MON ACCÈS
Les hurdlers au rendez-vous

Victor Coroller et Muhammad Abdallah Kounta ont brillamment obtenu leur billet pour les demi-finales du 400 m haies, en remportant leur série. Les sauteurs en longueur Guillaume Victorin et Kafetien Gomis se sont, eux, qualifiés en finale. Quatre bonnes nouvelles au cours d’une première journée au bilan contrasté pour les Bleus, avec notamment l’élimination de Quentin Bigot en qualifications du marteau.

Les Qualifiés
 

Coroller et Kounta s’imposent

A quelques minutes d’intervalle, Muhammad Abdallah Kounta (EFS Reims) et Victor Coroller (Haute Bretagne Athlétisme) ont rendu des copies relativement semblables et de qualité. Engagés respectivement dans les deuxième et troisième séries, les deux jeunes spécialistes du 400 m haies se sont appuyés sur la même arme : une dernière ligne droite de feu, qui leur a permis de remonter tous leurs concurrents. Le premier nommé, pour son premier grand championnat chez les seniors, ne s’est pas laissé impressionner par l’événement, dans un stade olympique aux tribunes très clairsemées. Même s’il a fait « beaucoup d’erreurs » et n’a « pas respecté le schéma de course » que lui avait demandé son coach, il a su rester concentré pour finir fort en 50’’60.
Auteur d’une course bien plus propre, Victor Coroller ne s’est pas non plus affolé en voyant ses adversaires partir plus vite que lui. En 50’’10, il réalise le meilleur temps des séries. Avec l’entrée en lice de Ludvy Vaillant, il y aura donc trois Français au départ des demi-finales du tour de piste avec obstacles demain. « Ce sera une autre course et une toute autre ambiance, prévient le Breton. Il faudra que le puzzle soit complet et sortir un chrono. »

Même réussite pour Guillaume Victorin (CA Montreuil 93) et Kafetien Gomis (Lille Métropole Athlétisme) à la longueur. A 27 ans, le Dionysien, qui « adore l’adrénaline », a montré qu’il avait l’étoffe d’un athlète de grand championnat. Pour sa première compétition de ce niveau, il est entré de belle manière dans son concours avec un bond à 7,76 m (-0,1m/s). Un saut suivi de deux essais mordus de peu, qui lui a permis de prendre la dixième place des qualifications, synonyme de finale mercredi. Juste derrière lui, on retrouve l’expérimenté Kafétien Gomis, 38 ans, qui, avec un dernier essai à 7,75 m (+0,2m/s), s’est qualifié aussi pour le top 12 et briguera donc une troisième médaille continentale en plein air.

Les éliminés

Bigot passe à côté

Quentin Bigot (Athlétisme Metz Métropole) a réalisé des qualifications du marteau à l’image de sa saison, « avec beaucoup d’irrégularité », selon ses propres mots. Pas dans un bon jour, « sans aucune sensation », le lanceur à la technique pourtant habituellement très sûre n’a pu faire mieux qu’un premier jet à 72,73 m. Une performance insuffisante pour se qualifier en finale. « C’est dur psychologiquement, je sens que j’ai besoin de repos après une année compliquée lors de laquelle j’ai galéré », confiait le quatrième des Mondiaux de Londres à l’issue du concours. Retardé dans sa préparation par une angine tenace au mois de mai, il n’aura jamais pu remonter complètement la pente. C’est également terminé pour Frédéric Dagée au lancer du poids. L’athlète de Nice Côte d’Azur Athlétisme, avec un deuxième essai à 19,56 m, a malheureusement été un peu juste lors d’un concours disputé devant des tribunes pleines sur la prestigieuse Breitscheidplatz, au cœur de la ville. Enfin, Yann Randrianasolo du CA Balma (7,33 m, +1,1m/s à la longueur) et Marvin René de la SCO Sainte-Marguerite Marseille (10’’47, -0,3m/s sur 100 m) ont évolué loin de leurs standards habituels.

A Berlin, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr
Photo : © P. Millereau / KMSP / FFA

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS