MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Paris Perche : Sautons sous la pluie !
Commentez cette actualité
Paris Perche : Sautons sous la pluie !

Le Paris Perche, l’exhibition de saut à la perche organisée dans les jardins du Trocadéro, à quelques encablures de la Tour Eiffel, a tenu toutes ses promesses malgré des conditions dantesques. Sous la pluie parisienne, Renaud Lavillenie a assuré le spectacle en s’imposant avec un saut à 5,70 m, devant son frère Valentin. Surtout, à une semaine du meeting Areva, le recordman du monde et ses camarades plieurs de gaule ont réussi leur opération séduction, en faisant découvrir au grand public leur épreuve si spectaculaire.

Les premières gouttes tombent déjà, au pied du palais de Chaillot, quand Renaud Lavillenie démarre sa course d’élan à 5,30 m. Il s’élève au-dessus de la barre et, soudain, réalise un saut périlleux pour retomber sur ses pieds. Le public, massé le long de la piste d’élan et dans les escaliers surplombant les jardins du Trocadéro, est soufflé. Le message est clair : le champion olympique est là pour faire le spectacle. Quelques minutes plus tôt, à l’applaudimètre, il l’avait largement emporté devant l’invité d’honneur de l’exhibition, le tsar Sergueï Bubka. Impressionnant d’aisance, malgré les trombes d’eaux, le Français franchit toutes les barres au premier essai à 5,70 m, pendant que les autres concurrents (quelques-uns des meilleurs Tricolores comme Damiel Dossevi, Alexandre Feger, Nicolas Homo, Alexandre Marchand et Jérôme Clavier),  s’y reprennent à trois fois, voire quatre (magie de la démonstration oblige) pour l’accompagner le plus longtemps possible. Mais la pluie redouble d’intensité et l’oblige à interrompre son concours à 5,80 m. Une décision sage. Devant plusieurs centaines de spectateurs, la fête est réussie malgré les parapluies. « La fin était un peu précipitée, reconnaît Renaud Lavillenie. Mais on n’avait pas organisé tout ça pour dire au public, avant de rentrer chez nous : désolé, on ne saute pas ! Avant tout, j’ai savouré le plaisir de sauter ici. La Tour Eiffel, c’est ce qu’il y a de plus beau et de plus symbolique pour un Français. On a eu tout ce qu’on attendait aujourd’hui, sauf la météo ! »
Parmi le public, on apercevait des visages envieux. Ceux de Marion Lotout et Anais Poumarat, qui rêve forcément d’un concours féminin lors d’une éventuelle prochaine édition. D’autres athlètes, pas forcément habitué des sautoirs à la perche, ont profité du spectacle, à l’image du spécialiste du 400 m Mame-Ibra Anne et du sauteur en longueur Kafetien Gomis. Les anciens et pionniers, Jean-Claude Perrin et Maurice Houvion, ne pouvait pas non plus rater ça, eux qui avaient déjà organisé en 1978 une démonstration de perche sous la Tour Eiffel. « Cette journée est le prolongement de ce que nous avions fait, apprécie le second nommé, en costard avec écusson du Pole Vault Show 1993. En plus, pour les perchistes, c’est la possibilité de franchir des paliers, même si les résultats ne sont pas homologués. »

Proximité et initiations
Et aussi, aurait-il pu ajouter, de détecter de futurs plieurs de gaule de talent. Plus tôt, dans la journée, Renaud Lavillenie s’était en effet mis dans la peau d’un coach, le temps de quelques initiations pour les jeunes des clubs de l’Ile-de-France : Paris Avenir Athlétic, Athlétic Club Arpajonnais, Essonne Athlétisme, Saint-Brice Athlétisme… « J’ai raté mes deux passages quand il y avait Renaud, confie, dans un sourire, Solène, une ado licenciée dans le dernier club cité. Je lui ai demandé de m’aider à placer mes mains sur la perche. Je suis contente. Avant aujourd’hui, je n’avais jamais sauté à la perche et, en plus, je n’étais jamais allée dans les jardins du Trocadéro. » Louis, poussin du Paris Université Club, est arrivé un peu plus tard et n’a assisté qu’à la démonstration. Mais, avec ses parents, il ne regrettait pas le déplacement : « Dans les stades, on n’a pas l’habitude de cette proximité. Là, on voit super bien et on se rend vraiment compte de la hauteur à laquelle montent les athlètes. »
Louis en a pris plein les yeux, tout comme beaucoup de touristes surpris de tomber sur des perchistes dans ce cadre magnifique. Des Canadiens, avec leur grand drapeau à la feuille d’érable, ont ainsi assuré l’ambiance pendant quelques minutes. Pari réussi, puisque l’objectif de cette journée était aussi de faire découvrir l’athlétisme à un public pas forcément passionné de sport. « La perche, c’est spectaculaire et ça interpelle le quidam », confirme Bernard Amsalem, président de la Fédération française d’athlétisme, l’organisateur de l’événement. Qui voit désormais encore plus loin et plus grandiose : « Nous voulons mettre en place un circuit européen dans cinq grandes capitales européennes : Paris, Berlin, Madrid, Londres et Rome. » L’occasion de voir s’envoler Renaud Lavillenie dans des lieux emblématiques du continent. Les Parisiens, eux, sont des chanceux. Ils pourront retrouver le protégé de Philippe d’Encausse dès samedi prochain au Stade de France, lors du meeting Areva.

A Paris, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
11/01 >  
15/12 > (1)
01/12 >  
03/11 >  
03/09 >  
01/09 >  
26/06 >  
26/06 >  
22/06 >  
18/05 >  
le reste de l'actualité
11/12 >  
06/12 > (1)
24/11 > (1)
29/09 >  
11/09 >  
22/08 >  
06/06 >  
23/05 >  
14/04 >  
06/04 >  
01/03 >  
01/02 > (1)
09/12 >  
08/12 >  
12/10 >  
27/09 > (2)
14/09 > (2)
12/09 > (2)
22/08 >  
25/07 > (1)
19/07 >  
13/07 > (1)
12/05 >  
06/05 >  
02/05 >  
rechercher
Evénements
à venir
Championnats de France Elite
Championnats de France de Cross-country
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS