MON ACCÈS


Février 2002

France jeunes en salle : Correct, mais doit mieux faire

La bonne humeur et l’ambiance festive n’a pas su remplacer le peu de records de France. Sur 1200 jeunes athlètes, seule la Martiniquaise Claudia Villeneuve a battu le record junior du lancer de poids. Un peu déçus, les spectateurs ont tout même salué un niveau général des épreuves plus qu’acceptable ainsi que de belles performances dans toutes les disciplines.   

Des records de France, il n’y en a eu qu’un : au poids junior femmes. Avec un jet à 16,10 m, la Martiniquaise Claudia Villeneuve du CC Fort-de-France battait le record national junior détenu par Valérie Hanicque à 15,77 m. Mais des bonnes performances, il y en a eu quelques unes. La relève s’annonce dynamique, notamment chez les femmes, en perche, en poids et sur 60 m. La jeune perchiste Emilie Becot du Stade Clermontois s’est ainsi offert un billet pour Vienne avec un saut à 4,20 m, volant la vedette à Agnès Livebardon, une autre auvergnate, qui, le week-end dernier aux France élite, avait décroché l’or. A l’INSEP, Agnès n’a pu sauter au delà des 4 m. « Contre-coup du week-end précédent » déclarera-t-elle, un peu déçue mais toujours souriante, après le concours. Leur performance n’effacera pas le niveau général de la perche féminine, qui ne semble pas particulièrement en hausse. L’époque où Amandine Homo planait sur la perche junior mondiale semble déjà bien loin. Ce n’est pas pour rassurer quant à l’avenir de la discipline en France… Sur 60 m, la nouvelle génération de sprinteuses laisse distinctement apparaître le bout de ses pointes. En 7’’50, la cadette Ayodèle Ikuesan, n’est qu’à 41 centième du record de France senior et offre à ces championnats la plus belle performance sur la distance, toutes catégories confondues.
Au delà du seul record de France ce week-end à l’INSEP, de nombreux athlètes ont pu se satisfaire de très belles victoires personnelles. Benjamin Renaudeau, au concours de perche cadet, Naryane Dossevi, à la longueur junior, Florence Vermal au 60 m haies junior, Fanjanteino Felix, au 800 m espoirs, Florian Jourda au 5000 m marche espoirs… Comme souvent lors des compétitions jeunes, la liste des records personnels est encore bien plus longue, toutes disciplines et catégories confondues.
En outre, les jeunes athlètes, encore bien hésitants parfois, ont offert aux spectateurs quelques scènes attendrissantes de maladresse : cinq faux départs sur une série de 60 m cadets, cérémonies protocolaires retardées pour cause d’absence, podiums les mains dans les poches et walkman au cou, tours d’honneur mal anticipés, grosses erreurs techniques, etc. Alors que les spectateurs encourageaient leur favori, les entraîneurs, constamment à l’écoute de leurs poulains, criaient à gorge déployée dans la grande salle au toit de bois et de verre. Les barrières de sécurité ont très vite perdu de leur légitimité. Dès samedi midi, les spectateurs ont quitté les tribunes pour envahir les bords de piste et de sautoirs. Si les records se sont fait remarquer par leur rareté, la bonne ambiance, en revanche, n’a pas manqué son rendez-vous annuel en salle avec les jeunes.
Claudia Villeneuve,
record de France juniors de poids à 16m10

Claudia Villeneuve, objectif 17 m
« Ce record est satisfaisant même si mon record personnel est à 16 m 13. J’ai été repérée en 1995, en Martinique, où je vis toujours, alors que je n’avais que 15 ans. Je ne voulais pas vraiment m’investir dans le lancer : je n’aimais pas l’image de la fille grasse que les gens associaient aux lanceuses. Et puis j’ai très vite découvert que grâce à cette discipline, je pouvais voyager. Peu à peu, j’ai commencé à apprécier l’esprit de compétition : j’aime me bagarrer pour une première place. Aujourd’hui, je voulais faire un grand jet. Avant le troisième lancer, mon entraîneur m’a donnée de bons conseils qui m’ont mise en confiance. Ce record je le dois à mon entraîneur qui sait me parler, me motiver quand il le faut, même lorsque je suis complètement découragée.
Il m’a forgé un mental redoutable. Il est un peu comme un père pour moi. Il a d’ailleurs de grandes ambitions pour ma carrière. Mes objectifs ? 17 mètres pour les France jeunes cet été et une qualification pour les Monde de Paris Saint Denis 2003, tout en continuant mes études en bac pro. Ce ne sera pas facile, mais je compte bien progresser encore beaucoup. Le dopage ? Ma dope à moi ce sont les fruits et les légumes de la Martinique ! »

Propos recueillis par Anne Lise Polack


Liévin : trente minutes de folie

Une demi-heure. Il aura suffi d’une petite demi-heure au meeting de Liévin pour justifier son statut de meilleur meeting du monde en salle. Ou, au moins, pour marquer d’une pierre blanche la saison indoor de l’athlétisme français – avant les Europe de Vienne la semaine prochaine. En trente minutes, donc, le public nordiste aura assisté à un record du monde (les 4,74 m de Svetlana Feofanova à la perche) et trois records de France (Muriel Hurtis sur 200 m, Mehdi Baala sur 1500 et Florent Lacasse sur 800). Réactions.

Patricia Girard (FRA), 60 m haies, 2ème en 7’’94
« Physiquement, cela va, mais j’ai un problème technique. Je ne suis pas stable dans mes starts. J’ai une semaine pour régler ça avant les championnats d’Europe, mais je ne m’inquiète pas : je sais que je peux revenir pendant la course. »



Muriel Hurtis (FRA), 200 m, 1ère en 22’’51 (RF)
« J’espérais améliorer mon record de France, et je suis donc très contente. Mais je suis presque étonnée de l’avoir battu aussi largement. Mais j’étais au couloir six, qui est le meilleur ici. C’est une bonne chose en vue des championnats d’Europe à Vienne. Je veux y conserver mon titre. »

Mehdi Baala, 1500 m, deuxième en 3’35’’54 (RF)
« Je suis bien évidemment très content d’avoir repris ce record de France, mais je l’étais déjà quand Bob Tahri l’avait battu. Quand nous nous entraînons ensemble, le but est de toute façon de nous permettre d’obtenir les meilleures performances possibles. Maintenant, avec Fouad Chouki, nous sommes trois jeunes du même âge à ce niveau et j’espère que nous irons loin.
Je savais que je pouvais descendre sous les 3’36’’, même si je ne suis probablement plus au meilleur de ma forme. Je crois que j’aurais pu faire mieux à Gand, il y a quelques semaines. Mais je tenais vraiment à montrer que le record était possible à battre à nouveau. Maintenant, j’ai hâte d’arrêter ma saison, car je suis fatigué. Je n’irai pas aux Europe en salle : le plus important pour moi est de bien me préparer pour l’été. Ce sera une belle bagarre pour prendre le record de France à Driss Maazouzi. Je vais maintenant partir à Ifrane pour m’entraîner avec Hicham El-Guerrouj. »
 

Florent Lacasse, 800 m, 8ème en 1’46’’92 (RF)
« J’ai été surpris par l’allure très rapide des premiers tours. Mais je n’ai pas voulu prendre trop de risques, et j’ai mené une course attentiste, prudente. C’est grâce à cela que j’ai pu finir fort, même si j’ai sans doute mal dosé mon effort dans le dernier tour. J’ai également été un peu gêné dans la dernière ligne droite. Je crois que je peux mieux faire. J’avais pensé à cette course toute la semaine, car j’étais très déçu d’être tombé en finale des championnats de France. »
 

Svetlana Feofanova (RUS), perche, 1ère avec 4,74m (RM)
«Je ne veux pas améliorer le record du monde trop largement, et c’est pourquoi je ne cherche à le battre que d’1 cm à chaque fois. C’est mieux pour le public, pour l’ambiance dans le stade. Non, je ne suis pas une Bubka au féminin : il me reste beaucoup de chemin à faire pour lui ressembler. Quand j’ai essayé de sauter à 4m82, je n’y étais pas dans ma tête, et j‘ai préféré arrêter. Je veux dédicacer mon record du monde aux athlètes russes présents aux JO de Salt Lake City.»

Propos recueillis par Cyril Pocréaux


Toutes les Reportages

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS