MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats du monde de trail : Ce sera chaud !
14502
Commentez cette actualité
Championnats du monde de trail : Ce sera chaud !

Bien qu’affaiblies par les blessures, les équipes de France de trail se présenteront ambitieuses sur la ligne de départ des championnats du monde, samedi à Castellon (Espagne). Habitués aux succès depuis des années, les Bleus gardent de belles cartes en main.

Les Français ont fait des podiums des Mondiaux de trail leur chasse gardée depuis 2011, avec notamment cinq victoires consécutives chez les femmes. Une telle hégémonie fait forcément naître des attentes très élevées à chaque nouvelle édition. Cette année, les troupes de Philippe Propage et Gilles Guichard auront faire à faire pour maintenir leur mainmise sur le palmarès, compte tenu des difficultés qu’elles ont connues au cours des dernières semaines.
Dernier coup dur en date, le forfait de Nathalie Mauclair, qui a renoncé mercredi, le jour de son anniversaire, après avoir fait tout son possible pour soigner une fracture de fatigue au sacrum. L’absence de la double championne du monde (2013, 2015) vient s’ajouter à celle, déjà connue, de Caroline Chaverot, sacrée au Portugal en 2016. Chez les hommes, ce sont Nicolas Martin et Cédric Fleureton qui ont dû rester à la maison pour raisons médicales.
« Nous avons fait en sorte de transformer cet élément en un facteur de motivation supplémentaire, explique Philippe Propage, référent trail à la direction technique nationale. Nous aurions pu avoir sept coureurs au départ, nous n’en aurons que cinq par course, mais ce sont tous de très bons athlètes. Ils se sont préparés comme il le fallait pour être au rendez-vous. Du fait de notre statut, nous ne pouvons pas viser moins qu’un podium par équipes, chez les filles comme chez les garçons. Cela passera forcément par de grosses performances individuelles. Avec cinquante nations au départ, dont douze nouvelles, cela nous oblige à être encore meilleurs pour obtenir les mêmes résultats qu’auparavant. C’est un sacré challenge, mais je suis confiant dans notre capacité à être bons le jour J. »
La France s’appuiera donc sur la densité de ses cinq filles pour se frayer une place vers le podium à l’arrivée à Penyagolosa. A domicile, l’équipe espagnole semble redoutable, avec Maite Maiora, Azara Garcia, Gemma Arenas et Leia Canes. Mais Adeline Roche et Amandine Ferrato, qui avaient fait le doublé en 2017 sur un format plus court, ne s’en laisseront pas compter, quand bien même elles ne se sont jamais mesurées à une distance aussi longue (85 km, 5000 m de dénivelé positif). Lucie Jamsin et les Vosgiennes Claire Mougel et Sarah Vieuille ont également des arguments à faire valoir pour entrer, a minima, dans un top 10.

Hernando pour le triplé
Les pépins physiques ne sont pas réservés qu’aux Français, et la plupart des équipes devront faire sans l’une ou l’autre de leur pièce maîtresse. La Suissesse Jasmine Nunige, qui jouissait d’une bonne cote chez les bookmakers, ne sera pas là.  Chez les hommes, les Etats-Unis sont privés des redoutables Tom Freriks et Tim Tollefson. C’est donc sur Zach Miller que l’Oncle Sam placera ses espoirs, dans une course que les Américains pourraient bien dynamiter, puisqu’ils affectionnent partir sur des bases très élevées.
L’équipe d’Espagne semble aussi bien armée chez les hommes que chez les femmes, autour de son atout principal, Luis Alberto Hernando. Le Castillan, vainqueur en 2016 et 2017 (et deuxième en 2015) visera la passe de trois, et a l’expérience et le talent pour le faire, en plus d’un public acquis à sa cause. Ses lieutenants Cristofer Clemente et Pablo Villa seront également à surveiller de près. Attention aussi au Suisse Diego Pazos, et aux Britanniques Tom Owens et Jonathan Albon, au sein d’une équipe très solide.
La France comptera sur Sylvain Court, champion du monde à Annecy en 2015 et troisième en 2016, mais aussi sur le très régulier Ludovic Pommeret, déjà présent trois fois dans le top 6 (cliquez ici pour découvrir son interview d’avant-course). Tous les deux ont l’habitude de jouer aux avant-postes et se connaissent sur le bout des doigts. De retour en équipe nationale, Sébastien Spehler pourrait pointer le bout de ses chaussures dans la lutte pour les médailles, comme il l’avait fait il y a trois ans en Haute-Savoie. Adrien Michaud et Romain Maillard, pour qui la distance sera une découverte, peuvent raisonnablement envisager de s’approcher du top 10, voire mieux. La chaleur, annoncée comme un paramètre important de la course, sur un tracé sans temps mort usant pour les coureurs, ne devrait pas être aussi accablante qu’imaginée. Mais les embûches à surmonter avant de franchir la ligne d’arriver restent nombreuses.

Etienne Nappey pour Athle.fr
Photo : © JP Durand

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
17/07 >  
15/07 >  
14/07 > (1)
13/07 > (3)
10/07 >  
09/07 >  
01/07 > (1)
30/06 >  
29/06 >  
29/06 > (2)
le reste de l'actualité
18/07 >  
17/07 > (6)
15/07 >  
15/07 > (1)
15/07 >  
14/07 >  
14/07 >  
14/07 >  
14/07 >  
13/07 >  
13/07 >  
13/07 >  
12/07 >  
12/07 > (2)
12/07 >  
11/07 >  
10/07 >  
10/07 > (2)
10/07 >  
09/07 >  
09/07 >  
08/07 > (1)
08/07 > (2)
08/07 >  
07/07 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS