MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France Elite en salle à Aubière : Tamgho en apesanteur
Commentez cette actualité(2)
Championnats de France Elite en salle à Aubière : Tamgho en apesanteur

Concours du triple saut d’anthologie à Aubière. Teddy Tamgho a amélioré son propre record du monde en salle d’un centimètre, en retombant à 17,91 m à son quatrième essai. Une performance exceptionnelle, point d’orgue d’une journée marquée par le retour au premier plan de Christophe Lemaitre, les belles victoires de Myriam Soumaré et Dimitri Bascou. Et par les minima de, on vous le donne en mille, trois nouveaux triple sauteurs.

Teddy Tamgho explose, exulte et sprinte vers la tribune. Le speaker vient d’annoncer la distance à laquelle il est retombé à son quatrième essai, après deux premiers sauts mordus et un troisième assuré à 17,36 m. 17,91 m ! Nouveau record du monde ! Un centimètre de plus que sa précédente marque établie en 2010 à Doha, lors d’une inoubliable finale mondiale. Alors Teddy enjambe le petit muret séparant la piste du stadium Jean Pellez des tribunes. Il tombe dans les bras de ses amis, de son camarade triple sauteur Benjamin Compaoré, et de son coach Ivan Pedroso, qui reste d’un calme olympien. C’est l’union sacrée. Tamgho est dans un état second et serre les poignes jusqu’à en perdre haleine. Il n’oublie pas son ancien entraîneur Jean-Hervé Stievenart, auquel il lance un regard riche d’amitié et de respect. Ce nouveau saut d’anthologie, le triple sauteur du CA Montreuil 93 l’a construit en s’appuyant comme souvent sur sa vitesse de course, qu’il a su conserver jusqu'au bout de son ramené. Mais il sait qu’il peut aller plus loin, beaucoup plus loin. Le cinquième essai en sera la meilleure preuve. Après le cloche, le recordman du monde en salle retombe tout près du bac à sable. Malheureusement, il s’écrase et n’arrive pas à repartir. 17,58 m tout de même. Les 18 m, ça n’est sans doute que partie remise. Peut-être pour Bercy… Dans ce concours d’anthologie, deux autres athlètes réalisent les minima pour les championnats d’Europe. La révélation Yoann Rapinier (Entente Franconville Cesame Val d’Oise) est deuxième avec 17,02 m. L’éternel Karl Taillepierre complète le podium avec 16,92 m.

Lemaitre est de retour
Le public d’Aubière est en feu. Quelques minutes plus tôt, il a déjà ovationné Christophe Lemaitre. Vainqueur du 60 m en 6’’58, le sprinteur aixois s’est plus que rassuré à deux semaines des championnats d’Europe. On a revu le « Lemaitre » de l’été dernier, pas forcément très tranchant sur les premiers mètres mais impérial pendant la deuxième partie de course. Martial Mbandjock, deuxième en 6’’66, n’a jamais pu l’accrocher. Le triple champion d’Europe de Barcelone est heureux. Tout comme Myriam Soumaré. Incertaine jusqu’à quelques minutes de la finale en raison de douleurs aux ischio-jambiers, l’athlète d’AA Pays de France Athlé 95 a réalisé son meilleur chrono de la saison au meilleur moment, en l’emportant en 7’’19 devant une Véronique Mang (Entente Franconville Cesame Val d’Oise) en 7’’23, qui monte en puissance et réalise largement les minima pour Bercy (7’’30).

Mais le plus dominateur du jour côté sprint a peut-être été Dimitri Bascou. Aérien en série (7’’53), il commet une petite faute technique après la première haie en finale. Ce qui ne l’empêche pas de s’envoler pour couper la ligne en 7’’52, loin devant Samuel Coco-Viloin (7’’68). Deuxième meilleur performeur européen, le hurdleur du Lagardère Paris Racing semble avoir un chrono sous les 7’’50 dans les jambes.

On peut être champion de France et particulièrement déçu. C’est le cas de Leslie Djhone, sacré sur 400 m en 46’’13. Mais le spécialiste du tour de piste fait la moue à l’arrivée, satisfait du résultat mais pas du tout de la manière, beaucoup trop heurtée selon lui. Dans une course particulièrement dense, Yoann Decimus met une claque à son record personnel en 46’’31, devant le surprenant Ansoumane Fofana (46’’71). Sur 400 m mais chez les femmes, le titre revient à Muriel Hurtis en 53’’67. A noter que, rareté,  les deux premières de la finale B sont allées plus vite (53’’49 pour Floria Guei, 53’’55 pour Laetitia Denis) que la championne de France.

Les minima pour Kessely
Parmi les nouveaux minima du jour, on retiendra aussi les 13, 91 m d’Haoua Kessely au triple saut. La sociétaire de Vernouillet Athlé, après son titre à la longueur hier, a confirmé qu’elle avait franchi un vrai palier en décrochant son billet européen pour un centimètre. La preuve que les triple sauteuses ont, elles aussi, leur mot à dire. Toujours chez les femmes, victoire logique pour Mélanie Melfort à la hauteur avec 1,88 m. Au poids, domination sans surprise de Gaëtan Bucki. Malgré une douleur aux cervicales, l’homme fort d’Artois Athlétisme a plié le concours dès son premier jet avec 19,83 m. Frédéric Dagée, en prenant la 6e place avec 17,40 m  a, lui, amélioré le record de France juniors du lancer du poids. Sur 800 m, Linda Marguet (2’05’’29) et Jeff Lastennet (1’48’’49) remportent le titre en manœuvrant parfaitement sur le plan tactique. Enfin, un mot sur l’heptathlon avec la victoire de Gaël Quérin. Avec 5923 points, le spécialiste des épreuves combinées du Lille Métropole Athlétisme réalise un excellent total. Seul regret : ne pas l’avoir vu batailler jusqu’au bout avec le jeune Kevin Mayer. Le champion du monde junior a en effet été contraint à l’abandon après le 60 m haies. Une course qu’il avait remportée en 8’’13 mais à l’issue de laquelle il s’est fait une entorse de la cheville, en manifestant sa joie.
Avec 52 athlètes en mesure d’être en piste à Bercy (ayant réalisé les minima ou figurant dans les douze premiers du bilan européen à trois par pays), ces championnats de France Elite sont d’ores et déjà un excellent cru. " Le bilan est évidemment satisfaisant, apprécie Ghani Yalouz, le directeur technique national. Mais on va retomber les pieds sur terre, en essayant de garder cette dynamique." Bernard Amsalem, le Président de la FFA, abonde : " C'est comme une mise en bouche pour Bercy. Les athlètes étaient très motivés. Notre ambition, c'est maintenant de réussir nos championnats d'Europe devant le public français." Prenons quand même le temps de savourer. Car Aubière 2011 restera forcément dans les mémoires par la grâce d’un record du monde. Celui d’un certain Teddy Tamgho.

A Aubière, Florian Gaudin-Winer pour athle.com

Retrouvez les résultats des championnats :
- épreuve par épreuve en cliquant ici
- tous les résultats en cliquant ici

Pour voir quelques photos de la deuxième journée, cliquez ici
Pour voir quelques photos de la première journée, cliquez ici

Ils ont dit :

Haoua Kessely, vainqueur du triple saut avec 13,91 m : « Je ne vais pas vous le cacher, je suis heureuse. Je suis super contente. Hier, j’avais gagné à la longueur mais en échouant à cinq centimètres des minima pour les championnats d’Europe. Là, ça y est, je suis sûr d’être à Bercy après avoir traversé pas mal de galères, dont une lésion du tendon d’Achille gauche l’an dernier. Aujourd’hui, même mes sauts pas très tops étaient à plus de 13,70 m. J’ai depuis longtemps envie de franchir la barrière des 14 m. J’espère que ça sera pour Bercy ! »

Sylwia Korzeniowska, vainqueur du 3000 m marche en 12’58’’80 : « Je suis contente de remporter mon premier titre de championne de France (ndlr : Sylwia a été naturalisée française en juin 2010). Ce qui comptait aujourd’hui, c’était de remporter la victoire pour mon club. Je n’avais pas de chrono en tête en prenant le départ. Je suis en effet en pleine préparation d’un 20 km, auquel je prendrai part dans trois semaines. »

Linda Marguet, vainqueur du 800 m en 2'05’’29 : « Avec Bruno (Gajer), on avait mis en place une tactique. Il fallait que je mène toute la course en restant à la corde. Je ne l’ai pas lâchée. Je savais que Fanjanteino (Felix) allait venir me titiller. Le but était de réussir à accélérer lorsqu’elle se mettrait à mes côtés. J’ai un finish qui me permet de rester bien en place dans la dernière ligne droite. C’est mon troisième titre en salle. Je vais maintenant préparer Bercy. Cette course me rassure. Elle me montre que je suis capable d’adopter des stratégies qui fonctionnent. »

Jeff Lastennet, vainqueur du 800 m en 1’48’’50 : « Avec mon entraîneur, Jacques Darras, on ne s’est pas trompé d’objectif. Je suis venu ici pour aller chercher le titre de champion de France. Ce titre sauve ma saison. Ça montre que je suis costaud. Je ne sais pas ce que décidera demain le comité de sélection. Mais si je suis sélectionné pour Bercy, j’irai là-bas pour tout péter. J’ai beaucoup aimé la manière dont a couru Samir Dahmani. Il y a cru jusqu’au bout. Il peut être fier de lui. Enfin, je tiens vraiment à remercier mon ancien coach pour tout ce qu’il m’a apporté. Je pense fort à Mehdi Yazidi et j’ai aussi une petite pensée pour Fadil Bellaabouss. »

Gaël Quérin, vainqueur de l’heptathlon avec 5923 points : « C’est un bon heptathlon même si je sais que je peux faire encore mieux. Je suis content. Je refais enfin un bon total. Je suis de retour. Pour Bercy, c’est mort. Mais je le savais déjà avant de venir à Clermont. Pour Kevin (Mayer), c’est dommage. On aurait pu se battre ensemble jusqu’au bout et il y aurait eu une belle bagarre sur 1000 m. J’espère qu’il va vite se rétablir. »

Myriam Soumaré, vainqueur du 60 m en 7’’19 : « Je ressens de grosses douleurs aux ischio-jambiers depuis Eaubonne. Jusqu’à la chambre d’appel, je ne savais pas si j’allais courir la finale. Car j’ai senti que mon point à l’ischio droit se réveillait. Je suis contente d’avoir pris ce risque. Je suis restée concentrée sur ma technique pendant la course, en essayant d’être la plus propre possible. Ça me rassure avant Bercy. Je suis pressée d’y courir maintenant. »

Gaëtan Bucki, vainqueur du lancer du poids avec 19,83 m : « Je me suis fait mal aux cervicales il y a deux jours. J’ai depuis fait de la mésothérapie. Mais dès que j’ai pris le poids en main, ça n’a pas pardonné. C’est un peu frustrant. Je vais maintenant suivre des soins tout en m’entraînant jusqu’à Bercy. Ça m’a fait très mal sur le coup mais c’est juste une contracture. Deux, trois jours sans lancer et ça devrait aller mieux. Il faut apprendre à gérer ce genre de situations, quand on est un peu moins bien. »

Christophe Lemaitre, vainqueur du 60 m en 6’’58 : « J’ai remis totalement les pendules à l’heure. Il me manquait juste de la récupération. Je savais que ça allait revenir. Après avoir réalisé les minima en séries, j’étais soulagé. Je suis super content, j’ai rempli mes objectifs. Je pensais plutôt courir en 6’’62. Sincèrement, c’est une grande joie. Mes deux meetings ratés m’ont mis la rage. J’avais à cœur de me rattraper après mes deux meetings ratés. Je suis vraiment satisfait de mon état d’esprit. La médaille est désormais plus qu’envisageable à Bercy. Je peux même viser l’or. »

Leslie Djhone, vainqueur du 400 m en 46’’13 : « Je ne peux pas être satisfait de ma course. J’ai fait un peu n’importe quoi. Je savais que les mecs avaient les crocs. Je m’en suis sorti à l’expérience. Je n’ai pas eu de grosses sensations pendant ce week-end. Je n’étais pas super à l’aise. Mais il fallait faire mon job. Je suis dans les temps. Il me reste deux semaines pour bien travailler. Le point positif, c’est qu’il me reste une grosse marge de progression. »

Dimitri Bascou, vainqueur du 60 m haies en 7’’52 : « Je n’étais pas très content à l’arrivée car j’ai fait une grosse faute après la première haie, qui m’a coûté les petits centièmes que je voulais gagner. Pendant la course, j’ai eu le temps de me dire : Mince ! J’ai mis plus d’intensité qu’en série mais au détriment de la technique. De toute façon, c’est surtout à Bercy qu’il faudra aller vite. »

Teddy Tamgho, vainqueur du triple saut avec 17,91 m (record du monde en salle) : « Je ne suis pas dans une forme excellente. Mais je bats quand même le record du monde et, un centimètre, c’est un centimètre. C’est la preuve que le travail effectué avec Ivan Pedroso ne m’a pas fait régresser. Le cinquième saut aurait pu aller énormément loin. Mais ça n’est pas grave. Je prends ce record avec joie. J’ai réussi à conserver pas mal de vitesse sur cette quatrième tentative même si je me suis moins lâché qu’à Doha. J’ai essayé de réaliser des choses académiques. Les 18 m vont venir petit à petit. J’ai la conviction que 17,91 m, ce n’est pas ma limite. Il y a encore beaucoup mieux à faire. Je suis d’abord arrivé ici pour gagner le titre. Avec l’approche des championnats, je pense de moins en moins à la performance et de plus en plus à la place. Pour le doublé longueur-triple saut à Bercy, c’est du 50-50 pour l’instant. Je pense pouvoir faire quelque chose dans les deux disciplines. Mais tout dépendra du coach. S’il me dit oui, je l’embrasserai encore plus ! S’il me dit non, je lui dirai : c’est toi le chef ! »

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (2)
Mathieu Rouquette - 26/02 (09h29)
Quelle superbe Equipe de France on a tout de meme
Jean-pierre Heuze - 20/02 (14h00)
le phénix Tchadien a encore frappé à Aubière ^_^
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
28/10 >  
21/10 > (1)
01/10 >  
28/09 >  
10/09 >  
22/07 > (1)
21/07 > (1)
20/07 > (1)
15/07 >  
15/07 >  
le reste de l'actualité
18/12 >  
14/12 >  
12/12 >  
11/12 >  
09/12 >  
08/12 >  
08/12 >  
08/12 >  
07/12 >  
07/12 >  
05/12 >  
03/12 > (2)
30/11 >  
30/11 >  
28/11 >  
27/11 >  
26/11 >  
26/11 >  
23/11 > (2)
23/11 >  
21/11 > (2)
21/11 >  
20/11 >  
19/11 >  
19/11 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS