MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats d’Europe des 24 h : Les Bleus dans le rythme
Commentez cette actualité
Championnats d’Europe des 24 h : Les Bleus dans le rythme

Les équipes de France engagées à Albi aux championnats d’Europe des 24H étaient lancées sur d’excellentes bases à la mi-course, les deux équipes pouvant viser au minimum une place sur le podium. Anne-Marie Vernet, Stéphane Ruel, Piero Lattarico et Ludovic Dilmi pourraient bien monter aussi sur la boîte en individuel.

Sous un beau soleil d’automne qui a baigné le stadium d’Albi toute la journée, les Français ont connu une bonne journée ce samedi, lors du premier tiers de leur épreuve. Les circadiens, engagés dans une longue aventure de 24H, débutée samedi matin à 10h00, respectent à la lettre le plan de marche prévu par l’encadrement tricolore, et sont bien calés dans la lutte pour le podium par équipes, et dans le top 10 ou à proximité immédiate sur le plan individuel. « Les garçons sont exactement là où nous les attendions, et les filles sont peut-être parties un tout petit peu plus vite que prévu, mais rien de bien méchant. Nous n'avons qu'un abandon à déplorer, nous nous en sortons bien », glissait Jef Pontier, le manager du hors stade, entre deux ravitaillements. Après douze heures de course, Stéphane Ruel, pointait à la deuxième place provisoire du classement avec 138 km parcourus. Piero Lattarico a couvert dans le même laps de temps 132km et figurait à la huitième position au moment où nous bouclons ces lignes, pour sa première expérience sous le maillot bleu. Un peu plus loin, Ludovic Dilmi (12e) avait entamé sa remontée en début de nuit, avec l'ambition de se rapprocher des places d'honneur, alors que les deux petits nouveaux,, Guillaume Laroche (14e) et Patrick Ruiz (15e), contribuent au joli tir groupé des Bleus. Régulier, Alain David attend son heure en vingt-sixième position.

Sorokin comme un avion
En tête de course, le Lituanien Aleksandr Sorokin fait très forte impression, avec plus de quinze kilomètres d'avance après douze heures d'effort solitaire et continu. A plus de 13 km/h de moyenne depuis le coup de pistolet initial, après notamment une première heure qui l’a vu parcourir pas moins de seize bornes, il cumulait déjà plus de 153 km, alors que le record du monde est de 290,221 km par le Grec Yiannis Kouros. Pas sûr pour autant que le grand favori puisse maintenir un tel niveau pendant un tour complet d’horloge, et une stratégie avec un arrêt long pour la récupération est envisagée par les observateurs avisés de l’épreuve. La réponse arrivera sans doute durant la nuit, qui s’annonce moins froide que la précédente avec entre dix et douze degrés au thermomètre. Parmi les poursuivants, menés par Stéphane Ruel, les Britanniques Dan Lawson et Marco Cansoni ont commencé à pointer le bout de leur nez 

Vernet à l’affût
Chez les dames, la Tchèque Tereza Gecova a longtemps mené les débats, après avoir pris les commandes des opérations dès la première heure. Mais vers 18h, elle a rejoint le stand de son équipe nationale, victime d'une chute, laissant la Croate Antonija Orlic et la Suédoise Maria Jansson prendre les choses en mains. A mi-course, c'est la tenante du titre scandinave qui occupait la tête avec 127 km, mais sa rivale était pointée dans le même kilomètre, tout comme la deuxième Croate Veronika Jurisic. Partie sur des bases pluss prudentes, Anne-Marie Vernet s’est progressivement replacée à la quatrième place de la course, avec près de 125 kilomètres parcourus lors de la première moitié de son effort. Les autres Françaises sont un peu plus loin avec Nathalie Derrault vingtième, juste devant Valérie Vallon, Sylvie Peuch pointait au vingt-sixième rang malgré un petit coup de mou et Stéphanie Dessartine à la cinquantième position. La locale Cécile Nissen a malheureusement dû abandonner, après 98 kilomètres d'effort devant nombre de ses amis. 

Au classement par équipes, les Français sont à la lutte avec les Britanniques pour la couronne continentale, et peuvent s'appuyer sur leur densité pour pallier une éventuelle défaillance. Leurs homologues féminines ont une marge de manoeuvre plus restreinte, mais peuvent légitimement croire à un podium, pour lequel elles livrent bataille à la Hongrie et la Pologne. « Mais attention, nous sommes sur des bases de performance haute pour tous nos athlètes, donc il faut rester bien vigilant », rappelait Jef Pontier dans la fraîche (12°C) nuit tarnaise.

A Albi, Etienne Nappey pour athle.fr

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
14/06 > (1)
14/06 >  
07/06 >  
06/06 >  
27/05 > (3)
25/05 >  
20/05 > (1)
18/05 > (2)
12/05 >  
11/05 >  
le reste de l'actualité
22/06 >  
22/06 >  
21/06 > (1)
21/06 >  
20/06 >  
19/06 > (4)
19/06 > (1)
18/06 > (2)
18/06 >  
17/06 > (2)
16/06 > (3)
16/06 >  
15/06 > (1)
15/06 > (1)
15/06 >  
14/06 >  
13/06 >  
12/06 > (1)
12/06 >  
12/06 >  
11/06 >  
10/06 > (1)
10/06 > (2)
09/06 > (2)
09/06 > (1)
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS