MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Christelle Daunay attend un heureux événement
6019
Commentez cette actualité(1)
Christelle Daunay attend un heureux événement

Christelle Daunay a entamé mercredi son septième mois de grossesse. A bientôt 44 ans (elle les fêtera le 5 décembre), la recordwoman de France du marathon s’apprête à écrire une nouvelle page de sa vie. Si elle ne parle pas pour l’instant d’arrêt de carrière, elle ne portera sans doute plus le maillot de l’équipe de France. Pour athle.fr, elle parle de ses sensations actuelles de sportive, de ses souvenirs chez les Bleus et d’un futur qu’elle imagine toujours dans l’athlétisme.

Des athlètes comme Clémence Calvin et Mélina Robert-Michon ont été mères avant de retrouver l’athlétisme de haut niveau. Votre grossesse, elle, arrive en fin de carrière…
En tant que femme, on pense toujours aux futurs grossesses. C’est une réflexion à deux avec son conjoint. Moi, j’ai commencé tard en équipe de France, à 29 ans. Je n’avais pas d’enfant et j’ai privilégié ma carrière. J’avais toujours envie d’avoir des résultats. Quand ça se passe bien, on fait une saison en plus, puis encore une autre. Et je me suis qualifiée comme ça pour trois Jeux olympiques. En 2016, je me suis blessée aux Jeux et j’ai décidé de continuer encore une année. Et puis mon âge m’a fait me dire qu’il était peut-être temps d’aller vers cette décision de la maternité, de ne pas passer à côté de ce que je considérais comme un bel événement et de ne pas avoir de regrets plus tard.

Vous avez décrit sur le site de votre groupe d’entraînement les sensations que vous ressentez actuellement lorsque vous pratiquez une activité physique…
La grossesse est un moment important de la vie d’une femme. En tant que sportive, on ne sait pas toujours comment gérer cette période. Passer d’un entraînement intensif à beaucoup moins d’entraînement, ça n’est pas une gestion si facile que ça même si on est entourée. Au quotidien, il faut quand même maintenir un minimum d’efforts parce qu’on est habitué à avoir une activité physique et que ça joue un rôle pour le bien-être de l’enfant et de la mère. On n’a pas toujours connaissance de ce qu’on a le droit de faire ou pas. C’était important, pour moi, de pouvoir partager ce que je ressentais. Ce qui ne correspond pas d’ailleurs forcément à ce que vivent d’autres sportives.

Vous avez, par exemple, décidé d’arrêter de courir assez rapidement…
J’ai fait ce choix au bout de deux mois de grossesse car je ne me sentais pas dans une bonne attitude pour courir. Ce n’était pas une question de poids ou d’appréhension, mais plus de mémoire. Je ne trouvais pas ma foulée. Je n’arrivais pas intégrer une nouvelle façon de courir. J’ai préféré privilégié d’autres sports pour maintenir ma forme physique : le vélo, la natation, l’aquajogging et l’aquagym. Je vais toujours un peu en salle de musculation pour continuer à me muscler. La grossesse et les hormones entraînent une perte musculaire assez importante. Il faut essayer de maintenir ce renforcement en faisant toujours attention à soi et à son enfant. Je continue aussi le travail de pied et de foulée, même sans courir. Ça pourra me servir pour la suite quand je reviendrai (rires), et ça me permet de garder un contact avec la piste et les autres athlètes.

Comment envisagez-vous votre reconversion ?
Je suis actuellement en formation DESJEPS (Diplôme d’Etat supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) à l’INSEP pour coacher et manager des équipes dans le futur. Au sein de mon club, l’Entente Sarthe Athlétisme, je travaille sur le développement et la structuration. Je m’investis de plus en plus. Mon but est de me former pour pouvoir partager mon expérience. L’athlé est ma passion. Je suis dans ce milieu depuis des années et j’ai envie d’y rester. On a tous en tête Paris 2024. Il faudra avoir un maximum de qualifiés sur marathon.

En tant qu’athlète, quels sont vos souvenirs les plus marquants avec l’équipe de France ?
L’équipe de France, ça a été du partage et de l’épanouissement. Je me souviens forcément de mon titre de championne d’Europe du marathon en 2014 à Zurich. J’ai eu 34 sélections, qui m’ont toutes procuré leur lot d’émotions.

Ce week-end se déroule le marathon de New York, où vous avez souvent brillé…
C’est une course qui a une valeur particulière pour moi et qui me tient à cœur. Elle m’a permis d’être reconnue à l’étranger. J’y ai toujours été bien accueillie, c’est l’un des plus grands marathons au monde et j’ai toujours perfé là-bas. J’aurai un pincement au cœur devant ma télé dimanche, mais je prendrai toujours autant de plaisir à regarder le marathon de New York.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Christelle Daunay
Age / Sél.43 ans / 34 A
ClubEntente sarthe athletisme*
SpécialitéCross - 3 000 m - 5 000 m - 10 000 m - Semi-marathon - Marathon
RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Jean françois Chretien - 02/11 (17h46)
Un entretien plein de sérieux et de bon sens qui reflète tout à fait ta personnalité. Voilà déjà une année 2019 bien occupée. J.F.
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
16/11 >  
02/11 > (1)
26/09 >  
13/09 >  
06/09 > (2)
03/09 > (3)
22/08 >  
17/08 > (3)
21/06 >  
12/06 > (1)
le reste de l'actualité
20/11 >  
19/11 >  
19/11 >  
19/11 > (1)
16/11 >  
15/11 >  
12/11 > (1)
12/11 >  
08/11 >  
05/11 >  
04/11 >  
02/11 >  
02/11 >  
30/10 >  
29/10 > (3)
29/10 >  
28/10 >  
26/10 > (1)
23/10 >  
22/10 >  
22/10 >  
21/10 >  
21/10 > (1)
19/10 >  
16/10 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS