MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France du marathon : Brulet et Pasquier au rendez-vous
13878
Commentez cette actualité(3)
Championnats de France du marathon : Brulet et Pasquier au rendez-vous

Mathieu Brulet (SA Toulouse UC) et Karine Pasquier (Quimper Athlétisme) sont devenus pour la première fois champions de France du marathon à Albi ce dimanche, au terme d’une course qui a réservé bien des surprises.

Ce n’est que plusieurs minutes après avoir passé la ligne que Mathieu Brulet a réalisé ce qu’il venait de réaliser, en éclatant en sanglots. Pour le premier marathon de sa carrière, le Toulousain a connu les montagnes russes émotionnelles sur les 42,195 km de la quarantième édition du marathon d’Albi. En tête au passage à mi-course, il a été victime d’une hésitation dans l’aiguillage, et a perdu du temps, et de l’influx, en devant faire demi-tour. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Sans cela, j’aurais peut-être pu faire moins de 2h20’ », raconte celui qui a coupé la ligne en 2h21’05’’, en deuxième position derrière le Marocain du Coquelicot 42 Alaa Hrioued (2h19’25’’).

« J’étais vraiment bien jusque-là, et je me sentais capable de gagner la course. Et puis d’un coup, je me suis vu perdre, et je croyais que le titre allait s’envoler. Mais ce n’est pas grave, le titre efface tout. P****, je suis champion de France ! C’est incroyable ! », soufflait l’athlète vainqueur quasiment à domicile. L’athlète du SA Toulouse UC n’avait pourtant pas prévu de faire le déplacement dans le Tarn ce dimanche. « Initialement, je visais les France de 10 000 m, mais avec mon boulot, je ne pouvais pas les préparer. Donc, après les cross, j’ai vite fait le choix de venir à Albi, même si la préparation pour le marathon était courte. Au niveau du chrono, je ne visais rien de particulier. » Son audace a payé, et ses concurrents n’ont rien pu faire dans la dernière partie de la course pour le priver de sa première couronne nationale.

Quatrième au scratch et deuxième Français en 2h22’21’’, Romain Courcières a devancé son camarade d’Alès Cévennes Athlétisme, le tenant du titre Freddy Guimard. « Je suis super content de cette deuxième place. Avec Freddy, on avait comme objectif d’être sur le podium, et c’est chose faite. Bon, on aurait aimé que l’un de nous deux gagne le titre, mais Mathieu était trop fort pour nous aujourd’hui », avouait, plein de franchise, le médaillé d’argent.

Déçu, Guimard a « essayé de partir sur les bases d’un bon chrono, avec les étrangers. J’ai connu un jour sans, avec des douleurs au ventre dès la mi-course. Pourtant, ma préparation était plutôt bonne, même si une blessure début mars m’a obligé à faire une croix sur le marathon de Paris, qui était mon but initial. Quand j’ai vu que je ne pouvais plus gagner, j’ai essayé d’assurer au moins le podium. » Il a finalement coupé la ligne en 2h23’28’’, avec deux minutes de marge sur Guillaume Ruel (Athletic Trois Tours). Ce dernier a décroché le titre de champion de France espoirs en 2h25’22’’, sur la piste du stadium d’Albi, là où son père Stéphane, présent ce dimanche dans le Tarn, avait obtenu la médaille d’argent aux championnats d’Europe des 24 heures en 2016.

Le titre des masters est revenu à David Duquesnoy (EFS Reims Athlétisme), grâce à un chrono de 2h25’56’’. Il a devancé Antoine Dubreucq (Amicale du Val de Somme, 2h29’33’’) et Mohamed Serbouti (Run and Freedom, 2h30’47’’). Par équipes, la couronne est tombée dans l’escarcelle d’Aix Athlé Provence, malgré l’absence de Nicolas Navarro, qui a préféré opté pour le semi-marathon, qu’il a remporté en 1h09’16’’, trois semaines après avoir couru le marathon de Paris.

Pasquier en contrôle, Kempf en fanfare
La course féminine a réservé moins de surprises. L’absence sur blessure de Corinne Herbreteau (AS Saint-Sylvain d’Anjou) laissait augurer un duel entre Karine Pasquier (Quimper Athlétisme) et Aline Camboulives (Athlé Saint-Julien 74). La première nommée a tué toute forme de suspense, en partant sur les bases de 2h36’. Malgré un coup de moins bien aux alentours du 30e kilomètre, elle a géré sa fin de parcours pour finalement s’imposer en 2h39’36’’. « Je savais que la fin serait compliquée. Ma préparation a été loin d’être idéale. Il y a deux semaines, j’avais renoncé, et je me suis mise à y croire de nouveau après quinze jours à faire du vélo. J’ai recommencé à courir il y a seulement une semaine. Musculairement, j’avais déjà des douleurs au 17e kilomètre. J’ai donc relâché dans les dix derniers kilomètres, quand j’ai su que j’avais course gagnée. J’ai trouvé le parcours assez facile, et très sympathique lorsqu’on a longé les bords du Tarn. Je voulais avoir au moins un titre national sur le marathon, donc je suis contente d’être venue ! »

Deuxième en 2h44’03’’, Aline Camboulives reconnaissait facilement ses limites du jour. « Je suis heureuse, parce que je savais que je n’étais pas capable d’aller plus vite que 2h45’. J’étais sans doute un peu fatiguée, parce que j’ai couru un semi-marathon la semaine dernière à Annecy. Mais je ne regrette pas mon choix, parce que c’était à domicile, et que c’était important de le courir. » Les deux masters ont été accompagnées sur le podium par l’étonnante Cécile Kempf (Run and Freedom), qui a battu son record personnel en 2h53’03’’, reprenant dans les derniers kilomètres Agnès Portier (Troyes Omnisports, 2h55’44’’). « J’ai couru il y a quinze jours le marathon de Boston, dans des conditions très difficiles. Courir aujourd’hui était une folie, et je le savais. Comme quoi, il faut parfois être fou pour réussir de belles choses », rayonnait-elle de bonheur après avoir franchi la ligne d’arrivée. Tous les coureurs vous le diront, il n’y a qu’un marathon pour procurer de telles émotions.

A Albi, Etienne Nappey pour Athle.fr

Résultats de la course masculine en cliquant ici
Résultats de la course féminine en cliquant ici

Karine Pasquier
Age / Sél.40 ans / 3 A
ClubQuimper athletisme
SpécialitéCross - Semi-marathon
Mathieu Brulet
Age / Sél.31 ans / -
ClubSa toulouse uc
Spécialité
RB
Admin Athle.fr
les réactions (3)
Thierry Rouillé - 30/04 (19h16)
Merci de votre réponse. Je viens de découvrir cette possibilité. En tout cas, bravo à Mathieu !
Nicolas Pin - 30/04 (16h14)
Bonjour, je vous invite à lire les informations générales (en ligne sur ce site) concernant la participation du Toulousain au marathon. Cordialement.
Thierry Rouillé - 29/04 (19h25)
"Pour le premier marathon de sa carrière, le Toulousain a connu les montagnes russes émotionnelles sur les 42,195 km de la quarantième édition du marathon d’Albi" écrit Etienne Nappey. Cela signifie-t-il qu'il n'y a pas besoin de faire des minima pour participer aux Championnats de France de Marathon?.
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
15/07 >  
15/07 >  
14/07 >  
14/07 >  
08/07 > (2)
07/07 >  
06/07 >  
01/07 >  
25/06 > (2)
23/06 >  
le reste de l'actualité
15/07 >  
15/07 > (1)
14/07 >  
14/07 >  
13/07 >  
13/07 >  
13/07 > (3)
13/07 >  
12/07 >  
12/07 > (2)
12/07 >  
11/07 >  
10/07 >  
10/07 > (2)
10/07 >  
10/07 >  
09/07 >  
09/07 >  
09/07 >  
08/07 > (1)
08/07 >  
07/07 >  
06/07 >  
06/07 > (1)
05/07 > (3)
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS