MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France Elite en salle : Martinot-Lagarde au rendez-vous
Commentez cette actualité
Championnats de France Elite en salle : Martinot-Lagarde au rendez-vous

Très attendu, Pascal Martinot-Lagarde n’a pas déçu. Le longiligne hurdleur a remporté la finale du 60 m haies en 7’’49, nouveau record des championnats. Le principal temps fort de cette première journée de compétition, marquée également par les records de France dans les catégories jeunes de Frédéric Dagée au lancer du poids et de Rouguy Diallo au triple saut. Sur la ligne droite, pas de surprise avec les titres logiques de Christophe Lemaitre et Stella Akakpo.

L’hécatombe. Avant même de commencer, le 60 m haies messieurs, la course la plus attendue de ces championnats, s’est retrouvé décimé. Garfield Darien avait fait le déplacement depuis Lyon. Le sociétaire de Clermont Athlétisme Auvergne voulait prendre le départ, malgré une gêne à l’adducteur gauche qui s’était réveillé il y a quelques jours. Le médecin fédéral l’en a dissuadé, au nom du principe de précaution. Autre forfait de dernière minute : celui du champion d’Europe espoirs du 110 m haies Simon Krauss (Avia Club Issy-les-Moulineaux), victime d’une malencontreuse chute à l’échauffement. Pour couronner le tout, le finaliste mondial Thomas Martinot-Lagarde (US Créteil) se faisait disqualifier en séries pour faux-départ. Autant dire que le suspens a rapidement baissé d’un cran, ce qui n’a pas empêché Pascal Martinot-Lagarde de remporter avec la manière sa série en 7’’55, avant de lâcher les chevaux en finale en 7’’49 sur une piste réputée peu rapide. Un record des championnats, à un défaut d’un record de France que le sociétaire de l’ES Montgeron visait clairement et qu’il approchera sans doute rapidement de nouveau, avec un peu plus de concurrence. Ladji Doucouré n’a pas démérité en décrochant l’argent, mais à distance avec un chrono de 7’’76.

Dagée s’offre un nouveau record
Lors d’une première journée peu riche en grandes performances, ce sont les jeunes qui ont allumé les plus belles mèches. Au tableau d’honneur, Frédéric Dagée (Nice Côte d’Azur Athlétisme) occupe la première place. Après avoir battu tous les records de France cadets et juniors du poids, il a enfin récidivé chez les espoirs, en dépassant pour la première fois de sa carrière la barrière symbolique des dix-neuf mètres, après avoir déjà battu la marque de référence plutôt dans le concours. Avec 19,04 m au sixième essai, il efface des tablettes les 18,87 m d’Yves Brouzet en 1970, un des plus vieux records de France. Un jet qui ne lui a pourtant pas permis de devancer Gaëtan Bucki (Artois Athlétisme), qui décroche un nouveau titre de champion de France avec 19,11 m. La journée a été faste pour le Nice Côte d’Azur Athlétisme puisque le deuxième record de France du jour est venu d’une autre athlète du club, Rouguy Diallo. Avec un triple saut à 13,43 m, elle a amélioré sa propre meilleure marque nationale chez les juniors. Mais elle a terminé au pied du podium, dans un concours remporté par Jeanine Assani Issouf (Limoges Athlé) avec 13,73 m. Cette dernière a devancé au deuxième meilleur essai Nathalie Marie-Nely (CA Montreuil 93), également retombée à 13,73 m. A la hauteur, pas de record de France pour la cadette d’Athlé 66 Nawal Meniker. Mais un premier titre de championne de France avec 1,81 m pour cette athlète prometteuse, qui a devancé aux essais la junior du Coquelicot 42 Valérie Bonnet et la recordwoman de France Mélanie Skotnik (Strasbourg Agglomération Athlé), qui a connu la première défaite de sa carrière en championnat de France.

Akakpo et Lemaitre sans surprise
En dehors de ces coups d’éclat, le Stadium de Bordeaux Lac a couronné la plupart des favoris annoncés. Sur la ligne droite, Stella Akakpo (Amiens UC) a amélioré son record personnel en 7’’30 pour devancer de huit centièmes la sauteuse en longueur Eloyse Lesueur (Saint-Denis Emotion). Chez les hommes, Christophe Lemaitre n’a pas non plus tremblé en 6’’63. Toujours du côté des courses, cavalier seul pour Ophélie Claude-Boxberger (Montbéliard Belfort Athlétisme), vainqueur du 1500 m en 4’23’’71. Au poids, large domination de Jessica Cérival (Entente Franconville Cesame Val d’Oise) dont les 17,27 m sont le meilleur lancer depuis l’été 2012. Pour le suspens, il fallait plutôt aller du côté du sautoir à la perche, où les protégées de Philippe d’Encausse, Marion Lotout (Stade Sottevillais 76) et Marion Fiack (Entente Thionville Yutz) se sont livré un beau duel. Au final, avantage à la première nommée avec 4,56 m, cinq centimètres devant sa partenaire d’entraînement.

Dans ces championnats souvent très ouverts, les grosses cotes ont parfois su tirer leur épingle du jeu. Le symbole ? La longueur femmes. Dans un concours d’un niveau assez faible, l’espoir Cynthia Bizet (AS Pierrefitte) a eu le mérite de savoir saisir sa chance. Qualifiée pour ces France Elite après avoir d’abord figuré sur la liste d’attente avec ses 5,99 m, elle a amélioré son record personnel de quatorze centimètres pour l’emporter avec 6,13 m. Le tout après un voyage en camionnette entamée depuis la Seine Saint-Denis ce matin à 7h.
Demain, deuxième et dernière journée de ces championnats de France avec notamment le 60 m haies féminin et Cindy Billaud, ainsi que la perche masculine où on retrouvera, entre autres, Jérôme Clavier et Kevin Menaldo. Sans oublier la fin de l’heptathlon. Après quatre épreuves, Romain Martin (3291 pts) du Lille Métropole Athlétisme et Bastien Auzeil (3287 pts) de l’Entente Athlétique Grenoble 38 se tirent la bourre, loin devant Kevin Mayer (3060 pts) de l’EA Rhône Vercors.

A Bordeaux, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

  • Retrouvez toutes les start-lists et résultats, épreuve par épreuve en cliquant ici
  • Retrouvez les résultats complets en cliquant ici

Pour voir quelques photos de la 1ère journée, cliquez ici

Les réactions :

Frédéric Dagée (Nice Côte d’Azur Athlétisme), vice-champion de France du lancer du poids avec 19,04 m : « J’ai débuté la saison hivernale avec 18,66 m donc je me disais que ça serait bien d’aller chercher les 19 mètres. C’était dans l’ordre des choses. Ce record de France espoirs n’était pas tout jeune (18,87 m par Yves Brouzet en 1970 !). C’est une belle étape, comme la barre mentale des 19 m, et cela annonce de belles choses pour la Coupe d’Europe dans trois semaines et cet été. Je commence à être propre et à avoir de belles sensations. Je ne peux pas dire que j’ai des regrets, aujourd’hui, par rapport à la victoire. C’est vrai que j’en suis proche et ça me donne encore plus de motivation pour la suite. »

Christophe Lemaitre (AS Aix-les-Bains), champion de France du 60 m en 6’’63 : « Un titre national n’est pas quelque chose d’anodin, parce que ça permet de se sentir en confiance et de se dire qu’on a fait ce qu’il fallait. Cela prouve qu’on est déjà maître chez soi avant de viser les championnats du Monde ou d’Europe. C’est une étape qui doit être incontournable pour tous les athlètes. Evidemment, j’aimerais aller plus vite cet hiver, mais l’objectif était avant tout de récupérer le titre de champion de France. Le travail commence à se sentir dans mes courses. Je n’ai aucun regret de ne pas aller à Sopot, car avec 6’61, je suis loin du meilleur niveau mondial. Y aller pour se frustrer, ce serait contre-productif. »

Stella Akakpo (Amiens UC), championne de France du 60 m en 7’’30 : « C’est un grand titre, le plus important de ma petite carrière. C’est une bonne entrée en matière, qu’il va falloir confirmer cet été. Le chrono descend encore, donc je suis contente. Je vais voir avec mon entraîneur si je continue encore un peu ma saison en salle. L’objectif primordial , c’est l’été, et faire descendre les centièmes en salle, qui était un peu mon point faible, j’espère que ce sera de bon augure pour la suite. Face à Eloyse, je n’étais pas sûre de gagner, et on s’est bien tirée toutes les deux. »

Gaëtan Bucki (Artois Athlétisme), champion de France du lancer du poids avec 19,11 m : « Je suis satisfait d’une seule chose : le titre. A part ça, j’ai fait six fois le même jet. J’ai cherché à aller beaucoup plus vite qu’avant dans le plateau cet hiver et ça marche. Le problème, c’est que mes repères sont totalement perturbés. Pour résumer, j’ai changé de braquet mais je n’ai plus la même fréquence de pédalage. Aujourd’hui, si j’avais lancé à 20 mètres, ça n’aurait pas été un scandale. Mais ce n’est pas tout de dire je le vaux, il faut aussi le faire. »

Cynthia Bizet (AS Pierrefitte), championne de France du saut en longueur avec 6,13 m : « C’étaient mes premiers championnats de France Elite et je n’avais jamais dépassé les six mètres avant aujourd’hui. Je ne réalise pas encore. Tout à l’heure et demain, ça va être magnifique. Au départ, je n’étais même pas dans les qualifiées directes, j’étais sur la liste d’attente. Je n’étais même pas sûre de venir car le trajet coûtait très cher. Au dernier moment, on a réussi à trouver une camionnette de la mairie pour venir. On est parti à 7h du matin pour arriver à 14h. Je visais juste une place dans les huit et un record personnel (ndlr : 5,99 m avant aujourd’hui). Le concours ?  Je saute à 6,07 m au deuxième essai puis je vois les filles se rapprocher. Je me suis dit qu’il fallait tout donner au cinquième et c’est passé ! »

Ophélie Claude-Boxberger (Montbéliard Belfort Athlétisme), championne de France du 1 500 m en 4’23’’71 : « L’essentiel, c’était de gagner. Quand Fanjanteino Félix a relancé au milieu, je me suis dit que j’allais attaquer à 400 mètres de la ligne et c’est ce que j’ai fait. Comme j’avais un peu de marge au niveau chronométrique, ça m’a permis d’être plus facile à cette allure-là. Même si je ne vais pas à Sopot, ma saison est réussie. Je bats mon record personnel, je suis parmi les toutes meilleures européennes pour ma première saison sur 1 500 m, le contrat est rempli ! »

Marion Lotout (Stade Sottevillais 76), championne de France du saut à la perche avec 4,56 m : « La favorite était Marion (Fiack). Je reviens en forme au bon moment et la chance tourne du bon côté. A 4,56 m, je réalise trois sauts qui méritent de passer. Sur le troisième, je touche la barre et je la regarde juste pour voir où elle va tomber. Et finalement, elle reste sur les taquets. C’est super important de montrer qu’on est capable de répondre présente le jour J. En plus, j’explose mon record personnel en salle. J’ai passé un petit cap en indoor. »

Pascal Martinot-Lagarde (ES Montgeron), champion de France du 60 m haies en 7’’49 : « Je suis satisfait. Jamais deux sans trois ! Je ramène une nouvelle médaille d’or à la maison. Je voulais aller chercher le record de France de Ladji (Doucouré, en 7’’42) et je me suis crispé. Je bats tout de même d’un centième le record des championnats. L’absence de Garfield Darien, c’est dommage. Ce sont les grosses courses avec des gros combats qui permettent de descendre les chronos. »

Jeanine Assani-Issouf (Limoges Athlé), championne de France du triple saut avec 13,73 m : « Je ne réalise pas encore. Au dernier essai, mes jambes tremblaient, je n’arrivais plus à sauter. Je ne m’y attendais pas du tout. Je m’entraînais pour cela au début de l’hiver, mais vu comme ma saison s’est déroulée jusque là, je venais pour un podium. En plus, je bats mon record, c’est le top. Je ne suis plus très loin du record de France espoirs, je pourrai peut-être le battre aux championnats de France espoirs. »

Nawal Meniker (Athlé 66), championne de France du saut en hauteur avec 1,81 m : « Je ne trouve pas les mots ! Je ne venais pas pour le titre ou le podium mais pour m’amuser et apprendre, et regarder les grandes comme Mélanie Skotnik. Je n’ai pas ressenti de stress alors qu’il y a deux semaines, je refusais toutes les barres .Cette victoire arrive par surprise. J’en suis fière et ça me motive pour la suite. Je vais maintenant essayer de devenir championne de France cadettes. Pour moi, c’est aussi important que le titre aux Elite. »

Jessica Cérival (EFCVO), championne de France du poids avec 17,27 m : « Ce titre a un goût particulier, parce que j’ai fait une petite pause entre la fin 2012 et 2013. J’ai aussi changé de coach et ça me fait super plaisir. Je reviens et je reprends du plaisir à lancer ! Je ne me voyais pas aller à Sopot, parce que je n’ai pas fourni assez de travail pour me qualifier. Par contre, j’espère être à Zurich, et je vais essayer d’être régulière autour de 17,50 m pour décrocher les minima situés à 17,60 m. »

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
30/04 > (6)
02/03 >  
23/02 >  
22/02 >  
07/10 >  
le reste de l'actualité
19/11 >  
15/11 >  
02/11 > (1)
24/10 >  
23/10 >  
21/10 >  
19/10 >  
11/10 >  
08/10 >  
05/07 > (1)
21/06 >  
12/06 >  
11/06 >  
31/05 >  
28/05 >  
24/05 >  
20/04 >  
03/04 >  
13/03 >  
10/03 >  
06/02 >  
06/02 > (1)
02/02 >  
11/01 >  
15/12 > (1)
rechercher
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS