MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Stella Akakpo : « D’abord une aventure humaine »
8155
Commentez cette actualité(2)
Stella Akakpo : « D’abord une aventure humaine »

Depuis la rentrée, Stella Akakpo s’entraîne à Clermont. En Auvergne, dans la capitale du Puy-de-Dôme ? Non, de l’autre côté de l’Atlantique en Floride, dans une petite ville située à côté d’Orlando. La sprinteuse de l’Amiens UC a décidé depuis la rentrée de tenter l’aventure américaine pour quelques mois, tout en poursuivant sa collaboration avec Olivier Vallaeys à l’Insep pendant les saisons indoor et estivale. Stoppée dans sa progression par des pépins physiques depuis plus d’un an, la championne de France Elite 2016 a ressenti le besoin de changer d’air. Elle est servie.

Stella, vous avez mis fin prématurément à votre saison 2017 en juillet, à cause d’une blessure. Que s’est-il exactement passé ?
Ma saison s’est effectivement terminée tôt. Je n’ai pas pu faire les championnats de France Elite. Mes soucis remontent à l’été 2016. Trois semaine avant les France, je me blesse à l’ischio-jambier, plus précisément au biceps fémoral. Je réussis à revenir en trois semaines, alors que normalement j’aurais dû prendre six semaines de repos. Je bats mon record (ndlr : 11’’17) mais mon ischio est fragilisé. Et aux championnats d’Europe d’Amsterdam, je fais un faux-départ et mes chances d’aller aux Jeux olympiques en individuel s’envolent. Ensuite, l’année 2017 est assez compliquée à lancer. Je manque d’envie et de motivation. Je sens qu’une routine s’est installée à l’Insep. Mais finalement, mon chrono sur 60 m (7’’12, record personnel) n’est pas si mauvais que ça. Fin février, je ressens exactement la même douleur qu’en 2016. Rien n’est pourtant détecté à l’échographie. Finalement, mi-juin, deux lésions cicatricielles sont repérées. Je sais que si je ne prends pas le temps de les soigner en profondeur, j’aurai toujours mal. Je me suis dit : « Stella, tu n’es pas à ton niveau, tu n’es pas en forme et tu n’es pas motivée. Il faut que tu prennes ton temps. » A l’époque, j’avais déjà l’objectif de partir aux Etats-Unis à la rentrée et je savais que la médecine, ça n’est pas trop ça là-bas. J’ai donc décidé de commencer ma rééducation à l’Insep, de juin à fin juillet. Les kinés n’avaient jamais vu des ischios aussi faibles.

Pourquoi avez-vous fait le choix de partir aux Etats-Unis ?
En 2013, Derrick White, le coach qui m’entraîne actuellement, était déjà venu me voir après les Mondiaux de Moscou. Il m’avait repérée car j’avais été championne d’Europe juniors du 100 m. Je n’étais pas prête psychologiquement à partir, mais on avait gardé le contact. Et cette année, j’ai eu envie de sortir de ma zone de confort, de changer d’air et de voir autre chose que l’Insep. J’ai donc décidé d’effectuer ma préparation autre part. Je pense que le problème ne venait pas d’Olivier (Vallaeys, son entraîneur à l’Insep) mais de moi. Ça faisait trois ans que j’étais la seule sprinteuse  dans le groupe. J’avais besoin de m’entraîner avec une fille beaucoup plus forte que moi. J’en ai parlé avec Olivier. Je lui ai dit que le programme serait forcément différent aux Etats-Unis, mais qu’il fallait que les entraîneurs discutent pour que ça marche. Car de janvier à avril, je serai à l’Insep avec Olivier. J’ai envie de faire la saison indoor en Europe et j’ai à cœur de disputer les championnats de France Elite. Normalement, je repartirai ensuite aux Etats-Unis pour la préparation estivale.

Comment avez-vous choisi comme point de chute la Floride et le groupe d’entraînement de Derrick White ?
La Floride m’a toujours intéressée. J’y suis allée deux fois en stage avec Olivier et ça m’a toujours plu. L’avantage, c’est qu’il fait beau toute l’année, avec une température entre 25°C et 33 °C. Je suis à Clermont, à 25 km d’Orlando. Je ne les ai jamais croisées, mais des filles comme Torie Bowie et Shaunae Miller (ndlr : respectivement championne du monde du 100 m et championne olympique du 400 m) s’entraînent aussi dans cette ville. Dans mon groupe, ma partenaire d’entraînement est Joanna Atkins, qui est aussi ma « coloc ». C’est une coureuse de 100 m, 200 m et 400 m, qui est très résistante (ndlr : records en 11’’02 sur 100 m, 22’’27 sur 200 m et 50’’39 sur 400 m). On n’a pas exactement la même programmation mais on fait les séances les plus importantes ensemble. On se tire. Ça nous fait du bien à toutes les deux.

Quelles sont les différences avec ce que vous avez connu en France, dans le contenu des entraînements ?
A l’Insep, je m’entraînais deux fois par jour, de 10h à 12h, puis de 16h à 18h. Ici, on fait tout d’un coup, de 9h40 à 14h. On débute par la course puis on enchaîne avec la musculation. D’ailleurs, toute la préparation se déroule sur herbe, comme le font les Jamaïcains. Pour l’instant, je n’ai pas mis les pointes. C’est vraiment différent et ça demande un temps d’adaptation. Avant de venir, j’appréhendais forcément. Tout changement fait peur. Mais j’étais prête. Juste avant d’arriver, Derrick White m’a demandé de lui décrire mes conditions d’entraînement. Comme tous les étrangers à qui je raconte comment ça se passe à l’Insep, il m’a dit qu’on avait beaucoup de chance de bénéficier d’un tel centre. Mais il faut faire attention à ne pas se laisser enfermer dans la facilité. Depuis que je suis ici, je ne peux pas faire de bains froids après les séances. La récupération est donc plus difficile. Je m’entraîne dans un complexe sportif et je paye un abonnement mensuel pour la salle de musculation. Je pars de chez moi à 9h et je me lève à 7h pour manger. En France, je ne prenais pas de petit-déjeuner. Mais là, je n’ai pas le choix si je veux tenir tout l’entraînement.

Comment s’est passée l’adaptation à votre nouvelle vie ?
Ma mère est venue avec moi les quinze premiers jours, ce qui a été bénéfique. J’habite dans la maison de Johanna Atkins. J’ai ma chambre. C’est une fille très sérieuse et gentille, qui est très focalisée sur l’entraînement. Elle me donne beaucoup de conseils. Au niveau de la langue, j’ai eu mal à la tête pendant deux semaines. Tout est facilement compréhensible dans le langage athlétique. C’est plus sur le reste que j’apprends. Partir aux Etats-Unis, c’est un investissement financier. Mais c’est d’abord une aventure humaine. Je suis loin de ma famille et de mes amis, je parle une nouvelle langue. Mais tout se passe bien pour le moment.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

Stella Akakpo
Age / Sél.23 ans / 13 A
ClubAmiens uc
Spécialité60 m - 100 m - 200 m - 4 x 100 m - 4 x 200 m
PG
Administrateur
les réactions (2)
Bruno Vauthier - 23/10 (18h13)
Bonsoir à tous, concernant ces défauts récurants, j'ajouterai également le mouvement des bras qui doivent tirer le corps, pour amplifier la poussée des jambes, d'arrière en avant et non pas comme certains, en "tweestant" sur les côtés. Aussi, je conseille à tous, de regarder le sublime Carl LEWIS, qui est pour moi ma référence, le plus beau styliste de tous les temps et qui par sa technique absolument parfaite, a su optimiser son potentiel au maximum...
Bruno Vauthier - 17/10 (21h41)
BRAVO Stella TRES BON CHOIX. Force est de constater par l'histoire, que les entraineurs Américains du sprint, sont les meilleurs du monde depuis toujours. Régulièrement une grande majorité de champions passent d'ailleurs les voir ce qui n'est pas un hasard. Pardon Messieurs les entraineurs Français, mais il faut absolument faire corriger ces défauts comme, le départ souvent pas assez explosif, la mise en action poussive avec un buste trop vite relevé, ou le cassé du buste oublié à l'arrivée..
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
19/01 > (4)
16/01 >  
12/12 > (1)
05/12 > (1)
05/12 > (1)
04/12 >  
28/11 >  
24/11 >  
21/11 >  
17/11 > (2)
le reste de l'actualité
22/01 >  
22/01 >  
18/01 >  
17/01 >  
17/01 > (1)
15/01 > (1)
15/01 >  
13/01 >  
13/01 >  
12/01 >  
12/01 >  
10/01 > (1)
08/01 >  
05/01 >  
04/01 > (1)
02/01 > (5)
31/12 >  
30/12 >  
29/12 >  
28/12 >  
27/12 >  
26/12 >  
25/12 >  
24/12 >  
23/12 >  
rechercher
Fil
Info
01/12 (16h50)
Annulation du colloque « Les satellites de la performance » les 2-3 décembre 2017 à Fontainebleau
01/12 (13h19)
Athlétisme Magazine n° 573 (décembre-janvier 2018), disponible dès à présent en ligne !
01/12 (00h00)
L'Agenda de Décembre 2017 ...
30/11 (09h16)
Histoire (par la CDH) : le cross d’Evreux
23/11 (20h14)
Colloque « Marathon et demi-fond chez les jeunes » le 2 décembre 2017 à Vendenheim
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS