MON ACCÈS
Warholm se joue des aînés

Le jeune hurdler norvégien a pris le meilleur sur les expérimentés Yasmani Copello et Kerron Clement pour devenir champion du monde  du 400 m haies en 48''35. Pour sa deuxième saison seulement sur la distance, Warholm, 21 ans, a frappé fort sous la pluie londonienne.

Les esprits chafouins n'y verront que le chronomètre, 48''35, le moins bon d'un champion du monde du 400 m haies dans l'histoire. Les plus enthousiastes retiendront que ce mercredi 9 août a sans doute marqué la transmission entre deux générations de hurdlers. Kerron Clement, 32 ans, et Yasmani Copello, 30 ans, n'ont rien pu faire pour remonter dans la dernière ligne droite sur un gamin de 21 ans, tout frais champion d'Europe espoirs à Bydgoszcz. Parti comme un avion, Karsten Warholm a tenu la cadence, réussissant efficacement son passage de 13 à 15 foulées sur le septième obstacle, pour couper la ligne en 48''35. Sur une piste détrempée et sous une pluie continue - une météo toute norvégienne, il a devancé de quatorze centièmes le Turc né à Cuba et de dix-sept l'Américain né à Trinidad-et-Tobago, champion olympique en titre.
Parti trop prudemment, Clement ne sera donc pas le premier homme à compter trois titres mondiaux à son palmarès après 20007 et 2009, et partagera son record pour encore deux ans (au moins) avec son illustre compatriote Edwin Moses, sacré en 1983 et 1987. « Vraiment, je n'y crois pas. J'ai travaillé très dur mais je ne me rends pas compte de ce que j'ai fait. C'est un sentiment incroyable. Je suis champion du monde, c'est fou ! », soufflait Warholm après sa course, un chapeau à cornes de viking planté sur sa chevelure blonde.

Un remake d'Oslo

Le résultat de cette finale n'a pourtant rien de surprenant, et rappelle même furieusement celui de la Diamond League d'Oslo, le 15 juin dernier. A domicile, le gamin d'Ulsteinvik avait, déjà, damé le pion à Copello et Clement, ainsi qu'à tous les meilleurs du monde. Porté par son public, il avait signé son entrée dans la cour des grands en 48''21, qui est toujours le record national. Dans la capitale britannique, la ferveur des 60 000 spectateurs d'un London Stadium pourtant très humide était encore plus grande, et le retentissement de la victoire du prodige viking d'autant plus important.
Sixième norvégien médaillé d'or aux Mondiaux après Ingrid Kristiansen sur 10 000 m, Trine Hattestad au javelot (deux fois), Hanne Haugland à la hauteur, Andreas Thorkildsen au javelot et Trond Nymark sur 50 km marche, Warholm a toutes les armes pour être la nouvelle star nordique : une gueule d'ange, un sens du spectacle déjà affirmé, et un talent athlétique débordant. Champion du monde cadets de l'octathlon en 2013, il avait récolté deux médailles d'argent en 2015 lors des championnats d'Europe juniors à Eskilstuna, au décathlon et sur 400 m. L'année suivante, il a décidé avec son coach de se lancer dans l'aventure du tour de piste avec obstacles. Moins de deux ans plus tard, le voilà, déjà, au sommet. L'avenir dira s'il sera un leader éphémère de la distance, comme son prédécesseur kenyan Nicholas Bett, ou plutôt le patron durable d'une discipline qui s'en cherchait un nouveau.

Etienne Nappey pour athle.fr
Photos : © Julien Crosnier (KMSP)

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS