MON ACCÈS
Alaïs, la belle surprise

Pour son premier grand championnat chez les seniors, la lanceuse de javelot Alexie Alaïs a brillé en prenant la douzième place des qualifications avec un jet à 59,29 m. Elle obtient le dernier billet pour la finale. Pierre-Ambroise Bosse sur 800 m et Garfield Darien sur 110 m haies se sont, eux, qualifiés en demi-finales, après avoir connu quelques frayeurs. C’est en revanche terminé pour Eloyse Lesueur, qui s’est blessée en qualifications de la longueur.

Les Qualifiés

Alaïs succède à Teppe

Depuis Nathalie Teppe, neuvième en 1994 à Helsinki, aucune Française n’avait pris part à une finale européenne au javelot. C’est donc un petit exploit qu’a réalisé ce matin Alexie Alaïs, en prenant la douzième place des qualifications. Après une entrée en matière timide à 53,03 m, la Guyanaise a expédié son engin à 59,29 m au deuxième essai, avec un jet « parfait », bien en pointe, selon sa coach, Magali Brisseault Waldet. Une performance proche des 60,50 m demandés pour aller directement en finale et de son record personnel (60,59 m), qu’elle n’a pas réussi à améliorer à sa troisième tentative (54,65 m).
Classée septième du concours A, elle a ensuite attendu le dénouement du groupe B, le cœur battant, pour finalement obtenir la dernière place qualificative pour la finale. « J’ai fait le job aujourd’hui, savoure la lanceuse de 23 ans. J’ai eu de très bonnes sensations. Je me sens vraiment bien, le stade est magnifique. » Elle pourra en profiter à nouveau demain soir, lors d’un concours où elle n’aura rien à perdre.

Bosse se sort du piège

Pierre-Ambroise Bosse le répète chaque année : il n’y a rien de plus piégeux que les séries du 800 m, où personne n’est à l’abri. Il a failli en faire les frais ce matin. Bien placé en deuxième position au rabattage, il s’est ensuite retrouvé coincé au cœur du peloton, a trébuché à 250 mètres de l’arrivée et a dû ralentir avant de relancer dans le dernier virage. « J’ai enchaîné les mauvais choix, résume le champion du monde en titre. Quand j’étais enfermé, je n’ai pas paniqué. J’ai vu qu’il y avait une armada autour de moi et j’ai eu peur de me faire disqualifier avec des bousculades. J’ai préféré attendre et passer à l’extérieur, et je n’aurais pas dû. »
Il s’en est finalement sorti en serrant les dents dans la dernière ligne droite. Troisième en 1’48’’14 derrière le Suédois Andreas Kramer (1’47’’87) et le Danois Andreas Bube (1’47’’94), il termine à la dernière place directement qualificative pour les demi-finales. « Il va falloir que je sois beaucoup plus lucide et judicieux dans mes décisions demain », prévient le demi-fondeur de l’US Créteil, qui a déjà montré par le passé qu’il sait maîtriser l’enchaînement des tours.
Garfield Darien s’est fait aussi quelques frayeurs, mais a préservé l’essentiel en validant son ticket pour les demies du 110 m haies. Après avoir tapé le premier obstacle, le hurdler du Bordeaux Athlé a ensuite goûté aux pointes de son voisin de couloir, l’Allemand Alexander John. Son coude droit ensanglanté à l’arrivée en témoignait. Un incident qu’il oubliera vite, après avoir terminé sa série à la quatrième place en 13’’62 (+1,8m/s), à distance du vainqueur italien Paolo Dal Molin (13’’40). « Ça passe, c’est le principal. J’ai eu de bonnes sensations et je sais me surpasser avec de l’adversité. Demain, tout sera remis à zéro », se projette-t-il.

Les éliminés

Lesueur-Aymonin n’a pas pu défendre ses chances

Scénario cruel pour Eloyse Lesueur-Aymonin. La sauteuse en longueur de la SCO Sainte-Marguerite Marseille a ressenti « une grosse contraction à l’ischio gauche » dès son premier essai en qualifications. Une tentative prometteuse mais mordue. Elle a bien essayé de poursuivre son concours, mais l’appréhension était trop grande. Après un deuxième saut également non validé à cause de l’impossibilité de « mettre du rythme », elle a préféré s’arrêter là pour ne pas risquer une grave blessure.  C’est également terminé sur 800 m pour Gabriel Tual. L’espoir de l’US Talence a « tout donné » mais a été un peu juste dans l’emballage final, après une longue saison. Il se classe cinquième de sa série en 1’47’’26.

Et Aussi

Les heptathlètes bien lancés

A l’heptathlon, Esther Turpin (RC Arras) et Diane Marie-Hardy (Entente Sud Lyonnais) sont lancées sur des bases prometteuses. Elles occupent respectivement les septième et vingt-et-unième places après deux épreuves, le 100 m haies et la hauteur. La première nommée, après avoir bouclé sa course en 13’’45 (+0,4m/s), a explosé de cinq centimètres son record à la hauteur en effaçant 1,79 m. Diane Marie-Hardy, elle, a même amélioré ses deux marques de référence, avec 13’’85 (+1,4m/s) et 1,70 m.

A Berlin, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr
Photos : P. Millereau - J. Crosnier / KMSP / FFA

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS