que Crippa devant moi dans le dernier tour, j’ai compris qu’il fallait tout donner. Dans les trois cents derniers mètres, j’étais tellement concentré que je n’entendais plus rien autour de moi, mais avant cela, à chaque virage, j’entendais les gens crier ‘’Allez Palcau’’ ou ‘’Allez la France’’, c’était magique ! »

Les Médailles

Seniors femmes : Une deuxième place au courage

« On attendait l’aval des deux anciennes pour savoir si on pouvait se contenter de l’argent. » Clémence Calvin affiche un sourire malicieux, en observant du coin de l’œil Christine Bardelle et Christelle Daunay. Septième en individuel sur l’hippodrome de Hyères, après une course au courage derrière le groupe de tête, la vice-championne d’Europe du 10 000 m a décroché la médaille d’argent avec ses coéquipières de l’équipe de France. Bardelle et Daunay opinent du chef : « L’argent, on le prend ! ». Car cette deuxième place a le parfum de la mission accomplie. Il faut dire que les Britanniques, avec trois athlètes dans le top 10 (Avery deuxième, Twell sixième et Steel huitième) à l'arrivée derrière la vainqueur hollandaise Sifan Hassan, étaient au-dessus du lot. Quelques minutes plus tôt, au moment du départ, une Marseillaise avait résonné en hommage aux victimes des attentats de Paris, survenus il y a mois jour pour jour. Les athlètes français arboraient d'ailleurs un insigne sur leur maillot bleu, en mémoire de ces dernières. 
Derrière Calvin, Christelle Daunay (18e) et Liv Westphal (20e) ont rempli leur contrat, pendant que Christine Bardelle (33e) venait compléter l’équipe. Aurore Guérin (40e) et Sophie Duarte (49e) ont, elles, beaucoup souffert. La dernière nommée, championne d’Europe en 2013, a vécu un véritable calvaire mais a tenu à aller jusqu’au bout. « Je me suis accrochée malgré la souffrance, glisse entre deux sanglots l’ex-steepleuse. Je suis désolée. » Clémence Calvin, une de ses grandes rivales au niveau national, « salue le courage » de son aînée, pendant que l’espoir Liv Westphal, surclassée chez les seniors, profite de chaque instant : « Je n’ai jamais autant pensé à l’équipe  à chaque seconde de la course et j’ai beaucoup appris pour les années futures », confie l’étudiante aux Etats-Unis. Dix-neuf ans la séparent de Christelle Daunay, la championne d’Europe du marathon. Mais l’état d’esprit est le même.

Seniors hommes : Enfin récompensés !

Après trois années à regarder la remise des récompenses depuis le pied du podium, l’équipe de France seniors hommes s’est invitée à la fête, en réalisant un très joli tir groupé pour prendre la deuxième place du classement collectif. Avec trente-cinq points, ils auraient pu espérer monter sur la plus haute marche, s’ils n’étaient pas tombés sur un collectif espagnol en état de grâce (2e, 3e, 4e, 5e, 7e). « On a tous fait le boulot, on n'a rien à se reprocher. Mais les Espagnols étaient trop costauds, quand je regardais devant moi, je voyais du rouge et du jaune partout », synthétise Timothée Bommier, douzième à l’arrivée.
Morhad Amdouni, finalement neuvième, et surtout Florian Carvalho, sixième, ont pourtant essayé de s’accrocher comme ils pouvaient au Turc Ali Kaya et à l’Ibérique Alemayehu Bezabeh, mais les deux coureurs des hauts plateaux étaient, comme à Samokov en 2014, intouchables. « Avec Morhad, on a tenté de les suivre pour jouer le podium en individuel, en se mettant en danger dès le premier tour, mais on n’a pas de regrets à avoir, car si on ne tente pas ça en France, on ne le fera jamais », rappelle Florian Carvalho.
Yohan Durand, bonne surprise du jour, s’est glissé à la huitième place, et Romain Collenot-Spriet, invité de dernière minute, à la dix-huitième, pour compléter le tableau. « On aurait aimé faire mieux, bien évidemment, mais même avec une médaille d’argent autour du coup, c’est une équipe en or », clame Morhad Amdouni. « Après avoir terminé trois fois à la quatrième place, on va vraiment apprécier cette médaille », savoure Timothée Bommier. Le Bordelais Yohan Durand, qui avait promis une bonne bouteille en cas de médaille, était, dès la descente du podium, à la recherche d’un tire-bouchon.

Espoirs femmes : L’argent de la solidarité

Elles se sont mises en cercle spontanément autour de Jacqueline Gandar, la prenant dans leurs bras pour la consoler. La capitaine des espoirs filles avait les yeux rouges et le visage marqué, après une course terminée à l’agonie et à la trente-septième place, loin de ses ambitions. Un résultat qui n’a pas empêché les Bleues de décrocher la médaille d’argent par équipes, dans une course dominée par la Belge Louise Carton. Leur premier podium dans cette catégorie depuis sept ans et les championnats d’Europe de Dublin.
Emmenées par une brillante Emma Oudiou (8e), « auteur de la course de (s)a vie » sur un parcours qui lui convenait parfaitement, les Françaises ont réalisé un joli tour groupé autour de la vingtième place avec Maeva Danois (19e), Marie Bouchard (20e) et Cécile Jarousseau (24e), sans oublier Johanna Geyer-Carles (29e). « Ça a été un travail d’équipe de bout en bout, savoure Danois. Il y avait une grosse émulation entre nous. On ne pouvait pas se parler mais on s’encourageait du regard. » Les Françaises, avec soixante-et-onze points, ont dû laisser la victoire à des Britanniques intouchables (41 pts), sacrée par équipes pour la neuvième fois en dix éditions dans la catégorie. Mais pas de quoi gâcher leur bonheur, décuplé car partagé.

Espoirs hommes : les Bleus renouent avec le podium

A Samokov, les espoirs masculins avaient manqué le podium de peu, après six ans de présence continue sur la boîte aux championnats d’Europe de cross. L’anomalie a pris fin ce dimanche dans le Var, puisque les Tricolores ont pris la troisième place collective derrière l’Espagne et le Royaume-Uni, qui se sont livrés un splendide mano a mano, qui a vu la victoire du Gallois Jonathan Davies, devant Carlos Mayo, sacré chez les juniors l’an passé. « Tout le monde a fait une belle course, bien mieux que l’an passé. C’est un honneur de monter sur le podium devant notre public », relève Alexandre Saddedine. « On était chez nous, et il fallait montrer ce dont on était capables », lance Djilali Bedrani.
Les Français ont tenté de jouer les premiers rôles, notamment dans la première boucle, qui a vu les meilleurs s’observer avant la grande explication. Alexandre Saddedine et Djilali Bedrani ont ainsi entrevu la possibilité d’un podium individuel. Le premier n’a pas tenu le rythme lorsque Mayo a décanté les choses, mais le Toulousain a cru jusqu’au bout à une issue plus heureuse. « Je n’avais pas assez de force quand les deux premiers sont partis. Je me suis battu jusqu’au bout, mais c’était un peu trop tard », soufflait-il à l’arrivée, crédité d’une cinquième place. Saddedine s’est finalement classé quatorzième, trois rangs devant François Barrer, et neuf devant Félix Bour. Emmanuel Roudolff-Levisse, trente-sixième, et Alexis Miellet, quarante-neuvième, ont également partagé le bonheur de la breloque.

Le Chiffre

6

Avec six breloques (1 en or, 4 en argent, 1 en bronze) dans son escarcelle, le clan français a égalé son meilleur total, qui datait de 2008 à Bruxelles. Les Bleus ont montré qu’ils avaient des jambes à la hauteur de leurs ambitions à domicile. Ils terminent à la quatrième place au tableau des médailles, derrière l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Les Déclas

Ghani Yalouz : « L’opposition a été de très haut niveau mais nos coureurs ont fait preuve d’un superbe état d’esprit collectif. Ils ont montré un bel engagement. Six médailles à la maison, c’est quelque chose d’exceptionnel. Je suis heureux pour les athlètes ! »

Bernard Amsalem : « Je suis très satisfait de l’organisation qui a été de grande qualité, grâce à l’équipe fédérale, au comité d’organisation local et à l’ensemble des bénévoles de la région. Près de sept mille personnes étaient présentes sur le site aujourd’hui. On dit que le cross est en difficulté mais ce n’est pas le cas en France, où il est bien vivant. »

Retrouvez les réactions des athlètes français en cliquant ici

Le Coup Dur

Juniors filles : Submergées par la pression

L’an dernier, les juniors filles avaient sauvé l’honneur des Bleus à Samokov, en décrochant l’unique médaille de l’équipe de France lors des championnats d’Europe. Cette année, en terminant au pied du podium, elles sont la seule équipe tricolore à ne pas être montée sur le podium à Hyères. Dur à avaler pour ce collectif talentueux, savant attelage de triathlètes et de spécialistes des labours. C’est sans doute avant le départ de la course que les Bleues ont perdu leur médaille, en gaspillant beaucoup d’influx nerveux. « On était toutes très contractées, raconte Cassandre Beaugrand, quatorzième à l’arrivée. Il y avait beaucoup de stress. On voulait trop bien faire à la maison. » Cécile Lejeune, qui a terminé une place devant Cassandre, a, elle réussi à s’appuyer sur le soutien du public : « Entendre parler français, ça porte et ça donne des ailes. » Entre motivation et pression, l’équilibre est souvent fragile. Les juniors tricolores, qu’on reverra sans doute en équipe de France ces prochaines années, l’ont appris à leurs dépens aujourd’hui.

A Hyères, Florian Gaudin-Winer et Etienne Nappey pour athle.fr

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS