MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Thomas Martinot-Lagarde : « C’était une question de confiance »
Commentez cette actualité
Thomas Martinot-Lagarde : « C’était une question de confiance »

Champion de France du 110 m haies le week-end dernier à Paris-Charléty (13’’30, +1,2m/s), Thomas Martinot-Lagarde s’est qualifié pour ses premiers championnats du monde seniors. Une belle récompense pour celui qui est resté pendant quelques années dans l’ombre de son frère cadet, Pascal. Le hurdleur de Créteil a beaucoup travaillé pour atteindre ce niveau. Il nous raconte son parcours, sa relation avec son frère, et nous confie ses ambitions pour Moscou.

Athle.fr : Vous étiez un jeune très doué et prometteur, avec notamment un record de France minimes décroché sur 200 m haies. Comment analysez-vous votre progression ?
Thomas Martinot-Lagarde : Elle s’est faite assez tardivement. Cela fait quatre ans que je travaille vraiment pour arriver à des bonnes performances. J’ai mis du temps à devenir régulier. Mes performances ont d’abord connu un pic en 2010, une année où j’ai couru en 13’’56. Mais en 2011, je n’arrivais plus à courir vite. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Peut-être que c’était dans la tête. Pourtant, je continuais à m’entraîner comme il faut, mais il y a eu un blocage quelque part. En 2012, les chronos ont commencé à revenir et, cette année, je réalise des performances normales.

Selon vous, quel a été le déclic pour retrouver des performances dignes de votre vrai niveau ?
Je pense que c’était une question de confiance. J’ai beaucoup travaillé à l’entraînement et cela m’a apporté de la confiance en moi. C’est très important dans l’athlétisme. Aujourd’hui, je sais que je suis prêt pour courir vite. Je ne ressentais pas la même chose il y a un ou deux ans.

Vous êtes devenu champion de France du 110 m haies en 13’’30 (+1,2m/s) le week-end dernier, à Paris-Charléty. Que représente ce titre ?
C’est celui que je n’ai jamais eu. Pour moi, c’est vraiment important de gagner les championnats de France. En plus, cela permet de goûter à la victoire. C’est une étape importante dans ma carrière. Maintenant, il va falloir travailler encore plus dur pour défendre ce titre l’année prochaine.

Quelles sont vos conditions d’entraînements ?
Je suis licencié à l’US Créteil. Je suis coaché par Giscard Samba et je m’entraîne avec un groupe où se trouve Cindy Billaud (ndlr : championne de France du 100 m haies en 12’’59). J’essaye de m’entraîner une fois par jour. A côté, j’ai un travail qui me prend beaucoup de temps.

Justement, arrivez-vous à concilier votre vie sportive et professionnelle ?
Je travaille dans l’immobilier, à temps complet. Aujourd’hui, j’arrive à m’arranger car, au niveau sportif, tout va bien. Malgré tout, je suis obligé de rater quelques entraînements. Ce n’est pas toujours facile de libérer du temps pour aller s’entraîner ou pour les compétitions. Cette année, cela a bien fonctionné, mais je ne sais pas si ça durera. Je suis jeune et en pleine forme, mais parfois, je me dis que mon corps va peut-être me lâcher un jour. J’ai un métier prenant, donc je suis tout le temps sur le qui-vive.

Quelles sont vos relations avec votre petit frère Pascal ?
Ça se passe super bien. C’est une relation normale, entre frères. On ne discute pas forcément de nos performances. Bien sûr, on se tire vers le haut, on se motive. On se disait que ça serait vraiment bien d’être tous les deux à Moscou. Aujourd’hui, c’est chose faite. Sa progression est quand même indépendante de la mienne. On a chacun notre coach, notre manière de travailler. On évolue chacun de notre côté.

A Moscou (Russie), vous allez vivre vos premiers grands championnats internationaux. Quelles seront vos ambitions ?
J’ai vraiment envie d’accéder à la finale. Si je suis en finale des Mondiaux, ça sera une année parfaitement réussi pour moi. Et puis, si ça va plus loin, je prendrais aussi (rires). Il ne faut pas être trop gourmand. Quoique, je le suis un peu…

Quel va être votre programme jusqu’à ces Mondiaux ?
Il ne reste plus beaucoup de compétitions avant Moscou. Et en plus, il faut trouver des meetings de très haut niveau, sinon ce n’est pas la peine. Avec mon entraîneur, il nous reste quelques détails à régler, mais on a choisi celui de Londres. Il tombe parfaitement, entre les « France » et les Mondiaux. Cela va nous permettre de faire un point sur ce qu’on a travaillé et sur ce qu’il reste à améliorer.

Propos recueillis par Vincent Petitpez pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Thomas en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
05/12 >  
16/11 >  
02/11 > (1)
26/09 >  
13/09 >  
06/09 > (2)
03/09 > (3)
22/08 >  
17/08 > (3)
21/06 >  
le reste de l'actualité
09/12 >  
08/12 >  
08/12 >  
08/12 >  
07/12 >  
07/12 >  
03/12 > (2)
30/11 >  
30/11 >  
28/11 >  
27/11 >  
26/11 >  
26/11 >  
23/11 > (2)
23/11 >  
21/11 > (2)
21/11 >  
20/11 >  
19/11 >  
19/11 >  
19/11 > (1)
16/11 > (1)
15/11 >  
12/11 > (1)
12/11 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS