MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Yoann Kowal : « Il faut être intelligent dans l’entraînement »
10290
Commentez cette actualité
Yoann Kowal : « Il faut être intelligent dans l’entraînement »

Nouvel appartement, nouveau cadre d’entraînement, nouvelle vie… Yoann Kowal connaît une rentrée pleine de changements. Le steepleur périgourdin s’entraîne depuis le mois de septembre au sein du groupe de Philippe Dupont à l’Insep et vit dans le Val-de-Marne, à quelques kilomètres du centre sportif. Une parenthèse d’une saison, dictée par des choix extrasportifs. De passage à Fontainebleau dans le cadre de son contrat avec l’armée, le treizième des Mondiaux de Londres se confie à athle.fr.

Athle.fr : Pour quelles raisons avez-vous décidé de quitter la Dordogne pour rejoindre le Val-de-Marne ?
Yoann Kowal : Ma compagne, Marianne, a pour but d’ouvrir en Dordogne une crèche qui suit la pédagogie Montessori (ndlr : une méthode d’éducation qui encourage l’autonomie et l’initiative chez l’enfant). Pour cela, elle doit suivre pendant dix mois une formation à Nogent-Sur-Marne (Val-de-Marne). J’ai la chance d’avoir un statut détaché au sein de l’armée et de pouvoir donc partir où je veux. J’ai regardé une carte et j’ai vu que Nogent-sur-Marne était proche de l’Insep. On a donc tout de suite sauté sur l’occasion. C’est vraiment nickel. Marianne a toujours été là sur tous les championnats, quand j’ai brillé à Rio ou quand je me suis planté à Londres. Elle a pris deux ans de disponibilité sans solde pour pouvoir m’accompagner en stage. On pratique un sport assez égoïste, donc c’était une belle occasion de lui renvoyer l’ascenseur.

L’adaptation à votre nouveau cadre de vie n’a pas été trop difficile ?
C’est vrai qu’on avait une maison vraiment isolée en pleine forêt , avec un grand jardin. Mais au final, je ne suis qu’à quinze minutes de l’Insep. Je sors de chez moi et je peux courir le long des bords de Marne. Et il y a aussi le bois de Vincennes. Le plus dur, c’est de passer d’une maison de 150 m2 à un 40 m2.  Paris ? On a pris une fois le métro et on est allés rue de Rivoli (ndlr : grande artère commerciale au cœur de la capitale) pendant une demi-journée. Ça nous a suffi.

Quel mode de fonctionnement avez-vous adopté avec vos deux entraîneurs ?
Philippe Dupont et Patrick Petitbreuil sont potes, à la base, ce qui facilite les choses. Patrick a toujours été dans l’échange avec les autres coaches. Philippe, lorsqu’il était manager du demi-fond, jetait un œil à mes plans d’entraînement. Depuis que je suis à l’Insep, ils se parlent au téléphone toutes les semaines.

Vous avez intégré un groupe composé de plusieurs athlètes de haut niveau*, une nouveauté pour vous…
On fait au moins cinq séances par semaine tous ensemble. Il y a des profils de coureurs du 800 m au 10 000 m. On se complète. Chacun y trouve son compte et respecte les autres. J’aime bien discuter avec les jeunes. Si je peux leur apporter un petit conseil, c’est tant mieux. L’objectif est de profiter des autres pour devenir meilleur soi-même, sans pour autant tomber dans un esprit de compétition. Il faut être intelligent dans l’entraînement. J’ai repris le chemin du stade plus tard que les autres. J’ai donc un peu subi au début. Mais je le prends bien. Il faut savoir accepter d’être derrière à certains moments.

Avez-vous réussi à tourner la page de la finale mondiale de Londres, lors de laquelle une chute a hypothéqué toutes vos chances ?
Je m’en sers dans le bon sens. Ça m’a fait mal. Je sais que j’étais au top de ma forme. Je n’avais jamais été aussi fort lors d’un championnat. Patrick m’avait dit de tenter un truc et j’avais les capacités pour monter sur le podium. J’ai eu le mérite de ne pas abandonner, c’est le point positif. Cet échec est devenu une motivation. Dire que j’irai aux championnats d’Europe de Berlin pour le titre, l’année prochaine, ne me fait pas peur.

Quel est votre programme à court terme ?
Je suis en train de peaufiner mon calendrier. Je vais courir à Halluin (Nord) samedi prochain. Ce sera une course de reprise. Pour les championnats d’Europe de cross, le relais mixte (ndlr : 4x1,5 km environ) est intéressant. On est en train d’en discuter entre athlètes et avec la direction technique nationale, pour voir si l’on peut constituer une équipe.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

*Morhad Amdouni, Abderrazak Charik, Rami Guerra, Nouredine Smaïl, Samir Dahmani (1 semaine/mois).

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

Yoann Kowal
Age / Sél.31 ans / 30 A
ClubDordogne athle*
SpécialitéCross - 1 500 m - 3 000 m - 10 km - 3 000 m steeple
RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
21/06 >  
12/06 > (1)
07/06 >  
05/06 >  
02/06 >  
30/05 >  
15/05 > (1)
11/05 >  
02/05 >  
25/04 >  
le reste de l'actualité
15/07 >  
15/07 >  
15/07 >  
15/07 >  
15/07 > (1)
14/07 >  
14/07 >  
14/07 >  
14/07 >  
13/07 >  
13/07 >  
13/07 > (3)
13/07 >  
12/07 >  
12/07 > (2)
12/07 >  
11/07 >  
10/07 >  
10/07 > (2)
10/07 >  
10/07 >  
09/07 >  
09/07 >  
09/07 >  
08/07 > (1)
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS