MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Insep : Un nouveau souffle féminin au marteau
7820
Commentez cette actualité
Insep : Un nouveau souffle féminin au marteau

En retrait ces deux dernières saisons, le lancer du marteau est de nouveau une discipline phare à l'Insep. Depuis début septembre, Walter Ciofani y entraîne un groupe de quatre jeunes athlètes exclusivement composé de filles. Reportage.

Sur le stade Gilles Omnès, le lancer du marteau a retrouvé une place de choix à l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (Insep). Depuis la rentrée scolaire, Mélissa Coquillas, Camille Sainte-Luce, Audrey Ciofani et Juliette Ciofani s'entraînent quotidiennement dans la nouvelle cage de lancers installée pendant l'été à l'intérieur de la piste d'athlétisme. De quoi ravir Olivier Belloc, directeur du pôle national de préparation olympique, qui place énormément d'espoirs dans le retour d'un pôle « marteau » en bordure du bois de Vincennes. « C'est mon groupe phare pour Paris 2024 !, s'enthousiasme le référent national Génération Athlé 2020. On sait qu'on a une chance extraordinaire au marteau féminin. Tous les ans, il sort de nouvelles lanceuses en France. La prospective à long terme est extrêmement encourageante. »
Dans les années 2000, l'Insep a abrité plusieurs des meilleurs lanceurs de marteau français comme Manuela Montebrun et Nicolas Figère, locomotives du groupe entraîné par Guy Guérin. Peu après le départ à la retraite de l'ancien référent national, Alexandra Tavernier y a posé à son tour ses valises pour se préparer avec Walter Ciofani, qui l'a conduite jusqu'au podium mondial à Pékin en 2015. Mais depuis le départ de l'Annécienne vers Lannion (Côtes-d'Armor) pour rejoindre Gilles Dupray début 2016, les spécialistes de la boule câblée de 7,265 kg étaient réduits à une ou deux individualités dans l'institut parisien. Jusqu'à la formation, début septembre, de ce nouveau groupe d'entraînement, qui doit sa création à la venue fin juillet de l'équipe... du Royaume-Uni. Lors de leur stage préparatoire pour les Mondiaux de Londres, les athlètes britanniques ont en effet demandé l'installation provisoire d'une cage de lancer de marteau sur le stade extérieur de l'Insep. « Nous avons insisté pour qu'elle ne soit pas démontée, explique Olivier Belloc. La difficulté, c'était d'obtenir la cage. Ensuite, nous savions que nous avions la possibilité d'avoir un très bon entraîneur et de très bonnes athlètes, alors on a foncé. »

Une future structure dédiée aux quatre lancers
Sollicité pendant l'été, Walter Ciofani s'est alors empressé de mettre sur pied un groupe de quatre lanceuses prometteuses, constitué de Mélissa Coquillas (quatrième des Mondiaux cadets en 2015), de Camille Sainte-Luce (vice-championne d'Europe espoirs cet été) et de ses filles Audrey et Juliette (respectivement championne d'Europe juniors en 2015 et quatrième des championnats du monde cadets en 2017). Pour des raisons de sécurité, le quintet s'entraîne entre midi et 14 h, quand les autres athlètes sont absents du stade. Un créneau réduit, dont chacun s'accommode toutefois. « Quand je suis arrivée ici il y a quatre ans, on lançait dans une vieille cage. Ce n'était pas génial pour le marteau, reconnaît Camille Sainte-Luce, auteure d'un jet record à 67,22 m en 2017. Maintenant, les conditions se sont bien améliorées. On a une nouvelle cage et tout ce qu'il faut à côté. » Un sentiment partagé par Audrey Ciofani, de retour en France après une année passée à l'université de Central Arizona (États-Unis). « [L'Insep] est un cadre exceptionnel pour le lancer du marteau, c'est parfait pour réaliser des performances de haut niveau. Le groupe est au top, on se tire vers le haut. Ce retour à l'Insep m'a bien boostée. J'ai envie d'y aller à mon rythme, de ne pas me précipiter. L'objectif cette saison est de retrouver mon niveau », analyse celle qui détient un record à 69,25 m, réalisé en 2015.

Pour les saisons à venir, les athlètes de Walter Ciofani peuvent nourrir des ambitions d'autant plus élevées qu'elles bénéficieront bientôt d'une structure spécialement dédiée aux lancers. Élaborée en concertation avec l'entraîneur, ce nouvel équipement doté d'un toit devrait voir le jour « d'ici un an et demi », selon Olivier Belloc. En plus d'accueillir au quotidien les spécialistes des quatre lancers, il devrait servir de terrain d'entraînement officiel pour les championnats d'Europe 2020 à Paris. D'ici là, Walter Ciofani espère que son groupe s'étoffera avec, pourquoi pas, l'ajout d'une touche masculine. « J'aimerais bien entraîner aussi des garçons, confie l'ancien finaliste olympique de Los Angeles en 1984, qui a notamment conseillé Christophe Épalle (recrod : 81,79 m) par le passé. Il y a des jeunes de talent en France, qui disposent d'entraîneurs compétents dans leur région, mais ce serait bien d'avoir aussi des lanceurs à l'Insep. »

Texte et photos de Camille Vandendriessche pour athle.fr


RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
06/12 >  
01/12 >  
24/11 >  
16/11 >  
16/11 >  
14/11 >  
08/11 >  
20/10 >  
19/10 >  
19/10 >  
le reste de l'actualité
10/12 >  
09/12 >  
07/12 >  
05/12 > (1)
05/12 >  
05/12 > (1)
04/12 >  
04/12 >  
01/12 >  
28/11 >  
27/11 >  
27/11 >  
27/11 >  
24/11 >  
22/11 >  
21/11 >  
21/11 >  
20/11 >  
20/11 >  
20/11 > (1)
20/11 >  
17/11 > (2)
13/11 > (2)
10/11 >  
09/11 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS