MON ACCÈS
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Trouver un club près de chez vous
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Cindy Billaud : « J’ai pris confiance en moi »
Commentez cette actualité
Cindy Billaud : « J’ai pris confiance en moi »

Après un titre de championne de France et une finale mondiale à Moscou, la hurdleuse Cindy Billaud a achevé sa saison de la meilleure façon qui soit en grimpant sur son premier podium international senior (3e sur le 100 m haies en 12’’69) lors du meeting Diamond League de Bruxelles. De quoi décupler la motivation de cette jeune femme souriante et déterminée.

Une 3e place au meeting de Bruxelles en 12’’69, c’est une belle manière de clore la saison ?
Oui, d’autant que je ne m’attendais vraiment pas à courir en 12’’69 à Bruxelles. J’étais fatiguée, j’avais des douleurs aux pieds et mon corps ne répondait plus trop à l’entraînement. Mais c’était mon dernier meeting, j’avais envie de tout donner et de finir en beauté. Sans compter que mon entraîneur m’a fait la surprise de venir à Bruxelles…  Il a vu que j’étais un peu molle à l’échauffement et il m’a fait faire des trucs dynamiques pour me remobiliser. Il m’a aussi motivée en me disant que j’avais tout pour gagner ce meeting, qu’il fallait que je fonce… À l’arrivée, quand je me vois 3e en 12’’69, je me dis « waouh ». C’est une belle satisfaction.

Cette troisième place, c’est aussi votre premier podium sur un meeting de la Diamond League. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?
Je pense que cela prouve que j’ai atteint un certain niveau, que j’ai passé un cap et que je suis surtout devenue régulière dans les 12’’70. Terminer troisième sur ce type de meeting, avec des personnes qui ont fait de gros chronos auparavant, c’est forcément prometteur pour l’avenir… Cela veut dire que le travail que j’ai fait fini par payer.

Justement, vous avez réalisé l’une de vos meilleures saisons cette année en remportant notamment le titre de championne de France à trois centièmes du record de France de Monique Ewanjé-Épée et en vous hissant en finale mondiale à Moscou. Comment expliquez-vous cette éclosion l’année de vos 27 ans ?
J’ai beaucoup travaillé avec mon entraîneur  (Giscard Samba-Koundy) cette année. Nous avons changé beaucoup de choses en faisant très attention à la technique et en étant beaucoup plus pointilleux sur les séances de musculation. J’ai aussi perdu six kilos en me forçant à aller courir quasi tous les jours en k-way pendant 45 minutes. Cela n’a pas été facile mais je me suis énormément investie, que ce soit à l’entraînement ou en compétition. C’était mon objectif. J’avais envie d’éclore, j’en avais parlé à mon entraîneur. Je voulais passer un cap. Je sentais que j’étais forte dans certaines courses mais je n’arrivais pas à m’exprimer en compétition. C’est pour cette raison que nous avons aussi beaucoup travaillé sur le mental pour que je tienne mieux la pression. C’était un peu mon défaut. Je faisais toujours de bonnes courses en séries mais, en finale, je souffrais toujours de cette pression d’être favorite ou de jouer un podium ou une sélection, je subissais et je n’arrivais pas à courir vite et à m’exprimer. Mon entraîneur m’a beaucoup aidée à prendre confiance en moi. M’entraîner aux côtés de Thomas Martinot Lagarde et pouvoir faire de grosses séances à ses côtés m’a aussi motivée.

Huit ans après votre médaille de bronze européenne chez les juniors, cette saison doit décupler votre motivation...
Bien sûr. Mais cela me prouve surtout que mon entraîneur a raison et que je suis capable de faire partie des meilleures mondiales. Après, comme il dit, le plus dur ce n’est pas de sortir une performance, mais de garder le cap. Ce sera donc mon objectif : rester au meilleur niveau, continuer à travailler dur pour réussir à être comme toutes ces Américaines qui sont régulières sur leur chrono.

Avec le record de France en ligne de mire ?
Je ne vise pas de chrono en particulier. Je pense en effet qu’à partir du moment où l’on veut gagner et être devant, le chrono finit par sortir. Mon objectif pour la saison prochaine sera donc avant tout de monter sur la boite aux championnats d’Europe. Et si le record de France vient avec, cela ne sera que du bonheur. Car effectivement, dans un coin de ma tête, j’aimerais bien battre ce record.

Propos recueillis par Véronique Bury pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Cindy en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
02/08 > (2)
29/07 >  
03/06 >  
01/06 >  
25/05 > (2)
18/05 >  
14/05 >  
10/05 >  
29/04 >  
23/04 >  
le reste de l'actualité
26/09 > (2)
21/09 > (1)
19/09 >  
19/09 >  
19/09 > (2)
17/09 >  
17/09 >  
16/09 >  
16/09 > (1)
16/09 >  
15/09 >  
14/09 > (2)
13/09 > (1)
13/09 >  
12/09 >  
12/09 >  
12/09 > (2)
12/09 > (1)
09/09 >  
08/09 > (4)
08/09 > (1)
07/09 > (1)
07/09 > (5)
06/09 >  
05/09 > (2)
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS