MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Renaud Lavillenie : « Ça me fait limite peur »
Commentez cette actualité(1)
Renaud Lavillenie : « Ça me fait limite peur »

Le nouveau recordman du monde du saut à la perche n’a jamais eu le vertige. Mais depuis son retour en France, Renaud Lavillenie prend progressivement conscience qu’il a marqué l’histoire du sport français, et même au-delà. Le perchiste clermontois a d’ailleurs pu tester sa popularité ce lundi après-midi, lors d’une conférence de presse organisée par son équipementier dans une boutique située près de la place Saint-Michel, dans le centre de Paris. Sorti d’une voiture noire aux vitres teintées, Renaud a été accueilli par une nuée de caméras et micros, pendant que les badauds s’agglutinaient aux portes du magasin pour l’apercevoir.

Athle.fr : Renaud, irez-vous aux championnats du monde de Sopot ?
Renaud Lavillenie : Non. La décision a été prise cet après-midi, suite à des examens médicaux. L’IRM n’a rien montré de grave aux niveaux osseux ou ligamentaire. Mais il y a une grosse plaie. On a dû me poser seize points de suture au niveau du talon. Je vais devoir passer deux semaines sans poser le pied par terre. Pour les Mondiaux, ce n’est pas du tout jouable. Je dois donc déclarer forfait.

Comment vivez-vous l’engouement autour de votre record du monde depuis deux jours, notamment depuis votre retour en France ?
Mon arrivée à Paris a été surprenante. J’ai découvert toutes les caméras dans l’aéroport. Je n’étais pas habitué à tout ça. C’est à ce moment que j’ai vraiment pris conscience de l’ampleur de l’événement. Mais il me faut encore du temps pour réaliser. Je ne suis toujours pas rentré chez moi et je n’ai pas encore retrouvé mes proches. En tout cas, ça me fait plaisir qu’on parle autant de moi, même à l’international. C’est une belle récompense.

Revenons sur votre saut à 6,16 m. Après vos précédents records personnels (6,04 m à Rouen et 6,08 m à Bydgoszcz), vous aviez expliqué avoir ressenti une sensation de grande facilité. Est-ce que ça a été la même chose samedi, lors de votre record du monde ?
C’est vrai, j’avais été surpris par ma facilité à franchir la barre ces dernières semaines. A Donetsk, je me suis retrouvé en difficulté à 6,01 m. La perche était presque trop souple. Il a fallu bien se réveiller pour passer à cette hauteur. Derrière, j’ai pris une perche plus dure. Et je n’ai pas éprouvé de difficulté à battre le record du monde. J’ai réussi à mettre en application la course d’élan parfaite. Une fois que j’avais décollé et quitté le sol, je savais que c’était bon.

Que s’est-il passé dans votre tête lorsque vous étiez dans les airs ?
Entre le décollage et le moment où je me suis retrouvé à descendre après avoir passé la barre, je ne suis presque pas capable de décrire ce qui s’est passé. Ce n’est pas non plus le trou noir mais ça s’est déroulé de manière automatique. Je n’ai même pas eu besoin d’une première tentative à 6,16 m pour me rendre compte de la hauteur. C’était une bonne surprise. Et c’était top (rires) !

A partir de quand avez-vous senti que vous aviez le record du monde dans les jambes ?
Quand j’ai changé d’entraîneur après les Jeux de Londres, j’ai modifié ma stratégie. J’ai décidé d’être le plus régulier possible au niveau de la course d’élan, en gagnant en puissance et en transfert d’énergie. Lors d’un stage à La Réunion, en fin d’année, je me suis rendu compte qu’il se passait quelque chose. Mes perches étaient devenues beaucoup trop souples. C’était le signe que j’avais progressé. Les compétitions me l’ont confirmé. Il m’a fallu deux meetings pour trouver mes repères avec mes nouvelles perches. J’ai réussi à prendre plus de levier et des perches plus grosses. Mon rapport poids-puissance a augmenté.

Vous aviez ciblé tout particulièrement le rendez-vous de Donetsk ? Le réalisateur Cédric Klapisch (qui prépare un documentaire sur le perchiste français) a raconté que vous aviez insisté pour qu’il vienne là-bas…
Après mes 6,04 m à Rouen, j’ai décidé de m’accorder un week-end off en compétition pour bien me ré-entraîner. L’histoire de la perche a été écrite sur ces terres ukrainiennes. Je savais que j’avais les moyens d’y sauter haut. Le dernier entraînement a été très positif. Je sentais qu’il y avait quelque chose.

Depuis samedi, on vous compare aux plus grands champions du sport français…
Ce sont des gens qui, pour moi, appartenaient à une autre catégorie que la mienne jusque-là. Ça fait tout drôle. C’est un bel honneur, mine de rien. En plus, je suis encore jeune. Je suis loin d’être en fin de carrière. C’est motivant pour la suite car je me nourris de ce genre de choses pour repousser mes limites, celle de mon sport et même du sport en général. Ça me fait limite peur tellement c’est grand !

A quel accueil vous attendez-vous à Clermont ?
Je n’ai pas envie de m’en faire une idée. Je pense que ça va être colossal. Ça va être une belle surprise.

Vincent Debaty (pilier de l’ASM Clermont Auvergne) a rappelé ce matin que vous aviez fait un pari avec les joueurs de l’ASM : vous devez désormais participer à un entraînement de rugby et faire sauter à la perche des rugbymen…
C’est Franck Azéma (entraîneurs des arrières de l’ASM) qui avait proposé ça. Ça va dépendre de mon pied mais le pari tient toujours ! J’ai déjà fait sauter à la perche des rugbymen et ça m’avait fait bien rigoler. Ce sera un petit moment de partage et d’échange, qui permettra de changer d’air.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Renaud en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!


par FFAthletisme

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Sebastien Reynes - 17/02 (19h13)
etant ancien rugbyman et ayant fait des paris pendant certains stage j'espere qui ne tenteront pas le diable un rugbyman pris dans le mouvement ca reflechit pas trop :) et pour lavillenie il a montre que le travail paye un jour ou l'autre si l'on fait bien les choses
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
16/11 >  
02/11 > (1)
26/09 >  
13/09 >  
06/09 > (2)
03/09 > (3)
22/08 >  
17/08 > (3)
21/06 >  
12/06 > (1)
le reste de l'actualité
21/11 >  
20/11 >  
19/11 >  
19/11 >  
19/11 > (1)
16/11 > (1)
15/11 >  
12/11 > (1)
12/11 >  
08/11 >  
05/11 >  
04/11 >  
02/11 >  
02/11 >  
30/10 >  
29/10 > (3)
29/10 >  
28/10 >  
26/10 > (1)
23/10 >  
22/10 >  
22/10 >  
21/10 >  
21/10 > (1)
19/10 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS