MON ACCÈS
Gueï, quatre ans après

A Zurich en 2014, Floria Gueï, dernière relayeuse du 4x400 m, réalisait une remontée fantastique pour décrocher avec ses coéquipières tricolores le titre européen. Une course spectaculaire, qui a fait le tour du monde. Mais la Lyonnaise s’est, depuis, aussi construit un palmarès en individuel. Qu’elle compte bien continuer à enrichir ce soir.

Avec deux courses dans les jambes en deux jours, Floria Gueï commençait à avoir les jambes lourdes jeudi soir. Mais la spécialiste du tour de piste de l’Entente Sud Lyonnais aurait été prête à s’en enquiller un troisième pour s’éviter une interminable attente sur les hot seats, cette nouvelle zone créée tout spécialement pour filmer en gros plan les athlètes pouvant encore espérer une qualification au temps pour la finale. « C’était insoutenable », racontait-elle en souriant, quelques minutes après avoir appris qu’elle ferait partie du top 8 grâce à ses 51’’50, son meilleur temps de la saison. « Savoir qu’il y a deux jours de repos, ça va me faire du bien physiquement et mentalement. »
L’athlète de 28 ans a mis l’accent sur la récupération car, ce soir, pas moins de deux 400 m en moins de deux heures l’attendent. Après avoir disputé la finale du tour de piste à 20h12, elle s’élancera en position d’ultime relayeuse lors du 4x400 m, bizarrement programmé le même jour à 21h50. Une course qui rappellera forcément de nombreux souvenirs aux passionnés d’athlé, mais aussi au grand public, puisque sa folle remontée de Zurich continue sans relâche à faire le tour des réseaux sociaux.

Vingt-neuf centièmes d’écart entre les finalistes

« Ça ne me dérange pas du tout qu’on m’en parle, racontait, dans le dernier numéro d’Athlétisme Magazine, la sprinteuse entraînée par Bruno Gajer à Montpellier. Au départ, je craignais un peu de m’en satisfaire et de rester enfermée dans ce souvenir, d’avoir du mal à m’exprimer en individuel. Mais comme j’étais extrêmement bien entourée, je ne suis pas restée focalisée sur ça. Zurich a déclenché quelque chose en moi. Tout est parti de là. Ça m’a donné envie d’aller chercher des médailles en individuel. » D’abord en 2016 à Amsterdam, en décrochant l’argent, puis en 2017 en indoor à Prague, en s’offrant son premier titre.
A Berlin, Floria Gueï a dû batailler pour intégrer la finale. Ultime qualifiée au sein du top 8, elle va prendre part à une des courses les plus indécises de ce championnat, puisqu’avec ses 51’’50, seulement vingt-neuf centièmes la séparent de la plus rapide des demies, la Britannique Laviai Nielsen. « Si je repars de ces championnats sans avoir fait moins de 51’’, il y aura une pointe de frustration », confiait la native de Nantes avant son entrée en lice en séries. Il lui reste une seule course pour atteindre cet objectif, qui pourrait lui ouvrir les portes d’un nouveau podium.

A Berlin, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS