MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France Elite à Paris-Charléty : Lavillenie, haut la main
Commentez cette actualité
Championnats de France Elite à Paris-Charléty : Lavillenie, haut la main

Large vainqueur au saut à la perche, le champion olympique clermontois a sauté à haute altitude sur la piste du stade Charléty, en égalant avec 5,95 m sa meilleure performance mondiale de la saison. Mais il s’est fait une petite frayeur en se blessant à la main. Les seuls minima du jour pour Moscou ont été réalisés par Mickael Hanany à la hauteur, avec un saut à 2,31 m. Autre temps fort de la journée : la victoire sur 110 m haies de Thomas Martinot-Lagarde en 13’’30 (+1,2m/s), qui confirme son nouveau statut.

Le saut à la perche est une discipline à risques. Avec des athlètes comme Renaud Lavillenie, véritable acrobate des airs, on a parfois tendance à oublier cette réalité. Mais parfois, comme ce dimanche 14 juillet au stade Sébastien Charléty (Paris 13e), elle rattrape le plus agile des perchistes. Lors de son premier essai à 6,05 m, le Clermontois retombe sur la barre avec sa main droite. En quelques secondes, un œdème se forme et sa main gonfle. Mais très vite, les nouvelles sont rassurantes. Contrairement à décembre 2011, où il s’était blessé à l’entraînement lors du bris d’une de ses perches, il ne devrait pas être perturbé dans sa préparation. Il sera même de retour à la compétition dès vendredi, pour le meeting Diamond League et Pro Athlé Tour de Monaco. Plus tôt dans le concours, le champion olympique avait frappé un grand coup en égalant sa meilleure performance de l’année avec une barre à 5,95 m effacée au premier essai. La preuve de sa grande forme.

Les minima pour Hanany
Après le festival de minima d’hier, la journée de dimanche a été moins riche en performances de pointe. Seul un athlète a fait un grand pas vers la Russie. Il s’agit de Mickael Hanany, qui a réalisé au centimètre près les minima pour les Mondiaux en franchissant 2,31 m. Le sauteur en hauteur de l’Entente Franconville Cesame Val d’Oise a, ensuite, été tout près d’effacer une barre à 2,34 m. Une marque qui aurait été synonyme de record de France, dix-neuf ans après les 2,33 m de Jean-Charles Gicquel. Dans la forme de sa vie, le Francilien, devant plusieurs membres de sa famille, a devancé Fabrice Saint-Jean (2,25 m) de l’Entente des Mauges.

Le soulagement des minima, Thomas Martinot-Lagarde (US Créteil) l’avait connu une semaine plus tôt, lors du meeting Areva. Sur la piste du Stade de France, il avait signé un impressionnant 13’’26. Face à des athlètes aussi expérimentés que Dimitri Bascou et Ladji Doucouré, le frère de Pascal ne s’est pas dégonflé et a représenté brillamment sa fratrie. Malgré un départ un peu poussif en finale, il s’est imposé en 13’’30 (+1,2m/s) et a largement devancé Dimitri Bascou (13’’64) et Ladji Doucouré (13’’66).

Mais la semaine dernière, le vrai héros tricolore de l’enceinte dionysienne avait été Mahiedine Mekhissi-Benabbad. Le demi-fondeur de l’EFS Reims s’était emparé du record d’Europe du 3000 m steeple. Aujourd’hui, il a été poussé dans ses retranchements, sur la même distance, par un épatant Nouredine Smail (Livry Gargan AC), déjà vainqueur sur 5000 m vendredi. Mais il l’a finalement débordé après la dernière barrière pour l’emporter en 8’46’’57, avec dix-neuf centièmes d’avance sur son dauphin.

Lesueur malgré les crampes
Pas de surprises sur 200 m, tant chez les hommes que chez les femmes. Mais une inquiétude pour Myriam Soumaré (AA Pays de France Athlé 95). La sprinteuse a tenu à disputer la finale du demi-tour de piste malgré un dos, une hanche  et des chevilles bloquées. Dans ce contexte, ses 22’’96 (+0,7m/s) devant Johanna Danois (23’’14) du Félin’x sont plus qu’honorables. Côté messieurs, Christophe Lemaitre a réussi à se remobiliser pour conserver aisément son titre de champion de France du 200 m. Seul en tête après la courbe, il a coupé la ligne d’arrivée en 20’’34 (-0,1m/s). Au cours d’une journée où les corps n’ont cessé de rappeler aux athlètes leur fragilité, Eloyse Lesueur s’est imposée à la longueur avec un saut à 6,49 m (+0,5m/s) malgré des crampes récurrentes aux mollets dès son premier essai. A noter le nouveau podium d’Eunice Barber (EFS Reims), deuxième du concours avec 6,31 m (+0,7m/s). Dans la même épreuve mais chez les hommes, Salim Sdiri a tenu son rang de meilleur performeur français de l’été en décollant à 8,10 m (+2,6m/s). Dix années après son premier titre national, il reste le patron de la longueur en France. Deuxième place pour Kafetien Gomis (Lille Métropole Athlétisme) avec 8,02 m (+1,3m/s), son premier concours estival à plus de huit mètres.

Decimus au bout du suspens
Pour le suspens, il fallait se tourner du côté du 400 m haies messieurs. A l’arrivée d’abord, avec la victoire de Yoann Decimus (Athlé 91) en 49’’52, trois petits centièmes devant Mickael François (49’’55) de l’AC Paris-Joinville. Puis vers le podium ensuite, puisque ce dernier a été retardé pendant de longues minutes. La raison ? La disqualification dans un premier temps du transfuge du tour de piste, pour franchissement de la jambe de retour sous la ligne d’obstacle sur les cinquième et sixième haies. Mais après visualisation des images vidéo, les juges revenaient sur leur décision. Un soulagement pour Yoann Decimus mais aussi pour son dauphin, qui se considérait de toute manière comme le deuxième de la course. Chez les femmes, le titre est revenu logiquement à Phara Anacharsis (Stade Sottevillais 76) en 56’’07. Encore plus serré, le coude-à-coude dans la dernière ligne droite du 1500 m entre Laurane Picoche (SCO Sainte-Marguerite Marseille) et Sandra Beuvière (EFS Reims). La première, vainqueur en 4’25’’88 avec un centième d’avance, a même chuté vers l’avant après l’arrivée. 

Les autres titrés du jour : Floria Guei (Lille Métropole Athlétisme) en 52’’05 et Mame-Ibra Anne (US Ivry) sur 400 m, les expérimentés Jérôme Bortoluzzi (Athlétisme Metz Métropole) avec 72,49 m et Stéphanie Falzon (ES Bruges) avec 69,78 m. Enfin, sur 800 m, Hamid Oualich (Montpellier Agglo) n’a pas tremblé pour l’emporter en 1’47’’87.

Avec cinq nouveaux minima au cours du week-end et un samedi de folie, cette édition 2013 des championnats de France Elite restera dans les mémoires comme un très bon cru. Dans la foulée de la compétition, le comité de sélection se réunissait pour élaborer une première liste de sélectionnés pour les championnats du monde de Moscou. Elle devrait être rendue publique demain en milieu de journée.

A Paris, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

 Retrouvez tous les résultats de ces championnats :
--> Résultats par Epreuve
--> Résultats Complets

Pour voir quelques photos de cette journée, cliquez ici
Pour voir quelques photos de la 2ème journée, cliquez ici
Pour voir quelques photos de la 1ère journée, cliquez ici

Ils ont dit :

Myriam Soumaré, championne de France du 200 m en 22’’96 (+0/7 m/s) : « J'ai mal depuis hier et le 100 m. J'avais la hanche, le dos et les chevilles bloquées. J'ai donné le maximum dès la série parce que je n'étais pas sûre que cela tiendrait pour la finale. J'étais là pour défendre mon titre, je savais qu'il n'y avait pas de risques de grosses blessures. C'est juste une douleur très gênante. Je vais prendre du repos dans les prochains jours, parce que si je cours dessus, ça ne va pas s'améliorer. Je vais attendre que l'inflammation s'en aille complètement, et ça devrait aller pour le meeting de Monaco.  C'est dommage parce qu'il y avait de super conditions, avec de la concurrence pour faire les minima. Mais je reste très contente de mes deux titres du week-end. »

Renaud Lavillenie, champion de France de la perche avec 5,95 m : « Lors de mon premier essai à 6,05 m, ma main est retombée sur la barre en redescendant. Cela a dû éclater une veine et cela a fait un bel hématome. On l'a traité tout de suite, et j'ai choisi la voie de la sagesse en arrêtant là le concours. L'objectif, c'est quand même dans un mois. Ce que je retiens, c'est le titre avant tout et la grosse performance. Passer 5,80 m au troisième essai puis 5,95 m au premier, j'en suis très content. Pour la préparation des championnats, c'est top. Il n’y a pas de quoi s'alarmer, je serai d'attaque pour le meeting de Monaco la semaine prochaine. »

Stéphanie Falzon, championne de France du marteau avec 69,78 m : « C’était important de gagner aujourd’hui. Mais je suis à nouveau déçue. Je réalise ce jet très moyen à 69 mètres puis, ensuite, je n’arrive plus à lancer. Je n’arrive pas à reproduire ce que je fais à l’entraînement. 69 mètres comme ça, c’est positif. Dans une année difficile, c’est bien de garder  la suprématie nationale. »

Christophe Lemaitre, champion de France du 200 m en 20’’34 (-0.1 m/s) : « Il y avait un titre à aller chercher. Ce n’était donc pas dur de courir aujourd’hui. Ma finale a été pas mal dans l’ensemble. Il y a eu des défauts comme au meeting Areva. La différence, c’est que je sors tout seul du virage. C’était donc plus difficile de réaliser le même chrono. Il y a du boulot pour gommer les petites fautes. Mais faire ce temps après toutes ces courses, ce n’est pas trop mal. »

Salim Sdiri, champion de France de la longueur avec 8,10 m (+2.6 m/S) : « Je savoure ! Ce titre à la même saveur que le premier, il y a dix ans. C'est toujours bon à prendre, d'autant que beaucoup pensaient qu'à 34 ans, j'allais arrêter. Je suis quand même à 8,23 m cette année, je gagne les France. Ce n’est pas fini et je continuerai tant que les jambes et la tête suivront. J'ai mordu encore des sauts qui allaient très loin, on va se contenter du titre aujourd'hui. J'ai eu des petits pépins physiques après Pierre-Bénite. Là, je vais prendre du repos et on verra si je vais aux Mondiaux, sachant que je ne suis qu'à deux centimètres des minima. »

Jérôme Bortoluzzi, champion de France du marteau avec 72,49 m : « Aux France, l'essentiel, c’est le titre. J'ai assuré le minimum, je gagne. Je me rapproche de mon meilleur jet de la saison. Je m'échauffe à 75 mètres. J'ai cherché la clef pendant tout le concours mais je ne l’ai pas trouvée. Je manque de repères, j'arrive à m'en sortir avec un jet sur six. Je sens que les gros lancers sont là mais je manque encore d'entraînement. Je n'ai pas beaucoup lancé cette saison à cause de blessures. J'ai encore l'espoir de me qualifier pour Moscou, mais si ça ne passe pas, ça sera pour l'année prochaine ! »

Mahiedine Mekhissi-Benabbad, champion de France du 3000 m steeple en 8’46’’57 : « J’ai attendu le dernier moment pour accélérer. Je n’ai pas été dans le dur. J’ai maitrisé mon adversaire. Je respectais Yoann Kowal et Nouredine Smail. Ce dernier était le concurrent le plus dangereux aujourd’hui. C’était ma première course tactique de la saison. C’était très important de courir sans lièvre, sur un rythme lent, et de se mettre en danger. J’ai bien réagi, j’ai eu de bonnes sensations. »

Mickaël Hanany, champion de France de la hauteur avec 2,31 m : « C'est ce que j'envisageais. Je visais aussi le record de France. Je repars  avec les minima, cela me de donne de belles perspectives pour la suite, donc c'est un week-end satisfaisant. Pour le record de France, il me manque de la fraîcheur. J'ai enchaîné quatre compétitions en trois semaines. Je suis arrivé un petit peu fatigué, et je me suis peu entraîné. Je n'ai pas fait beaucoup de séances techniques parce que je me baladais à droite à gauche. Le soutien du stade Charléty était grandiose, cela faisait cinq ans que j'attendais de pouvoir sauter à Paris devant mes proches et ma famille pour me transcender. »

Laurane Picoche, championne de France du 1500 m en 4’25’’88 : « J’ai fait des erreurs tactiques pendant la course. Je me laisse enfermer puis j’attaque. Je n’entends vraiment pas Sandra (Beuvière) revenir. Et quand je la vois à mes côtés, je me crispe. Heureusement, je me jette sur la ligne. C’est bien, j’ai fait flipper un peu tout le monde (rires). »

Thomas Martinot-Lagarde, champion de France du 110 m haies en 13’’30 : « Après mes 13’’26, c’était important de gagner aux championnats de France. En plus, c’est mon premier titre. J’ai été un peu gêné dans les blocks, j’avais les jambes un peu lourdes. Mais je n’ai rien lâché jusqu’au bout. Ce titre, c’est une étape. Mais avant de briller à l’international, il faut briller dans son pays. »

Eloyse Lesueur, championne de France du saut en longueur avec 6,49 m : « Je suis très déçue. Je ne me rappelle plus à quand remonte mon dernier concours à moins de 6,60 m. J’ai eu des crampes aux deux mollets. Cela signifie que je commence à être bien physiquement. J’en avais déjà eu à Helsinki l’année dernière et à Göteborg cet hiver. Ce n’est pas une situation évidente. On essaye d’assurer sans se blesser. Je ne pouvais pas me permettre de courir à fond et de prendre des risques. »

Floria Gueï, championne de France du 400 m en 52''05 : « C'est mon premier titre, c'est ce que j'espérais. En plus, 52''05, c'est un bon temps. Je suis ravie ! Avant les France, je n'ai pas réussi à me lâcher dans les meetings. Je manquais de confiance en moi. Là, j'ai réussi à le faire en partant vite. C'était un risque que je prenais, mais je savais que j'allais tenir. Ce que je viens de faire me rassure. Je pense que je peux aller plus vite mais, aux France, on joue la place. »

Yoann Decimus, champion de France du 400 m haies en 49’’52 : « Le coach m’avait dit de faire une course propre jusqu’à la huit et, qu’après, ça serait la bagarre. J’ai tenu jusqu’à la huit en quatorze foulées. A la fin, je suis allé chercher la victoire. Je savais que Mickael serait costaud et que ça se jouerait sur les deux dernières haies. Je gagne au forceps. Je suis content du temps même si j’espérais un peu mieux avec la présence de Kasse Hann. Maintenant, il faut se reconcentrer pour aller chercher les 49’’22. Je ne dois pas m’arrêter à ça. »

Phara Anacharsis, championne de France du 400 m haies en 56’’07 : « Il fallait que je garde le titre par fierté personnelle. Mais je pensais que ça allait être mieux qu'hier au niveau chronométrique. La course n’est pas allée vite sur les premiers 200 mètres. Le chrono, ce n’est donc pas ça. Il y avait du vent de face dans la ligne opposée, il fallait gérer la vitesse pour ne pas aller trop vite. C’est ce que j’ai fait mais peut-être un peu trop. Je suis quand même contente parce que j'ai commis moins de fautes techniques qu'hier. Je pense avoir encore quelques meetings pour essayer de réaliser les minima pour Moscou. Je les ai dans les jambes, je le sais. Maintenant, il faut les faire. Au boulot ! »

Quelques réactions vidéos :

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
28/10 >  
21/10 > (1)
01/10 >  
28/09 >  
10/09 >  
22/07 > (1)
21/07 > (1)
20/07 > (1)
15/07 >  
15/07 >  
le reste de l'actualité
11/12 >  
09/12 >  
08/12 >  
08/12 >  
08/12 >  
07/12 >  
07/12 >  
05/12 >  
03/12 > (2)
30/11 >  
30/11 >  
28/11 >  
27/11 >  
26/11 >  
26/11 >  
23/11 > (2)
23/11 >  
21/11 > (2)
21/11 >  
20/11 >  
19/11 >  
19/11 >  
19/11 > (1)
16/11 > (1)
16/11 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS