MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France Elite en salle à Aubière (AUV) : Le niveau monte en puissance
Commentez cette actualité
Championnats de France Elite en salle à Aubière (AUV) : Le niveau monte en puissance

Quelques belles empoignades ont fait monter la température sur la piste du stadium Jean-Pellez. La chasse aux minima pour les Championnats d’Europe en salle (Birmingham, 3-5 mars) est ouverte.

Dans un stadium Jean-Pellez aux tribunes nettement plus garnies que la veille, la deuxième journée des Championnats de France d’athlétisme a connue une nette montée en puissance. Et d’abord parce que la plupart des têtes d’affiches annoncées de ces championnats étaient de sortie en ce samedi. Toutes ont rempli comme prévu leur carnet de route. Ronald Pognon a coupé le premier la ligne du 60 m (6’’62), un honneur qui échut à Sylviane Félix chez les filles (7’’38, dans le même centième que Carima Louami). Elodie Olivarès s’est offert un cavalier seul sur 3000 m (9’18’’89) et, sans surprise, le sautoir à la perche fut le théâtre de la tranquille victoire de Vanessa Boslak (4,50 m).
Du suspens, il y en eu davantage sur 1500 m. Le titre semblait promis à Mounir Yemmouni ou à Driss Maazouzi, impressionnants en série. Mais alors que le second était fauché après 200 m de course par une blessure au mollet qui le privera peut-être des Europe, le premier perdait ses illusions à quelques mètres de la ligne. Après avoir attaqué en cavalier seul à 500 m de l’arrivée, Yemmouni était en effet repris in extremis par Abdelkader Bakhtache, qui s’offrait là son tout premier titre national.
D’autres champions du jour, à l’instar du médaillé, se sont couverts d’or sans pour autant parvenir à s’assurer une place pour Birmingham. Ils furent en effet plusieurs à échouer à la lisière des minima. Leurs noms : Térésa N’Zola, à un centimètre des 13,90 m au triple saut. Même mésaventure pour son alter ego masculin, Karl Taillepierre, 16,64 m, juste devant les 16,58 m du champion du monde junior Benjamin Compaoré. Frédéric Denis, au bout de 3000 m d’efforts dans la foulée d’un Bouabdellah Tahri (7’54’’64 vainqueur sans surprise, est resté à 22 centièmes des minima (7’55’’22). Leurs sorts repose maintenant entre les mains de la DTN, seule apte à les repêcher.
Quant aux spécialistes d’épreuves combinées, Rudy Bourguignon et Antoinette Nana-Djimou, leurs performances (respectivement 5762 et 4289 points, au cours d’un pentathlon qui a vu cinq filles faire mieux que 4000 points) devraient leur permettre de monter dans l’avion pour Birmingham, en fonction des performances des autres athlètes européens. Avec treize finales prévues demain dimanche, pour la dernière journée d’épreuves, il serait étonnant qu’ils ne soient pas quelques-uns de plus à faire tamponner leur passeport.

A Aubière (Clermont-Ferrand), Cyril Pocréaux pour athle.com

Ils ont dit :

Térésa N’Zola (championne de France du triple saut avec 13,89 m) :
« Je saute à 13,89 m, mais ce n’est pas vraiment ce qu’on avait convenu avec mon entraîneur. On espérait s’approcher du record de France (ndlr : 14,26 m par Betty Lise en 1998). J’ai de très bonnes sensations en ce moment, mais je suis une compétitrice et j’ai besoin de sauter avec des filles qui me poussent pour me stimuler. C’est pour cela que j’espère que le DTN me prendra pour Birmingham, même si j’ai manqué les minima de un centimètre. Je disputerai aussi, demain, la finale de la longueur. »

Fadil Bellaabouss (vainqueur de sa série du 400 m avec 47’’48, meilleur temps de séries) :
« Je voulais faire les minima pour les Championnats d’Europe (ndlr : 47’’00) en série. Je ne pense pas qu’il y aura un relais 4x400 m à Birmingham. J’ai couru tout seul, mais je ne me suis pas mis dans le rouge. Il y a aussi un titre en jeu, et c’est toujours bon à prendre pour ma carrière qui débute. Mais même si je suis champion de France, je ne serai pas sélectionné si je cours en 48’’ ».

Yohan Décimus (vainqueur de sa série du 400 m avec 47’’49) :
« Je me sentais bien aujourd’hui, même si je n’arrive pas à me motiver à l’entraînement. Mon entraîneur est donc surpris de me voir faire les temps que je fais actuellement. Même si c’est une compétition senior (ndlr : Décimus est espoir 1), il y a toujours quelque chose à faire, une breloque à aller chercher, vu qu’il y a plusieurs gros coureurs absents sur 400 m. »

Christine Guinaudeau (championne de France du 3000 m marche en 13’33’’70) :
« Je suis d’autant plus satisfaite que je suis blessée depuis un an. Mes dernières analyses ont montré que je manquais de fer, et j’ai sans doute un syndrome des loges aux jambes. Je suis sous-entraînée, et je n’avais vraiment rien pour faire un bon truc. Je savais que cela allait être dur, mais j’ai tout donné sur la fin pour ne pas être rejointe. Rien qu’avec le mental, tout est possible. Je voudrais aussi dire un mot sur l’équipe féminine dans son ensemble, car nous cherchons à nous qualifier pour la coupe d’Europe de marche, en mai. Nous sommes toutes dans des conditions personnelles et professionnelles difficiles, mais toutes les filles font de gros efforts. »

Ronald Pognon (champion de France du 60 m en 6’’62) :
« C’est bien, c’est tranquille, c’est une belle course. J’en suis content, car la fluidité est là. J’ai encore le bassin un peu en vrac, mais je vais régler ça avec le kiné. L’objectif était de montrer que j’avais retrouvé mon niveau. Je suis régulier en 6’’60 – 6’62 avec un superbe relâchement. Il faut maintenant que je garde de l’influx nerveux pour les Championnats d’Europe. »

Sylviane Félix (championne de France du 60 m en 7’’38) :
« C’est un titre obtenu sur une distance un peu difficile pour moi. Avec mon entraîneur, nous ne visions vraiment pas l’hiver, je voulais juste faire quelques sorties pour voir où j’en étais, et cela a suffi pour être championne de France. Tout se passe bien, je progresse en force et en technique. Mon gros objectif reste Pékin 2008. »

Abdelkader Bakhtache (champion de France du 1500 m en 3’45’’77) :
« Je voulais faire les minima, mais personne n’a suivi. Ceux qui pouvaient aller vite les avaient réalisé avant. Et ce n’était pas évident de trouver des courses cet hiver, d’autant que je me suis surtout préparé pour les cross. Je suis quand même content pour le titre. Mon principal objectif reste quand même de réaliser les minima pour les Championnats du Monde cet été. Dans le dernier tour, j’étais assez loin de Mounir Yemmouni, mais j’ai essayé de mettre de la fréquence et je suis revenu. »

Rudy Bourguignon (champion de France de l’heptathlon avec 5762 points) :
« Je suis content de la manière, même si j’avais fait un meilleur total l’an dernier, car j’ai été malade après mon stage cet hiver, et j’ai été un peu court. Je me suis bien relevé après deux premières épreuves moyennes. Les quinze jours qui vont venir seront bénéfiques pour faire un meilleur total. J’espère que je serai qualifié pour les Europe, j’ai pour l’heure le 3e total pour cinq places disponibles, c’est bien parti. »

Bouabdellah Tahri (champion de France du 3000 m en 7’54’’64) :
« C’était une course lente, il ne fallait pas montrer son nez avant le dernier 1000 m. J’ai fait ce qu’il fallait. En ce qui concerne les actuelles affaires de dopage, cela ne me laisse pas indifférent, car je suis déçu que les gens fassent des amalgames. Je pense que les gens qui se dopent sont des athlètes frustrés. »

Karl Taillepierre (champion de France du triple saut avec 16,64 m) :
« Je suis frustré par rapport à la forme qui est actuellement la mienne : je suis très bien dans les sauts et les bondissements, mais ma course est de la m..... La vitesse est pourtant normalement mon point fort. »

Benjamin Compaoré (vice champion de France du triple saut avec 16,58 m) :
« Je ne suis qu’à sept centimètres des minima pour les Championnats d’Europe, alors que j’étais venu pour ça et pour gagner. Je suis donc déçu. J’espère que je serai sélectionné. Mais je commence à entrer dans la cour des grands. J’ai eu du mal en début de saison, mais je suis bien revenu ensuite. Et là, un saut à 16,58 m ne me satisfait pas. »

Vanessa Boslak (championne de France de la perche avec 4,50 m) :
« Avoir échoué à 4,66 m est une déception. Je n’ai pas encore retrouvé de sensations depuis mon retour de stage, et il va falloir que ça vienne, puisque les Championnats d’Europe ont lieu dans deux semaines. Je fais toujours une erreur technique sur les dernières foulées, je plante mes appuis et mon saut ne s’enchaîne pas. Il faut que je me réveille, car je serais déçue de passer à côté de Birmingham. »

Pour retrouvez l'intégralité des résultats cliquez ici
Pour retrouver les résultats épreuve par épreuve, clqiuez ici

Pour voir les photos de la 2ème journée de l'événement, cliquez ici

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
09/10 >  
17/02 >  
16/02 >  
07/07 >  
17/06 > (1)
16/06 > (2)
15/06 >  
02/04 >  
26/02 > (1)
25/02 > (4)
le reste de l'actualité
11/12 >  
05/12 >  
03/12 >  
27/11 >  
19/11 >  
14/11 > (2)
14/11 >  
06/11 > (2)
31/10 >  
30/10 >  
24/10 >  
23/10 > (3)
16/10 > (3)
09/10 >  
03/10 >  
21/09 >  
21/09 >  
21/09 >  
19/09 >  
19/09 > (1)
04/09 > (1)
12/08 >  
31/07 >  
27/07 >  
21/07 >  
rechercher
Outils communication
clubs FFA
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS