MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats d'Europe espoirs : Yanis David dans son jardin
9491
Commentez cette actualité
Championnats d'Europe espoirs : Yanis David dans son jardin

Le feu d'artifice de médailles est arrivé avec deux jours de retard à Bydgoszcz, mais la France a fini par battre son record de nombre de médailles aux championnats d'Europe espoirs, grâce aux six nouvelles décrochées ce dimanche. Yanis David a montré la voie en s'imposant à la longueur avec 6,56 m.

Le Temps Fort

Yanis David, home sweet home

A vingt ans, Yanis David a déjà trois maisons. La première en Guadeloupe, où elle est née et a grandi, la deuxième aux Etats-Unis, où elle étudie et s'entraîne, et la troisième sur le sautoir en longueur de Bydgoszcz, dont elle a fait son terrain de jeu préféré. Un an après y avoir décroché le titre de championne du monde juniors, elle y a cueilli le bouquet de championne d'Europe espoirs. « C'est ma piste, mon sautoir, c'est chez moi ! » s'amusait-elle à l'issue de son concours, achevé avec un nouveau record personnel de 6,56 m.
Et dire que la quatrième du triple saut vendredi ne devait même pas prendre part à la longueur cette année. Olivier Belloc, le directeur sportif français, avait eu le nez de l'engager quand même, au cas où. Pour sa cinquième compétition internationale à Bydgoszcz, il s'était évidemment souvenu que Yanis avait de bonnes habitudes en Pologne. « La veille des qualifs de la longueur, j'ai discuté vraiment longuement avec mes entraîneurs pour savoir si je devais sauter ou pas. Finalement, j'ai pris la décision d'y aller. J'ai dit à mon coach : ''Tu m'as appris à être une compétitrice, je vais faire la compétition comme Yanis David fait une compétition'', en y mettant toutes mes forces », raconte-t-elle.

Pour ajouter du piment à l'affaire, la nouvelle championne d'Europe a fait monter le suspens, en décrochant la couronne à son sixième et dernier essai. En défiant au passage toute logique physique, pour celle qui a enchaîné quatre concours en quatre jours, et ressentait une gêne à l'ischio ce dimanche. « Ma saison à la longueur a été longue, elle a commencé par des concours à 6,10 m - 6,20 m, et là, je la termine ici avec un nouveau record personnel, c'est juste... pff... parfait ! Comme en 2016, je ne m'attendais pas du tout à prendre le titre à la longueur mais tant que je gagne une médaille d'or, ça me va ! » Si la fédération polonaise se décide à candidater pour l'organisation d'un championnat international seniors dans les années à venir, Yanis David fera à coup sûr partie du comité de soutien.

La Perf

Un marcheur peut en cacher un autre

Ce n'est pas lui faire injure d'écrire que Gabriel Bordier n'était pas le plus attendu des marcheurs français ce dimanche. Quatrième performeur des engagés, Jean Blancheteau a rapidement pris les commandes de la course. Lorsqu'il a subi le contrecoup d'un « jour sans » après la mi-course, Bordier s'est trouvé là pour reprendre le flambeau. L'étudiant en troisième année de médecine (il attaquera la quatrième à la rentrée) ne l'avait même pas vu venir lui-même : « Je voulais partir prudemment compte tenu de la chaleur, et je me suis retrouvé dans le groupe de tête vers le huitième ou neuvième kilomètre. Et après, j'ai suivi... Au treizième, je me suis retrouvé seul, en troisième position. Après avoir remonté le Turc, j'ai vu l'Allemand revenir et nous déborder, j'ai préféré assurer pour la médaille de bronze. Même une quatrième place, c'était énorme pour moi ! »
Bordier et Korkmaz au coude à coude, commencent alors de longues minutes de tension, avec les deux athlètes sous la menace d'une disqualification, car déjà sanctionnés deux fois. Pendant que les staffs des deux marcheurs scrutent, inquiets, le tableau des cartons, Bordier ne s'affole pas. « Vers le 14-15e kilomètre, je vois que j'ai pris deux rouges, et c'est quelque chose qui ne m'arrive jamais. Je me suis alors appliqué techniquement. Avant, j'étais facile, et ça m'a distrait. »  A l'entrée dans le stade, les deux hommes sont encore ensemble, jusqu'à ce que la détermination et la foulée plus longue et plus puissante du Mayennais ne fasse la différence. A l'arrivée, le bronze l'attendait, après 1h23'03'' d'effort sous un soleil sans répit. « Je pensais avoir les bonnes jambes pour battre mon record et faire moins d'1h23'30'', mais quand même pas aussi bien. Je suis à moins de cinq secondes du record de France, c'est fou ! » Pour une poignée de secondes, Jean Blancheteau a donc gardé sa meilleure marque nationale. Pas fâché de voir son camarade réussir là où il a coincé, le Bourguignon a terminé huitième, en 1h25'10, loin de l'Espagnol Diego Garcia, champion d'Europe en 1h22'29''. « Je n'ai pas de regrets car j'ai vite vu que je n'avançais pas comme je voulais. Au moins, il y a Gabriel sur le podium, c'est vraiment chouette ! » Le troisième larron, Fabien Bernabe, a dû abandonner peu après la mi-course.

Les Médailles

Chapelle tout près du bonheur

Le duel annoncé entre Axel Chapelle et l'Espagnol Adrian Valles a souri à... un Belge. Pas favori des bookmakers, Ben Broeders a parfaitement négocié son coup en franchissant toutes ses barres au premier essai jusqu'à 5,60 m, son meilleur résultat de la saison. Pour un malheureux échec à la même hauteur, le Français a dû se contenter de l'argent. Le perchiste de l'EA Cergy-Pontoise regrettait plutôt de ne pas avoir gardé assez de fraîcheur pour s'attaquer aux barres suivantes. « J'avais besoin de sauter pour trouver des repères, parce que mes premiers sauts n'étaient pas bons. Du coup, j'ai sauté à toutes les barres, et à la fin, j'étais cramé pour franchir 5,65 m. Je vais moins vite en bas, et je retombe sur la barre... » Frustré de sa nouvelle médaille d'argent après avoir déjà été vice-champion d'Europe chez les juniors en 2013, il a néanmoins « pris du plaisir sur un concours avec de la baston, comme je les aime. »

Les relayeuses du 4x100 m féminin étaient aux anges après leur médaille d'argent obtenue en 44''06, juste derrière l'Espagne chronométrée en 43''96. Privées de Floriane Gnafoua et Charlotte Jeanne, les Bleues ont connu une série hésitante avant de remettre les choses dans le bon ordre en finale. « Il fallait que l'on retrouve nos repères. Une fois qu'on a eu réglé ça, ça allait tout seul ! On a pris notre revanche sur ces championnats, c'est trop bien ! » savouraient de concert Fanny Peltier et Maroussia Paré. « Même si on n'a pas eu beaucoup de temps sur ces championnats pour travailler nos transmissions, on se connaît toutes très bien. Sur ce genre de course, la cohésion aide beaucoup », relevait Cynthia Leduc, très à l'aise dans la ligne droite opposée. A la bagarre dans la dernière ligne droite, Amandine Brossier a alors pu apprécier le « super boulot fourni par les filles passées avant », qu'elles ont conclu dans un grand éclat de rire commun sur la route du podium.

Ludvy Vaillant a pris tous les risques sur 400 m haies, en partant sur le même rythme que Karsten Warholm, le Norvégien qui a déjà couru en 48''25 cette saison. Jusqu'à mi-course, le Martiniquais a tenu la cadence, pour finir au forceps en 49''31, à la troisième place. « Je ne respecte pas trop mon schéma de course, puisque je fais 13 foulées jusqu'à la sixième haie. C'est de bon augure car cela montre que j'ai la forme pour le faire, mais compte tenu de la fatigue, ce n'était peut-être pas la bonne stratégie à adopter », remettait-il après sa troisième course en trois jours. Finalement, Vaillant a atteint l'un des deux objectifs qu'il s'était fixé avant le départ, et frôlé le second. « Je suis un peu déçu parce que je rate les minima pour un centième pour Londres. C'est un peu dommage mais la médaille est là, et c'est l'essentiel. »

Quelques heures plus tard, Ludvy a retrouvé le tartan bleu de Bydgoszcz pour le relais 4x400 m, qui a conclu cette édition 2017 de l'Euro des moins de 23 ans. Avec ses camarades Victor Coroller, Etienne Merville et Gilles Biron, il a apporté la treizième et dernière médaille à la délégation française, avec le bronze en 3'05''24, derrière le Royaume-Uni et la Pologne. De quoi enchanter Etienne Merville et Gilles Biron, « ravis de courir avec ces mecs-là, et de partager les émotions d'une victoire en équipe », et effacer l'amertume de Victor Coroller, née d'une frustrante quatrième place individuelle sur 400 m haies. Au lendemain de ses 49''30 en demi, synonyme de billet pour les Mondiaux de Londres, le jeune Breton a subi les effets de la fatigue en 49''96, alors que Warholm l'a emporté en 48''37, pour sa sixième course de la semaine.

Le Bilan

Avec treize médailles, l'équipe de France améliore d'une unité son record qui datait de Tallinn (Estonie) en 2015. S'ils ont remporté moins de titres (deux contre six il y a deux ans), les Bleus ont glané pas moins de 32 places de finalistes, soit leur troisième meilleur total de l'histoire. Au classement des médailles, la France prend la septième place avec 2 ors, 4 argents et 7 bronzes. L'Allemagne s'est imposée avec 18 médailles dont 4 en or. La placing table donne un vainqueur identique, mais place les Bleus à la troisième place, derrière le Royaume-Uni.

Et Aussi

Mathieu Collet a tutoyé le podium pendant une grande partie de la finale de la perche, en passant 5,30 m puis 5,40 m à son premier essai, puis en réussissant 5,45 m à sa troisième tentative. Mais le Grenoblois a finalement hérité de la quatrième place, et des regrets qui vont avec. « Je suis dégoûté. Même si je fais le meilleur concours de ma saison et que je tiens mon rang. Au vu de ce que j'ai fait techniquement ce week-end, je suis content. Mais la place, elle me fait vraiment ch*** » Avant de quitter le stade, il a toutefois pris soin de donner rendez-vous aux Universiades à Taipei au mois d'août pour une revanche.
Même situation et même sentiment chez les relayeurs du 4x100 m masculin, qui ont cru jusqu'au bout pouvoir remonter sur les Finlandais, dont la meilleure qualité de transmission leur a permis de monter sur le podium en 39''70 contre 39''86 pour Amaury Golitin, Gautier Dautremer, Hachim Maaroufou et Marvin René.

Rougui Sow a également terminé la longueur au quatrième rang, avec 6,46 m, privée in extremis d'une médaille par sa compatriote Yanis David. « J'ai mordu des sauts qui m'ont été fatals. Il y en a deux qui auraient pu aller à la gagne. Il n'y a rien d'autre à chercher, puisque les conditions étaient là, les jambes aussi », avouait-elle au moment d'analyser son concours.
Margaux Nicollin a bien plus savouré sa première finale internationale, conclue à la huitième place grâce à un jet à 57,65 m, dans une finale très relevée et remportée par la championne olympique croate Sara Kolak avec 65,12 m. « J'ai atteint mon objectif, après trois mois de blessure au coude. J'étais un peu juste pour être à 100%, même si je sentais que j'avais des éléments pour battre mon record personnel. J'étais un peu crispée au début, mais après je me suis lâchée et j'ai pris du plaisir. »
Les relayeuses du 4x400 m se sont classées septièmes, en 3'36''41, d'une finale directe qui a fait lever le public polonais pour la victoire de ses protégées en 3'29''66. Avec 1,76 m, soit un centimètre de mieux qu'en qualifications, Laura Salin-Eyike a terminé onzième de la hauteur. C'est deux rangs de mieux qu'Anthony Pontier, en souffrance sur 3000 m steeple (9'16''94). Enfin, Axel Hubert a terminé son décathlon à la douzième place avec 7483 points, malgré une grosse mésaventure au disque (29,37 m), et un nouveau record personnel, assorti d'une victoire de prestige, au javelot (63,29 m). Son compère Edgar Chave a remporté le 1500 m final en 4'29''62 pour prendre la dix-huitième place avec 6834 points.

A Bydgoszcz, Etienne Nappey pour athle.fr

Retrouvez le direct de la journée et toutes les réactions, en cliquant ici
Retrouvez quelques photos de la compétition en cliquez ici

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
12/09 >  
29/08 >  
31/07 >  
28/07 >  
27/07 >  
26/07 >  
23/07 > (1)
22/07 >  
21/07 >  
21/07 >  
le reste de l'actualité
25/09 >  
22/09 >  
21/09 >  
19/09 >  
18/09 >  
17/09 >  
16/09 >  
15/09 >  
15/09 >  
13/09 >  
13/09 >  
12/09 >  
11/09 >  
09/09 > (2)
08/09 >  
04/09 >  
03/09 >  
01/09 >  
01/09 >  
01/09 >  
31/08 > (3)
31/08 >  
30/08 > (2)
28/08 >  
28/08 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS