MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
France Elite à Valence : Lemaitre dans l’histoire
Commentez cette actualité
France Elite à Valence : Lemaitre dans l’histoire

Incroyable Christophe Lemaitre qui, à seulement 20 ans, devient le deuxième Français à courir le 100 m en moins de 10’’ en remportant la finale des Championnats de France Elite en 9’’98 (+1,3m/s) devant Martial Mbandjock (10’’08). Il améliore ainsi le record de France de Ronald Pognon (9’’99) d'un centième. Cette magnifique deuxième journée de compétition, qui s’est déroulée dans des conditions idéales, a par ailleurs été marquée par la victoire avec 17,64 m d’un Teddy Tamgho diminué au triple saut. Ainsi que par les nouveaux minima réalisés par Fadil Bellaabouss sur 400 m haies, Dimitri Bascou sur 110 m haies, et les sprinteuses Lina-Jacques Sébastien (22’’86) et Myriam Soumaré (23’’01) sur 200 m.

C’est le silence qui précède les grands moments. Ceux qu’on n’oublie jamais, et qu’on évoque plus tard comme des morceaux de légende. Sur la ligne de départ du 100 m, pleine piste aux couloirs quatre et cinq, Christophe Lemaitre et Martial Mbandjock. L’Aixois sort très bien des starting-blocks. Au 30 m, il est déjà en tête grâce une transition de toute beauté. Et c’est là qu’il déploie sa foulée. La deuxième plus longue du circuit derrière un certain Usain Bolt. Buste légèrement penché vers l’avant, visage crispé, il allonge et allonge encore. Presque trop selon son entraîneur Pierre Carraz, qui avouait pourtant à l’arrivée « n’avoir rien vu », terrassé par l’émotion. Qu’importe Martial Mbandjock, si fort dans les dix derniers mètres, ne lui reprend pas un mètre. La ligne d’arrivée approche. L’Aixois au maillot bleu tend ses deux bras filiformes vers l’arrière et entame son cassé sous la clameur déjà naissante. Son regard est déjà braqué sur le panneau électronique. 9’’99 ! C’est l’explosion de tout un stade, qui sent qu’une page de l’histoire de l’athlétisme vient de s’écrire sous ses yeux. Le public massé le long de la ligne droite d’arrivée scande « Lemaitre, Lemaitre ! » Lemaitre, lui, justement, n’exulte pas encore. Il attend de connaitre la mesure du vent, si capricieux dans ce stade Georges Pompidou de Valence. +1,3m/s, soit largement en dessous de la limite autorisée des 2 m. Et le chrono est corrigé d’un centième, en 9’’98. Soit le record de France amélioré d’un centième sous les yeux de son ex-détenteur Ronald Pognon, troisième de la course en 10’’34.

Ça y est, pour la première fois, un athlète blanc a parcouru 100 m en moins de 10’’. Historique ? « Oui, mais d’abord pour moi, corrigeait le kid de Bugey quelques minutes après sa course. Personnellement, j’en ai un peu rien à faire d’être le premier blanc sous les 10’’. J’ai maintenant un record personnel à trois chiffres (sic) ! Ça fait un moment qu’on me parlait de cette barre. Mais moins de 10’’, c’est avant tout un passage obligé pour faire partie des meilleurs mondiaux. » Martial Mbandjock, deuxième de cette finale du 100 m à pile un dixième de son cadet, confiait, lui, sa légitime frustration. « Mais il faut que je prenne ce résultat comme une chose qui va me faire progresser. C’est une journée qui va rester dans les mémoires. Et je pense que j’ai plus ou moins contribué au chrono de Christophe. » Quelques mètres plus loin, Pierrre Carraz, très ému, attendait son poulain avec impatience pour le soustraire à l’appétit médiatique de la foule des journalistes : « A l’échauffement, je doutais un peu. Je ne l’avais pas trouvé très bien, au contraire de Martial. Mais en compétition, il est toujours très fort. Je commençais à douter un peu. Je pensais que les moins de 10’’ allaient venir plus facilement. Il faut à Christophe de grandes compétitions pour aller vite. »

Tamgho s’arrache et gagne
Presque au même moment, on avait cru assister en parallèle au grand coup de massue de ces Championnats de France Elite. Teddy Tamgho, le meilleur performeur mondial de la saison au triple saut avec 17,98 m, s’était en effet brusquement arrêté en pleine course d’élan de son premier essai, avant des’allonger par terre, terrassé par la douleur. Franchement, on craignait le pire. Mais ça n’était finalement « que » le retour de maudites crampes aux mollets, qui l’ont déjà tant embêté l’an dernier. A l’orgueil, le sociétaire du CA Montreuil 93 envoyait un énorme troisième saut malgré une course d’élan un brin cahotique. Résultat : 17,64 m avec un vent légèrement trop favorable (+2,9m/s). Et un concours plié malgré le talent de son ami et ex-camarade d’entraînement Benjamin Compaoré (Entente Strasbourg Agglomération), très bon deuxième avec 17,28 (+2,1m/s).
Lemaitre et Tamgho étaient depuis longtemps débarrassé des minima pour Barcelone dans leurs épreuves respectives. Ce n’était bien sûr pas le cas de nombreux autres athlètes. Qui en ont donc profité pour faire eux aussi un grand pas vers l’Espagne. Les spectateurs valentinois ont ainsi assisté à une finale du 400 m haies de haute volée, qui a vu la victoire de Fadil Bellaabouss (Montbeliard Belfort Athlé) en 49''13, devant Heni Kechi (Entente Sud Lyonnais) en 49''65. Les deux athlètes ont amélioré leurs records personnels et réalisé les minima pour Barcelone, d'où le sourire radieux qu'ils affichaient tous deux en zone mixte.

Sur les haies hautes, Dimitri Bascou (Lagardère Paris Racing) s'est imposé en 13''42 (minima à 13’’44), record personnel à la clé, devant le prometteur espoir Thomas Martinot Lagarde (US Créteil) en 13''56. Garfield Darien (EA Chambéry), après avoir remporté sa demi-finale, n'a pas pris part à la finale en raison d'une petite blessure. Les derniers minima de la journée ont été réalisés lors de la troisième série du 200 m féminin. Myriam Soumaré (AA Pays de France Athlé 95) deuxième en 23''01 (minima à 23’’07), a effacé sa relative déception du 100 m. Elle a terminé sa course sur les talons de Lina Jacques-Sébastien (US Créteil), qui a battu une fois de plus son record personnel cette saison en 22''86, passant pour la première fois de sa jeune carrière sous les 23''.

Manfredi est éternelle
A retenir également : le dernier jet énorme au lancer du poids de l’éternelle Laurence Manfredi (Gap Hautes Alpes Athlétisme) qui, avec 17,91 m, a échoué à seulement neuf centimètres des minima pour les "Europe". Mais elle savourait tout de même sa performance, tout comme Florian Geffrouais (Martigues Sports Athlé), qui a franchi pour la première fois la barre symbolique des 8000 points au décathlon avec un total de 8057 points. Du côté des filles, c'est Marisa de Aniceto (Stade Sottevillais 76) qui a remporté l'heptathlon grâce à un total de 6009 points. Résultats de qualité également sur 100 m femmes. Mais le vent soufflait trop fort (+3,2 m/s). Au final, victoire de Véronique Mang (Entente Franconville Cesame Val d'Oise) en 11''16, ravie de l'emporter devant Christine Arron du LPR (11''27).

Les demi-fondeurs et fondeurs ont, eux, beaucoup souffert de la chaleur. Les finales auront vu le sacre de Yoann Kowal (E Perigueux Trelissac Athlé) sur 1500 m en 3'45''04, à l'issue d'une course parfaitement maîtrisée, devant l'espoir Florian Carvalho (Us Nemours St Pierre Athlé), neuf centièmes derrière. Autre athlète en partance pour Barcelone : Fanjanteino Felix (Stade Sottevillais 76) sur 800 m féminin. Elle a remporté sa finale en 2'03''28. C’étaient les marcheurs qui avaient ouvert le bal tôt dans la matinée, avant qu'un soleil accablant ne s'abatte sur le stade Georges Pompidou. Chez les femmes, c'est Christine Guinaudeau (Amiens Uc) qui s'est imposée sur 10 000 m marche en 48'56''81, avec près de 30'' d'avance sur sa suivante, Anne-Gaelle Retout (Val-de-reuil Ac). Sur la même distance, Yohann Diniz (Efs Reims A) l’emporte en 40'17''83. Dernier jour de compétition demain, avec un match à la quatre particulièrement excitant à la perche hommes, avec Renaud Lavillenie, Romain Mesnil, Jérôme Clavier et Damiel Dossevi. Ainsi que le duel Mekhissi-Tahri sur 3000 m steeple. On en salive d’avance !

A Valence, Florian Gaudin-Winer et Chloé Lauvergnier pour athle.com

Vous pouvez retrouver tous les résultats en live épreuve par épreuve dans la colonne de droite, ou tout le programme jour par jour en cliquant ici 

Pour les résultats complets, cliquez ici

Pour voir quelques photos de la deuxième journée, cliquez ici

Ils ont dit :

Christine Guinaudeau, championne de France du 10 000 m marche en 48'56''81 : « J'ai très peu d'entraînements dans les jambes car j'ai eu une saison chaotique : je n'ai pas pu finir aux "France" de 20 km car j'étais malade, je traîne un virus depuis deux ans... Aujourd'hui, tout dépendait de la course . On a démarré tranquillement, en moins de 55'' au 200 m. Mais après, je me suis dit qu'il fallait y aller. Par la suite, j'ai vu qu'il y avait des cartons qui tombaient et vu mon peu d'entraînements je n'ai rien tenté, je suis restée prudente. La course s'est bien passée et je suis contente d'avoir conservé mon titre. Il s'agit d'une sorte de revanche au regard de ma saison. »

Yohann Diniz, champion de France du 10 000 m marche en 40'17''83 : « Il a fait chaud, mais ça sera pareil à Barcelone et ça ne me fait pas peur. Au 3 km, j'avais déjà deux cartons rouges donc j'ai serré les fesses pour ne pas me faire sortir, car j'aurais été vert de me faire éliminer. Le rythme est là, mais j'ai été ralenti par ces deux cartons rouges, donc après j'étais sur un faux rythme, même si ça allait. Mais le but était de contrôler. A Barcelone, j'essaierai de faire quelque chose de bien et de renouer avec un bon 50 km. Le but sera de prendre du plaisir sur la distance. Ça ira beaucoup moins vite qu'ici, où ça changeait d'allure. On était en 3'55-4'05 au kilomètre, alors que je travaille davantage sur une allure 4'20-4'25 en ce moment, donc ça peut être intéressant pour la fin de course à la rigueur. Je vais rester à Font-Romeu jusqu'au 28 juillet pour finir ma préparation. »

Muriel Hurtis-Houairi, vainqueur de sa série du 400 m en 53''53 : « Ma course est plutôt bien. J'ai souhaité m'économiser un peu et garder un maximum de jus pour demain. L'objectif était de l'emporter pour avoir un bon couloir lors de la finale. Je n'ai pas l'habitude d'enchaîner deux 400 m en deux jours. Donc demain, j'essaierai d'améliorer mon meilleur temps de la saison qui est de 52''05, mais c'est une distance difficile. Il faut y aller étape par étape. Je n'avais pas prévu de préparer le 400 m pour les "Europe", mais j'ai pris cette décision depuis le meeting de Sotteville car ça n'avait pas été comme je l'avais espéré sur 200 m. En même temps, c'est une discipline qui me remotive, et qui me donne une deuxième chance. »

Virginie Michanol, meilleur temps des séries du 400 m en 52''81 : « J'ai eu de bonnes sensations et je suis dans une bonne dynamique depuis le début de l'été. L'objectif, ce n'est pas les "France" -même si j'espère bien-sûr remporter le titre- mais Barcelone. Aujourd'hui j'étais dans une série costaud, et demain sera un gros challenge. »

Leslie Djhone, vainqueur de sa série du 400 m en 46''66 : « J'étais tranquille, je me suis lancé, mais j'ai attendu la dernière ligne droite pour mettre une petite accélération Il fallait passer et j'ai assuré la victoire. Je vais encore monter en puissance par la suite. »

Fadil Bellaabouss, champion de France du 400 m haies en 49''13 (minima pour Barcelone) : « Je suis super content, j'ai mon plus beau sourire depuis le début de la saison. J'ai eu plusieurs galères physiques, un accident de voiture... Une demi-heure avant la course, j'ai eu une grosse douleur aux adducteurs donc j'ai failli ne pas courir. Avant la course, le vent s'est arrêté. J'ai vu tout de suite que j'étais devant. Ma plus grosse crainte aujourd'hui, c'était la blessure, je n'ai pensé à aucun adversaire, mais avant tout aux franchissements, à bien me réceptionner. Ce n'est qu'une première étape avant Barcelone, qui est vraiment l'objectif. C'est le deuxième chrono européen, mais en championnat tout s'affole : si ça marche, c'es très bien, sinon... En tout cas, c'est ma meilleure entame de saison. Je commence à avoir un bon niveau sur 400 m haies. Merci à tous ceux qui m'ont soutenu. Par rapport à 2009, ça aurait été facile de me tâcler... »

Heni Kechi, vice-champion de France du 400 m haies en 49''65 (minima pour Barcelone) : « Je pensais juste à la victoire, mais en 2010, il y a un très bon niveau sur le 400 m haies en France. Ça fait plus de 10 ans que je fais du 400 m haies donc j'ai beaucoup d'expérience. A la mi-course, je passe dans un bon temps sans partir trop vite non plus. C'est mon record personnel, je suis à mon meilleur niveau donc c'est très motivant et j'aurai beaucoup d'envie pour Barcelone où j'espère entrer en finale. Mais je suis un peu déçu pour Hugo Grillas qui avait déjà fait les minima, mais qui a été blessé par la suite et n'a donc pas disputé la finale. »

Dora Jemaa, championne de France du 400 m haies en 57''50 : « C'est mon meilleur temps de la saison. Il s'agissait d'un combat contre moi-même après un an et demi d'arrêt. L'an prochain, je ferai du 100 m haies. »

Hamid Oualich, vainqueur de sa série du 800 m en 1'50''78 : « Au début, j'ai eu du mal à me mettre dans le rythme jusqu'au 500 m. Je n'étais pas dedans et pas assez réveillé. Puis j'ai accéléré progressivement au dernier 200 m. C'est de bon augure pour demain en tout cas . On travaille pour gagner donc j'espère faire quelque chose de bien. »

Aurore Ruet, meilleur temps des séries du 100 m haies en 13''29 : « C'est bien, c'est mon meilleur temps de la saison : je n'avais fait que 13''43 avant. C'est ce week-end qu'il fallait être performante. J'étais bien concentrée sur mon couloir et le fait d'être en tête m'a sans doute aidée. Ma première partie de course était bien, mais à la fin il faudrait que je mette plus de rythme. Les compteurs sont remis à zéro en championnat donc on verra demain... »

Mélanie Melfort, championne de France de la hauteur avec 1,86 m : « Ce concours était comme un marathon. J'ai demandé à avoir plus de temps entre les sauts, mais ça n'a pas été le cas. Le vent était infernal, on ne pouvait pas sauter, ça m'a déparamétrée tout un ensemble de choses. 1,91 m ou 1,93 m, ça aurait dû passer sans problème. Je n'ai pas tenté directement les minima car je devais déjà me battre pour passer 1,90 m. Je n'ai presque pas fait de compétitions cette année. Je ne me prends plus la tête pour les minima de toute façon. Ma prochaine compétition aura lieu à Paris. »

Myriam Soumaré, deuxième de sa série du 200 m en 23''01 (minima pour Barcelone) : « Je comptais faire les minima sur 100 m, ce qui n'a pas été le cas. Comme j'étais déçue par rapport à ça, j'avais donc la rage. J'ai tout donné pour cette course, car je me suis dit que la journée était finie après et qu'il y avait peut-être un chrono au bout. Ça enlève un poids. Il reste donc à confirmer le statut demain. »

Fanjanteino Felix, championne de France du 800 m en 2'03"28 : « Je voulais faire un temps mais j'étais toute seule devant. On est passées en 63", 64" au 400 m donc c'était fichu. Tant pis... Après j'ai contrôlé la course pour le titre. Je suis chez moi, j'habite là donc ça m'a donné envie de partir vite, et je suis contente de gagner. Demain, je vais courir le 1500 m, ça devrait aller vite car il y a deux filles au niveau de mon chrono. Je vise le titre et les minima si possible. Je vais aussi courir le 1500 à l'occasion du meeting Areva où je viserai également les minima. »

Nouredine Smail, vainqueur du 5000 m en 14’07’’62 : « C’est mon troisième titre d’affilée ! La course a été tactique mais ça a quand même été très dur avec cette chaleur. Je reviens de blessure, plus précisément d’une élongation au mollet. Je vais mieux mais ça n’est pas encore ça. Aujourd’hui, ça n’a pas été facile. J’ai essayé d’en garder sur la fin pour pouvoir relancer. Si je vais à Barcelone, je viserai le podium. »

Dimitri Bascou, vainqueur du 110 m haies en 13’’42 (+ 1.5 m/s) : « J’ai abordé cette finale comme les autres courses, en essayant de m’appliquer. La première partie a été vraiment bien. Mais j’ai ensuite commis deux petites fautes et j’ai perdu un peu de temps. Ça prouve que j’ai encore de la marge. Il va falloir faire mieux aux Europe. Aujourd’hui, je ressens du soulagement. »

Yoann Kowal, vainqueur du 1500 m en 3’45’’04 : « Je suis soulagé. Il y a eu beaucoup de stress ces derniers jours. Ça n’était pas gagné d’avance. La course a été tactique. En l’absence de Mehdi (Baala), ça n’était pas facile à gérer. J’ai eu chaud aux fesses dans la dernière ligne droite. Je suis content de ma maitrise et de la manière dont j’ai géré mon 1500 m. A Barcelone, je ne me donne pas de limites. »

Laurence Manfredi, vainqueur au lancer du poids avec 17,91 m : « J’ai gagné le titre avec la manière. Ça doit être le 26e ou le 27e, salle et plein air confondus ! Ça me fait vachement plaisir. Je suis moins vaillante qu’à 20 ans mais j’ai la tronche. Je continue l’athlétisme jusqu’à 2012 et les Jeux olympiques de Londres. »

Marisa de Aniceto, vainqueur de l’heptathlon avec 6 009 points : « Par rapport à ce que j’avais réalisé lors de la première journée, mon total ne correspond pas du tout à ce à quoi je m’attendais. Il m’a manqué sans doute un peu de jus. C’était mon deuxième heptathlon en dix jours. Il y a quand même la joie du titre. »

Lina Jacques-Sébastien, vainqueur de sa série du 200 m en 22’’86 (+ 1.8 m/s) : « J’avais prévu d’aller vite dès les séries puisque mon coach me l’avait demandé. Et je l’ai fait ! J’ai donné le maximum. Ça fait du bien de casser cette barre des 23’’. Il va maintenant falloir confirmer ça en finale. L’objectif à Barcelone sera le podium. »

Florian Geffrouais, vainqueur du décathlon avec 8 057 points : « Ça fait du bien de dépasser les 8000 ! Je suis content. J’avais déjà réalisé 7894 points cette saison mais en me loupant complètement à la perche. Ça soulage de faire plus de 8000 points. Et c’est assez symbolique. On s’approche du top niveau mondial. Il y a encore des points à améliorer mais je m’en sors bien, notamment au disque et à la perche. »

Teddy Tamgho, vainqueur du triple saut avec 17,64 m : « Je me suis retrouvé en difficulté dès l'échauffement avec des crampes. Quand j'ai vu que Benjamin (Compaoré) était allé loin, j'ai voulu aller sauter. Je fais 17,64 m sur un saut en force. Je pensais aujourd'hui au 18 m mais il m'aurait fallu plus de vitesse. Je vais tout faire jusqu'à Barcelone pour éliminer les risques de blessures et de crampes. Mais là, à Valence, il y avait la chaleur et, en plus, j'ai mal dormi. »

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
09/10 >  
17/02 >  
16/02 >  
07/07 >  
17/06 > (1)
16/06 > (2)
15/06 >  
02/04 >  
26/02 > (1)
25/02 > (4)
le reste de l'actualité
11/12 >  
05/12 >  
03/12 >  
27/11 >  
19/11 >  
14/11 > (2)
14/11 >  
06/11 > (2)
31/10 >  
30/10 >  
24/10 >  
23/10 > (3)
16/10 > (3)
09/10 >  
03/10 >  
21/09 >  
21/09 >  
21/09 >  
19/09 >  
19/09 > (1)
04/09 > (1)
12/08 >  
31/07 >  
27/07 >  
21/07 >  
rechercher
Outils communication
clubs FFA
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS