MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
La marche comme une renaissance
3190
Commentez cette actualité
La marche comme une renaissance

Depuis qu’il fut imaginé par Pierre-Paul Riquet puis creusé à la fin du XVIIe siècle, le Canal du Midi, qui relie la Méditerranée à la Garonne, a vu couler bien des histoires. Fin mars, son eau verte chère à Nougaro reflètera une nouvelle aventure. Celle de Vincent, qui a choisi pour mieux exorciser la maladie de l’arpenter sur toute sa longueur, en mode marche nordique.

Une passion pour le long
Le parcours, à la base, est classique. Celui d’un amateur de VTT venu à la course à pied la trentaine largement abordée, par commodité, après la naissance de ses enfants. Mieux, même : Vincent Pithon franchit le pas en poussant, assez vite, la porte d’un club. A Orléans d’abord, puis au Béziers Cheminots Athlétisme Méditerranée, il va se découvrir une passion pour les courses de fond, du marathon, qu’il parvient à boucler en 3h15, à l’ultra trail via le 100 km. « J’ai assez vite pris des responsabilités dans les divers clubs où je suis passé », se souvient-il. Un garçon impliqué dans la vie associative, en somme.

De la maladie à la marche
Voilà trois ans, on lui diagnostique un cancer. « La maladie de Hodgkin, un cancer du système lymphatique », précise Vincent. Il veut s’entretenir, maintenir un minimum d’activité physique, mais le traitement le fatigue trop pour continuer à courir. Niveau respiratoire, une infection pulmonaire vient compliquer les choses. « Le président du BCAM, Vincent Bigel, m’a alors parlé de la marche nordique. Bon, je dois dire qu’au début, je trouvais ça étrange… En gros, on a l’image de la balade avec des bâtons. Mais quand on en fait, on s’aperçoit que ce n’est pas du tout ça : on peut faire des fractionnés, du seuil… La fréquence cardiaque est moins élevée, mais c’est quand même très bénéfique. » Voilà Vincent qui reprend l’entraînement bâtons en mains, « hors périodes de chimio », et goût à la pratique sportive.

La naissance du projet
Vincent est maintenant en rémission, « contrôlé tous les six mois, mais quasiment sans rien, désormais ». Il a repris la course, goûté à nouveau au marathon, mais réalise que la marche nordique lui « procure tout autant de plaisir ». Il passe même ses diplômes d’entraîneur et lance une section dans son club. Ils sont une quinzaine, régulièrement, à se retrouver sur les berges du Canal du Midi. C’est de là, sur ces rives qui relient la Méditerranée à la Garonne, et donc à l’océan Atlantique, que germe l’idée : « En Occitanie, le Canal est un lien très fort. Alors, pourquoi pas se lancer ce défi ? Montrer en parcourant tout le Canal, de Toulouse à Sète, qu’il peut y avoir un lien fort entre sport et santé, et plus encore avec la marche nordique qu’avec les autres disciplines ? »

Une logistique millimétrée
Le projet se construit, peu à peu. 243 km à avaler en cinquante heures, pauses et repos compris, port des bâtons obligatoires. Du 5 km/h de moyenne, pendant plus de deux jours. « Si je n’ai pas de problème particulier, ça devrait être faisable, même si on n’est jamais à l’abri d’une défaillance », plaide l’athlète. Sa femme le suivra pas à pas pour les gros ravitaillements, et il s’accordera « des siestes de deux heures », de temps en temps. Un copain qui travaille aux Voies Navigables de France lui a donné la carte de l’élagage et de l’abattage prévisionnel des arbres sur le trajet, histoire de ne pas se retrouver sur la mauvaise berge au mauvais moment - il fallait y penser…. A noter, enfin, que son médecin a donné son feu vert, même si on sent bien que Vincent aurait été difficile à arrêter dans sa quête. Départ prévu le jeudi 29 mars des Ponts-Jumeaux, dans la Ville rose.

Un événement populaire
Evidemment, Vincent Pithon n’imaginait pas faire la route seul… « J’ai contacté les entraîneurs de marche nordique que j’avais rencontrés en formation. L’idée, c’est que des gens des villages que je vais traverser me rejoignent et fassent un bout de route avec moi. Plusieurs ont déjà donné leur accord. » En touchant les médias ou le réseau des clubs, il espère « faire suffisamment de pub pour que des gens soient présents sur le parcours ».
Une chose est certaine : il devrait y avoir un joli comité d’accueil à l’arrivée, puisque les marcheurs de son club ont déjà prévu de le rejoindre sur la fin du parcours. Et pour ceux qui habitent trop loin du Canal pour prendre part à la fête, ils peuvent y contribuer à leur manière en versant leur obole à la cagnotte* mise en place par le marcheur. « On a déjà dépassé nos espérances, sourit Vincent. On va tout verser à une association de lutte contre le cancer via la pratique sportive, et à une autre qui aide au reboisement du Canal. » Histoire de lier jusqu’au bout les deux causes.

Cyril Pocréaux pour Athle.fr

(*https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-recherche-contre-le-cancer-28352346

PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
23/07 >  
29/06 >  
16/04 >  
14/02 >  
30/01 >  
17/11 >  
02/11 >  
13/10 >  
28/09 >  
29/08 >  
le reste de l'actualité
22/06 >  
16/05 >  
27/07 >  
15/06 > (1)
11/04 >  
04/09 >  
10/06 >  
08/04 >  
25/02 > (9)
14/11 >  
03/10 >  
02/10 > (1)
27/05 >  
30/04 > (6)
16/04 > (1)
04/04 >  
04/03 >  
25/02 >  
21/01 >  
14/12 >  
05/12 >  
29/11 > (1)
29/10 >  
18/10 >  
18/10 >  
rechercher
Contrôle Technique
M. Nordique
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS