MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Stanley Joseph : « Je suis encore là-haut »
Commentez cette actualité
Stanley Joseph : « Je suis encore là-haut »

Le dimanche 26 juin, sur le sautoir à la perche d’Angers, le concours du saut à la perche masculin des France Elite s’annonce palpitant. Il y aura deux billets à aller chercher pour les championnats d’Europe d’Amsterdam et les Jeux olympiques de Rio, pour accompagner l’incontestable Renaud Lavillenie. Après le recordman du monde et son petit frère, Valentin, un troisième perchiste, Stanley Joseph, a réalisé le niveau de performance pour les J.O. Et d’autres pourraient bientôt suivre, à l’image de Kevin Menaldo et Jérôme Clavier. Le perchiste de l’EC Orléans Cercle Jules Ferry, vingt-cinq ans, a pris la quatrième place du meeting Diamond League de Shanghai avec 5,70 m, améliorant son record personnel de cinq centimètres. Toujours pas redescendu de son petit nuage, il s’est confié mardi soir à athle.fr, au sortir d’une séance à Aubière avec son camarade d’entraînement Renaud Lavillenie et son coach Philippe D’Encausse.

Athle.fr : Battre son record personnel en Diamond League, ce n’est pas anodin. Les compétitions relevées vous galvanisent ?
Stanley Joseph : Participer à un gros meeting, j’aime ça. Ça m’a un peu boosté. Battre mon record à Shanghai, c’est encore mieux que sur une petite compétition où il n’y a personne. Je suis hyper content. Je suis rentré en France avant-hier mais j’ai encore l’impression d’être là-bas. Je plane un peu. J’ai revu mon saut une bonne vingtaine de fois pour me le mettre bien en tête.J’ai sauté avec une perche que je n’avais jamais utilisée. C’est ce que font la plupart du temps les perchistes pour battre leur record. La compétition a été géniale du début à la fin. Je ne sais pas quoi dire, je suis encore là-haut. Maintenant, il faut que je refasse la même chose, voire encore mieux. C’est l’objectif.

Quelle est la perche que vous avez utilisée ?
Une 4,90 m-15.8 (ndlr : longue de 4,90 m avec un indice de dureté de 15.8). Pour la plupart des meilleurs perchistes, c’est une toute petite perche. Je ne suis pas forcément le plus épais de la bande. Si certains perchistes lisent ça, ils vont se moquer de moi ! Je mesure 1,81 m. Niveau taille, ça va. Mais je suis loin d’être une bête en muscu (rires). Je fais partie de ceux qui prennent les plus petits leviers, que ce soit aux France ou au niveau international. Ma plus grosse qualité, c’est la technique. Je cherche à être le plus fluide possible pendant le saut, sans trop de chocs. On va dire que je suis plus un technicien qu’un bourrin.

Avant de vous élancer pour votre dernière tentative à 5,70 m, à quoi avez-vous pensé ?
Je me suis dit : Ne cherche pas à comprendre. Sors cette perche, pique dans le butoir, renverse le plus vite possible, et après on verra ! » Philippe (D’Encausse) et Renaud (Lavillenie) m’avaient boosté avant. Il y avait de bonnes conditions avec du vent favorable, une grosse compet’, du monde dans les gradins. Il fallait en profiter. Je retombe un peu sur la barre. Je la vois trembler mais elle reste sur les taquets. Je saute de joie. Philippe et Renaud me prennent dans leurs bras.

Ces 5,70 m représentent beaucoup de choses pour vous…
Ce sont quand même les minima pour Rio. Ça n’est pas rien ! C’était l’objectif de ma saison. J’avais un record à 5,62 m en démarrant l’année. Je pataugeais depuis quelques saisons. Là, c’est tout à la fois : le record personnel, la perf’ sur une grosse compet’ avec la quatrième place, les minima pour les Jeux…

Pour aller aux championnats d’Europe d’Amsterdam et aux Jeux de Rio, cette performance ne suffira sans doute pas…
Je considère qu’il n’y a que deux places de libres, la première étant réservée à Renaud. En France, il y a de la densité, un gros niveau à la perche. Il va falloir tout donner aux Elite et lors des prochains meetings. Les championnats de France vont déterminer la suite de la saison. J’aime l’adrénaline de ce genre de compétitions. Cette petite pression, en général, ça me booste. Mais je ne suis pas du style à trop parler avant les compets.

Vous avez connu un petit creux en 2014 et 2015, après avoir participé aux championnats d’Europe en salle en 2013. Que s’est-il passé pendant ces deux années ?
Je me suis peut-être un peu détaché de la perche. J’ai fini mes études en 2014, en terminant un Master pour enseigner l’EPS. J’ai commencé à faire des remplacements. Pareil en 2015. En septembre dernier, je me suis dit que les Jeux olympiques de Rio, c’était une occasion qui ne se représenterait peut-être plus. J’ai décidé d’arrêter de travailler pour mettre toutes les chances de mon côté. J’ai le soutien de la ville d’Orléans et de mon club, ce qui m’a permis de tenter le coup. Je suis parti en stage à La Réunion et à San Diego cette saison, alors que j’avais loupé des déplacements les années précédentes. Les conditions d’entraînement à Clermont sont top, je ne suis pas sûr qu’il y ait mieux en France. Avec Renaud, on n’est que deux garçons dans le groupe. Je suis hyper bien entouré et conseillé.

Justement, que vous apporte Renaud Lavillenie, aussi bien à l’entraînement qu’en compétition ?
Sa présence m’aide forcément. Il me fait profiter de son expérience, me donne plein de conseils. Il me motive tout le temps. L’entraîneur, évidemment, c’est Philippe. Mais en compétition, à Shanghai, j’avais des retours de la part des deux après chaque saut. Pour progresser, il n’y a pas mieux.

Vous avez aussi l’exemple, à vos côtés, d’un athlète qui n’a pas forcément un des plus gros gabarits du circuit mais qui détient le record du monde. Cela vous aide à faire tomber des barrières mentales ?
C’est limite le plus important. Renaud est un athlète hors norme sur le plan mental. Moi, au départ, j’étais loin d’être dans les meilleurs à ce niveau-là. Je me posais beaucoup de questions. Renaud me lance sans cesse des petits défis à l’entraînement. Après avoir bien bossé, on termine les séances par des petits jeux. Ça me fait vraiment progresser. Je tente plus de choses qu’avant. Et c’est ce qui fait la différence au saut à la perche.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Stanley en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
11/12 >  
05/12 >  
16/11 >  
02/11 > (1)
26/09 >  
13/09 >  
06/09 > (2)
03/09 > (3)
22/08 >  
17/08 > (3)
le reste de l'actualité
09/12 >  
08/12 >  
08/12 >  
08/12 >  
07/12 >  
07/12 >  
03/12 > (2)
30/11 >  
30/11 >  
28/11 >  
27/11 >  
26/11 >  
26/11 >  
23/11 > (2)
23/11 >  
21/11 > (2)
21/11 >  
20/11 >  
19/11 >  
19/11 >  
19/11 > (1)
16/11 > (1)
15/11 >  
12/11 > (1)
12/11 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS