MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats du monde en salle de Birmingham : L’or au bout de lui-même
16796
Commentez cette actualité
Championnats du monde en salle de Birmingham : L’or au bout de lui-même

Au bout d’un irrespirable 1000 m, Kevin Mayer s’est offert son premier titre mondial à l’heptathlon avec 6348 points, six mois après avoir déjà décroché l’or à Londres. Le Français devance le Canadien Damian Warner (6343 pts) et l’Estonien Maicel Uibo (6265 pts). A 26 ans, et malgré une compétition pendant laquelle le doute l’a souvent assailli, le Français est plus que jamais le patron des épreuves combinées.

Kevin Mayer n’en peut plus. Sa foulée se fait de plus en plus saccadée dans cette interminable dernière ligne droite du 1000 m. Son camarade de l’équipe de France Ruben Gado vient de le dépasser dans le dernier virage en lui criant "Allez Kevin !", alors que Damian Warner s’apprête déjà à franchir la ligne d’arrivée. Le Canadien, admirable de volonté, a pris la tête à la fin du premier tour pour ne plus la lâcher, avec une première place en 2’37’’12. Le champion du monde du décathlon passe à son tour la ligne et s’écroule. Le suspense est insoutenable. Jusqu’à ce que le tableau lumineux affiche les résultats. Le nom de Damian Warner apparaît d’abord en premier, avec 6343 points. Mais est vite remplacé par celui de Kevin Mayer.
En bouclant son 1000 m en 2’39’’64, il vient de sauvegarder sa première place pour cinq points, grâce à un total de 6348 unités. Incroyable dénouement. Le protégé de Bertrand Valcin tombe dans les bras du Canadien puis lève les bras au ciel. Il hurle. Avant de s’écrouler de nouveau sur la piste bleue de Birmingham. Il y restera de longues minutes allongé, drapé dans un drapeau bleu, blanc, rouge. Et c’est assis et épuisé qu’il répondra aux questions de la speaker, sous les applaudissements du public anglais. En un peu moins de 260 secondes, le sociétaire de l’EA Rhône Vercors vient d’effacer deux jours de doute, qui laissent enfin place au bonheur.

Du plaisir sur 1000 m
« C’est une médaille que je suis allée chercher au plus profond de moi-même, savoure Kevin. Ça n’a jamais été aussi difficile. Pendant le 1000 m, je me suis battu. J'ai vraiment failli tomber. Dans les cinquante derniers mètres, il n'y avait plus rien. Je poussais à chaque appui. Je sentais que mes épaules partaient en avant. J'ai donné mes tripes. C'est la première fois qu'on me voit aller chercher quelque chose comme ça. » Miracle des épreuves combinées, Kevin Mayer a retrouvé le plaisir qui l'avait abandonné pendant deux jours à l'occasion de ses cinq derniers tours de piste. « J’ai retrouvé ma foulée de cadet, à part les jambes qui chargent à la fin. Je suis content d’avoir fini comme ça », confie-t-il avant de prendre la direction du podium.
En dehors du 1000 m, le combinard en a bavé pendant ses sept travaux. Car son destin doré s’écrit pour l’instant dans la douleur. Comme si les titres ne pouvaient s’offrir à lui qu’avec leur lot de galères et de souffrance, loin de la partie de plaisir qu’on lui promet sans doute parfois trop facilement. A l’image des Mondiaux de Londres en août dernier, le Français a peiné au saut à la perche dans l’Arena en devant se contenter d’une performance à cinq mètres, bien loin de son record personnel porté à 5,60 m trois semaines plus tôt à Rouen. Il en a aussi bavé au poids, sauvé par un troisième jet à 15,67 m. Ainsi qu’à la hauteur, lors d’un concours haché par de fréquentes interruptions et conclu par un meilleur saut à 2,02 m, malgré une douleur au genou. Serein à la longueur (7,55 m) et sur 60 m haies (7’’83), il se sera tout de même offert un record personnel au cours du week-end. C’était en ouverture sur 60 m, avec un temps de référence explosé d’un dixième en 6’’85.

Vingt-trois ans après Plaziat
Ce titre, Kevin Mayer le doit plus à son « esprit de compétition » qu'à son « talent », comme il le dit lui-même. En étant sacré à Birmingham,il prolonge sa domination sur les épreuves combinées et devient le deuxième Français à monter sur la plus haute marche du podium de l’heptathlon, vingt-trois ans après Christian Plaziat à Barcelone. Pas forcément une bonne nouvelle pour ses principaux adversaires, au premier rang desquels le Canadien Damian Warner. Qui sait qu’il devra composer pendant encore longtemps avec le Tricolore de 26 ans. Qu’il soit ou non dans la forme de sa vie.
Ruben Gado, l’autre Français en lice dans cet heptathlon, a plus que rempli son contrat. En plus de participer à un « petit 1000 m d’anthologie » bouclé en 2’38’’86, le sociétaire du Clermont Athlétisme a pris une superbe septième place avec 5927 points, le deuxième meilleur total de sa carrière. « Il y a eu du bien et du moins bien pendant deux jours, mais je retiens la satisfaction d’être finaliste, glisse l’élève d’Aurélien Préteseille. J’ai appris sur moi-même et sur le fonctionnement d’une grande compétition. »

Si elle n’a pas réussi à intégrer le top 8, la perchiste Ninon Guillon-Romarin tirait, elle aussi, un bilan globalement positif de sa compétition. Après une entame de concours idéale, avec des barres à 4,35 m et 4,50 m franchie au premier essai, elle a coincé à 4,60 m pour une dixième place finale. « J’ai fait des petites erreurs, regrette l’élève de Sébastien Homo et Emmanuel Chapelle à l’EA Cergy Pontoise. En faisant 4,60 m, il y avait moyen d’être finaliste. Je suis un peu déçue de ça. Mais mine de rien, je réalise aujourd’hui ma meilleure performance en équipe de France seniors. C’est encourageant. Je ne me suis pas démontée. »

Deux sur deux pour les hurdlers
Côté séries, les Tricolores ont réalisé le carton plein sur 60 m haies. Pascal Martinot-Lagarde et Aurel Manga ont validé leur billet pour les demi-finales en réalisant exactement le même temps, 7’’62, mais en délivrant une impression différente.  Le premier a survolé sa série et s’est même permis de relâcher dans les derniers mètres. « Ça a été une course très propre et agréable à courir, savoure le hurdler de l’ES Montgeron, qui est visiblement monté en puissance depuis son retour à la compétition lors des France Elite. Je n’étais pas crispé. »

Aurel Manga, lui, a dû un peu plus batailler. Mais il a assuré l’essentiel en prenant la deuxième place de sa course, directement qualificative pour les demies. « Il fallait prendre la température. J’ai fait avec les sensations du jour et j’ai commis pas mal de fautes », analyse l’athlète du CA Montreuil 93, qui souffre d’une grippe depuis le début de semaine. Il n’y aura plus de droit à l’erreur lors du prochain tour, dimanche après-midi. « Il faudra accélérer, la densité est monstrueuse », prévient PML. Avec la possibilité, en cas de belles prestations, d’avoir comme en 2016 à Portland (Etats-Unis) deux Bleus en finale mondiale.

A Birmingham, Florian Gaudin-Winer pour Athle.fr
Photos : © S.Kempinaire/KMSP/FFA

Retrouvez quelques photos de la compétition en cliquant ici

Kevin Mayer
Age / Sél.26 ans / 10 A
ClubE a rhone vercors 26 07*
SpécialitéOctathlon - Heptathlon - Décathlon
RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
14/06 > (1)
14/06 >  
07/06 >  
06/06 >  
27/05 > (3)
25/05 >  
20/05 > (1)
18/05 > (2)
12/05 >  
11/05 >  
le reste de l'actualité
22/06 >  
22/06 >  
21/06 > (1)
21/06 >  
20/06 >  
19/06 > (4)
19/06 > (1)
18/06 > (2)
18/06 >  
17/06 > (2)
16/06 > (3)
16/06 >  
15/06 > (1)
15/06 > (1)
15/06 >  
14/06 >  
13/06 >  
12/06 > (1)
12/06 >  
12/06 >  
11/06 >  
10/06 > (1)
10/06 > (2)
09/06 > (2)
09/06 > (1)
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS