MON ACCÈS
Les bonnes habitudes de PML

Pascal Martinot-Lagarde a décroché la première médaille française des championnats d’Europe de Belgrade en prenant la deuxième place du 60 m haies en 7’’52. Axel Chapelle a également brillé à la perche, en portant son record personnel à 5,80 m, tout comme Jessica Cerival, huitième au poids et qui a déjà validé son billet pour les championnats du monde de Londres en août.

La Médaille

Martinot-Lagarde débloque le compteur

Pascal Martinot-Lagarde a pris l’habitude hivernale de conclure tous ses championnats sur un podium international. Le cru 2017 n’a pas dérogé à la règle, avec une sixième médaille consécutive sur 60 m haies. Deuxième, en 7’’52, derrière le très solide Anglais Andy Pozzi (7’’51), le jeune papa a tenu bon malgré quelques alertes de son ischio gauche ces dernières semaines. « Je me suis battu avec les armes que j’avais. Je ne savais vraiment pas au moment du coup de feu si je pourrais aller jusqu’à la ligne d’arrivée. A un centième près, j’étais à nouveau champion d’Europe. Dans ce contexte de peur de la blessure, je pense que c’est une victoire, et il ne faut retenir que le positif, même si j’étais évidemment venu pour gagner. Habituellement, les deuxièmes et les quatrièmes sont rarement satisfaits, mais aujourd’hui, c’est un gros kiff pour moi ! », savourait le hurdler de l’ES Montgeron. Sourire aux lèvres, il a même fini par accepter qu’il était, sans vraiment le vouloir, un spécialiste de la course en salle. « Je vais devoir me l’avouer, même si mon cœur est dans le 110 m haies, je deviens un spécialiste de la salle. Mais dans tous les cas, quand on porte le maillot bleu, on a envie de l’emmener loin. »

Deux autres hurdlers vêtus de bleu blanc rouge ont pris place dans le top 5 de la discipline ce vendredi soir dans la Kombank Arena. Ne goûtant guère les pistes en bois à fort rebond, Garfield Darien a pris la quatrième place en 7’’54, un centième derrière le Tchèque Petr Svoboda, auteur de sa meilleure perf de la saison. Malgré un excellent départ, Aurel Manga a moins maitrisé la suite des évènements et pris la cinquième place en 7’’58.

La Perf'

Raffin frappe fort

Benjamin de l’équipe de France, Melvin Raffin a montré qu’il n’avait pas peur de prendre ses responsabilités. A dix-huit ans, l’élève de Teddy Tamgho était arrivé sans grands repères en Serbie, puisqu’il n’avait plus réalisé un concours complet depuis près d’un mois. Le triple sauteur de Savigny Sénart Athlétisme a remis les pendules à l’heure dès sa première tentative, lors de laquelle il s’est envolé à 17,20 m. Ni plus ni moins que le nouveau record du monde juniors en salle, avec un centimètre de plus que l’Allemand de l’Est Volker Mai en 1985. Deuxième des qualifications derrière l’Allemand Max Hess, auteur d’un spectaculaire bond à 17,52 m, il a donné rendez-vous pour la finale de dimanche, où il retrouvera son compatriote Jean-Marc Pontvianne (16,93 m), mais pas Kevin Luron (16,51 m). « Ce record du monde, il y a longtemps que je le voulais ! Je suis un peu surpris de le faire aujourd’hui, mais je m’attendais à une telle performance. Je me sentais très bien. Tout avait été planifié avec mon entraîneur. Maintenant, il faut rester focus sur la compétition. Dimanche, on va faire les choses bien ! »

Le Temps Fort

Chapelle rentre dans le jeu

Lui aussi faisait partie des interrogations au moment de démarrer ses premiers championnats d’Europe chez les seniors. Mais pour Axel Chapelle, n’avoir fait qu’une seule séance de perche à l’entraînement en février en raison de gênes musculaires n’était pas un handicap. « Cela m’a permis de faire le plein de jus et de fraîcheur. Je ne m’attendais pas à franchir toutes ces barres au premier essai, mais je m’attendais à envoyer beaucoup d’énergie et à sauter haut. » En domptant 5,70 m, puis 5,75 m et 5,80 m au premier essai, le champion du monde juniors a fait sérieusement trembler Piotr Lisek and co, plus habitués que lui aux fins de concours à suspens.

« Battre son record de dix centimètres en finale d’un championnat, c’est super. Mais je suis tombé sur un concours très relevé, et je termine sixième. Dans bien d’autres concours, j’aurais terminé sur la boîte, mais pas aujourd’hui, ça me donne encore plus la dalle pour le prochain concours », relevait-il, avec une pointe de déception, et l’appétit affirmé du garçon de caractère qu’il est. Une qualité qui l’a propulsé directement dans le cercle de ceux qui jouent les médailles internationales. Il pourrait bien avoir une nouvelle occasion l’été prochain à Londres, puisqu’il a d’ores et déjà réalisé le niveau de performance requis pour les Mondiaux. Le Polonais Piotr Lisek, nouveau champion d’Europe avec 5,85 m, et ses dauphins Kostas Filippidis et Pawel Wojciechowski, ont appris ce vendredi qu’il faudrait à présent compter sur lui.
Kevin Menaldo
et Stanley Joseph n’ont pas réussi à accompagner Chapelle vers les sommets, se contentant de 5,60 m dans un concours où pas moins de sept perchistes ont franchi 5,75 m ou plus.

Les Promesses

Floria Gueï résiste aux montagnes russes

La journée de Floria Gueï a connu moult rebondissements, avec une série remportée en 53’’24, puis une disqualification en raison d’une bousculade avec la Tchèque Rosolova et la Danoise Petersen, avant une requalification pour les demi-finales. Heureusement pour la Lyonnaise, l’histoire s’est conclue par un happy end, en forme de victoire en demi-finales en 52’’20, soit le deuxième meilleur chrono des demi-finales, juste derrière la Suissesse Léa Sprunger. De quoi envisager la finale de samedi avec optimisme.
Sofiane Selmouni a, lui aussi, assuré sa place pour la grande explication sur le 1500 m, en résistant au finish de l'Allemand Marius Probst dans une série très tactique, bouclée à la deuxième place en 3’47’’71.

Le Chiffre

8

Voilà huit ans qu’une lanceuse de poids française n’a plus disputé les championnats du monde en plein air. Jessica Cérival et Laurence Manfredi étaient ensemble à Berlin en 2009. Depuis, plus rien. La première nommée devrait mettre fin à cette longue attente lors de la prochaine édition disputée à Londres en août prochain, puisqu’en réalisant 17,76 m lors des qualifications, elle a réalisé le niveau de performance requis. Elle y a sans doute laissé des plumes et la finale du soir n’a pas été du même acabit (8e avec 16,84 m). « Je suis heureuse, rayonnait-elle dans les travées du stade. A 35 ans, j’ai prouvé que l’âge ne veut rien dire, et que j’ai encore de belles choses à faire. Et puis, je vais avoir le temps de bien me préparer pour cette occasion. Je vais aussi dire à ma maman de déjà réserver ses places, parce que les autres années, je n’étais jamais sûre d’y être. »

L'oeil du président

André Giraud

« La jeune génération a tenu son rang. Le meilleur exemple en est le record mondial de Melvin Raffin au triple saut et le concours d’Axel Chapelle à la perche. Ces deux performances traduisent la relève qui est prête à prendre les devants. On retiendra également Laura Arteil qui améliore son record pour sa première sélection au pentathlon. »

Le Coup Dur

Amdouni forfait sur 3000 m

Suite à une gêne persistante à son mollet gauche, Morhad Amdouni a été pris en charge par le staff médical de l'Equipe de France, dès son arrivée à Belgrade pour participer aux championnats d'Europe indoor. Malgré les soins prodigués, l'amélioration de son état n'a été que modérée. La matinée du 3 mars, un bilan a été dressé et la décision conjointe de l'athlète, la DTN et l'équipe médicale a été de ne pas mettre en péril sa préparation estivale.

Et Aussi

Record personnel pour Arteil

Laura Arteil avait estimé à cinq records personnels le seuil à partir duquel elle sortirait satisfaite de son premier championnat d’Europe. « Si on compte le total du penta avec les quatre épreuves individuelles où j’ai égalé ou battu mon record, alors c’est bon », souriait l’élève de Bertrand Valcin à l’issue de son pentathlon. Avec 4301 points et une douzième place, elle a pleinement rempli son contrat. A ses côtés toute la journée, Esther Turpin a brillé sur les haies (8’’34), mais a ensuite pêché sur la durée, et a terminé son aventure au quatorzième rang avec 4143 unités.
Deborah Sananes et Agnès Raharolahy n’ont pas dépassé le stade des demi-finales du 400 m. La première nommée a été victime de bousculades dans sa course, qui rendent son chrono (55’’30) anecdotique. La Nantaise a couru en 53’’57 mais n’a rien pu faire face à l’expérimentée Zuzana Hejnova, auteure d’un départ canon qui a tué tout suspense dans sa course.
Thomas Jordier a également couru deux fois sur la piste en tartan rouge de la Kombank Arena, avant de trouver sa limite du moment. En 47’’49, il est le premier non qualifié pour la finale de samedi, alors que Yoann Decimus était frustré de ne pas avoir pu faire jouer son expérience pour progresser d’un tour supplémentaire. Il a pris la sixième place de sa demi en 47’’87.
Enfin, Samir Dahmani a subi pendant l’intégralité de sa course de 3000 m et ne verra pas la finale. Le spécialiste du 800 m, qui devrait s’orienter vers le 1500 m au printemps, n’avait pas la caisse nécessaire pour suivre les meilleurs spécialistes, et a terminé en 8’15’’90.

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS