MON ACCÈS
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Trouver un club près de chez vous
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Marathon de Paris : Hassan Chahdi à la porte des 2h10
Commentez cette actualité
Marathon de Paris : Hassan Chahdi à la porte des 2h10

Pour le deuxième marathon de sa carrière, Hassan Chahdi a été à la hauteur de ses ambitions en prenant la 12e place du Marathon de Paris dans le chrono de 2h10'20, synonyme de niveau de performance requis pour les Mondiaux de Londres. L'épreuve a été marquée par la victoire historique d'un couple marié : les Kenyans Paul Lonyangata en 2h06'09 et Purity Rionoripo en 2h20'55, qui constitue le nouveau record de l'épreuve chez les femmes.

Il visait un chrono de 2h10, il ne s'en est fallu que de 20 secondes pour qu'Hassan Chahdi atteigne son ambitieux objectif, dimanche matin, lors du 41e Marathon de Paris. Sous un soleil plus que printanier, le Français de 27 ans a pris un départ rapide, bien qu'en retrait sur le groupe de tête dès les premiers kilomètres. Au 10e kilomètre, la quinzaine de coureurs à l'avant passait en 29'45, soit avec 30 à 40 secondes d'avance sur le deuxième groupe constitué notamment du tricolore et de ses compatriotes Benjamin Malaty et Jean-Damascène Habarurema. En 31', Yohan Durand est, lui, parti à son rythme. Au passage au semi-marathon, la tête de course comptait plus d'une minute d'avance sur Chahdi et Malaty (1h04'10), tandis que Jean-Damascène Habarurema était décroché d'une centaine de mètres.

Devant, le Kenyan Paul Lonyangata s'envolait progressivement vers la victoire finale en 2h06'10, après avoir répondu aux attaques successives de ses adversaires et attaqué à six kilomètres de l'arrivée. « C'était la course parfaite, savourait-il, impressionnant de facilité. Je n'avais rien planifié, ça s'est fait tout seul. » Derrière, Hassan Chahdi s'est, lui, retrouvé souvent esseulé passé le 25e kilomètre et l'arrêt des lièvres. Après un léger coup de mou au 39e kilomètre, chronométré en 3'17 par son entraîneur Jean-Claude Vollmer, le triple champion de France en titre de cross-country a néanmoins retrouvé les ressources sur les derniers hectomètres pour terminer 12e en 2h10'20, soit 1'40 de moins que le niveau de performance requis pour Londres.

Contrairement à sa première expérience douloureuse sur les 42,195 kilomètres en avril 2016 à Rotterdam (2h15'59), l'Isérois a donc beaucoup mieux géré sa course parisienne, retranchant près de cinq minutes à sa référence initiale. Il signe ainsi la 12e meilleure performance française de tous les temps pour son deuxième essai sur la distance. « Je suis très heureux, je m'attendais à ça, a-t-il confié après l'arrivée sous un léger masque de fatigue. Je suis un peu déçu du chrono même si ce n'est qu'un deuxième marathon. Je sens que j'ai encore du travail à faire au niveau du kilométrage. Ça a été très dur sur la fin. Je n'ai pas trop ressenti la chaleur, je m'étais préparé pour ça. À partir du 28e kilomètre, j'étais un peu seul mais j'avais toujours un point de mire. J'étais prêt à courir tout seul. J'ai essayé de trouver mon propre rythme, je n'ai pas paniqué. » Une performance qui lui ouvre de sérieuses perspectives pour l'avenir, même si l'intéressé semblait vouloir faire l'impasse sur les Mondiaux de Londres pour récupérer complètement et privilégier les saisons à venir. « J'ai encore besoin de beaucoup de travail pour courir avec les meilleurs mondiaux, analysait-il. J'avais une douleur à la fesse dès le début. Il faut que je prenne soin de moi, que je revienne peut-être ici l'année prochaine pour faire un meilleur chrono. »

Malaty et Durand proches de leur record
Parti sur les mêmes bases qu'Hassan Chahdi jusqu'au semi-marathon franchi en 1h04'10, Benjamin Malaty a, lui, davantage souffert pour rallier la ligne d'arrivée en 15e position. En 2h13'06, le Girondin de 30 ans n'avait toutefois pas couru à ce niveau depuis quatre ans et son record de 2h12'00 à Paris en 2013. « Ça fait du bien de recourir vite, que ce soit en 2h12 ou 2h13, appréciait-il. Je ne suis pas déçu, j'ai tenté et j'ai pris mes responsabilités. On avait décidé de passer en 1h04'30 au semi, on est passé en 1h04'10. Les gens diront que j'ai battu mon record au semi (rires), mais ce n'est pas le temps que je vaux. Au semi, j'étais déjà un poil trop vite. Après, ça relançait encore. Je lâche au 25e kilomètre. Ça va encore bien pendant 5-6 kilomètres, puis j'ai cru que j'allais exploser. Finalement, 2h13' à l'arrivée, c'est quand même satisfaisant. J'ai beaucoup souffert dans les sept derniers kilomètres, et surtout le dernier qui a été extrêmement dur au niveau musculaire. Je n'ai pas de regret. Ça fait quatre ans que je n'ai pas fait ça. Si je prends moins de risque, je peux être autour de mon record. »

Juste derrière, en 16e position, Yohan Durand est lui resté fidèle à son plan de course, après un départ en retrait des premiers Français. Le Bergeracois de 31 ans se rapproche à sept secondes de son record personnel (2h14'00) malgré 17 derniers kilomètres parcourus tout seul. « Je suis content. J'ai pris du plaisir en courant proprement, ce qui était l'objectif, a-t-il déclaré. J'ai pris le parti de partir prudemment car ma préparation ne m'a pas forcément mis en confiance. Il va falloir bosser encore pour l'abaisser [ce chrono] et descendre progressivement en 2h13 puis 2h12. » Un quatrième Français, Paul Lalire, s'est également glissé sous la barrière des 2h20' pour prendre la 19e place. En 2h17''55, le champion de France en titre du marathon a ôté près de 3'30 à son précédent record. Attendu autour du niveau de performance requis pour les Mondiaux en plein air, Jean-Damascène Habarurema était, lui, contraint à l'abandon après le passage au semi-marathon

Mais la performance de la journée était encore à venir avec l'arrivée de la Kenyane Purity Rionoripo, 23 ans, qui a franchi la ligne en tête dans un nouveau record de l'épreuve : 2h20'55. Devançant ses compatriotes Agnes Barsosio (2h21'02) et Flomena Cheyech (2h21''22), elle a amélioré son record personnel de près de quatre minutes après ses 2h24'47 réalisés à Chicago le 9 octobre dernier. Derrière, les Françaises Martha Komu et Elodie Navarro prenaient de méritoires 8e et 10e places, respectivement en 2h35'31 et 2h41'36. Au terme d'une course partie sur des bases régulières (1h10'19 au semi-marathon), Purity Rionoripo a, elle, patiemment attendu son heure dans un peloton de cinq à six coureuses, avant de se défaire avec difficulté de ses deux dernières rivales dans les derniers kilomètres. Et comble du bonheur, l'ancienne championne du monde cadettes du 3000 mètres en 2009 l'a emporté sous les yeux de son mari, Paul Lonyangata, le vainqueur masculin. « C'est bien ma femme, et je suis très fier d'elle », a-t-il déclaré alors que sa moitié semblait beaucoup plus éprouvée que lui par son effort. C'est la première victoire d'un couple dans l'histoire de l'épreuve.

Camille Vandendriessche pour athle.fr

Retrouvez les résultats de l'épreuve en cliquant ici

Hassan Chahdi
Age / Sél.28 ans / 10 A
ClubEa centre isere*
SpécialitéCross - 3 000 m - 5 000 m - 10 000 m - Semi-marathon
PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
09/04 >  
27/03 >  
20/03 >  
06/03 >  
02/01 >  
06/11 > (5)
31/10 >  
24/10 > (1)
10/10 >  
30/08 >  
le reste de l'actualité
27/06 >  
26/06 >  
26/06 > (2)
25/06 >  
25/06 >  
24/06 >  
24/06 >  
23/06 >  
23/06 >  
22/06 >  
22/06 >  
21/06 >  
20/06 >  
19/06 >  
19/06 > (2)
19/06 >  
17/06 >  
16/06 >  
16/06 >  
16/06 >  
16/06 > (1)
15/06 >  
15/06 >  
14/06 >  
14/06 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS