MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Jeff Lastennet : « Apporter quelque chose à ma génération »
Commentez cette actualité(1)
Jeff Lastennet : « Apporter quelque chose à ma génération »

Deuxième en 1’45’’56 du 800 m du meeting Pro Athlé Tour de Nancy vendredi, Jeff Lastennet a franchi un nouveau palier en Lorraine en descendant pour la première fois de sa carrière sous les 1’46. Seul le Kényan et recordman du monde David Rudisha, vainqueur en 1’43’’46, l’a devancé. Désormais à seulement trente-six centièmes des minima pour les Mondiaux de Daegu, le Français pense avoir encore bien mieux dans les jambes. La preuve que son départ de l’Insep et son retour au bercail du côté de Montreuil, avec son ancien entraîneur Jacques Darras, ne l’ont pas empêché de poursuivre sa progression. Interview.

Athle.com : Jeff, vous aviez terminé vos premières courses de l’été frustré malgré de bons chronos. A Nancy, avez-vous franchi l’arrivée satisfait ?
Jeff Lastennet : Le sentiment était différent. J’étais content même si ça n’était toujours pas satisfaisant. Quand j’ai regardé le chrono, j’ai d’abord vu les secondes puis les centièmes. J’étais trop déçu de n’être qu’à trente-six centièmes des minima pour les Mondiaux. Même si j’ai réalisé une bonne course ce jour-là, je ne trouve pas que c’était la course idéale pour autant.

Pour quelles raisons ?
Dans la dernière ligne droite, je n’ai pas réussi à m’arracher. A quatre-vingt mètres de l’arrivée, après avoir dépassé deux mecs, je n’ai plus su trop quoi faire. J’ai l’impression que s’il y avait eu quelqu’un devant moi en 1’44, je serais allé le chercher et j’aurais gagné ces trente-six centièmes qui m’ont manqués.

David Rudisha était un peu devant. Comment avez-vous vécu cette course aux côtés du recordman du monde ?
Quand on est parti, j’ai été surpris de me retrouver à côté de lui après les cinquante premiers mètres. Je m’attendais à ne jamais le voir pendant la course. Il était bien sûr devant au rabattage mais ça m’a donné un petit sentiment de confiance. Je me suis retrouvé dans les premières places au 200 mètres. Je me suis alors dit que je n’avais plus qu’à courir comme ça et à suivre. Je suis passé en moins de 51’’ (entre 50’’70 et 50’’80) au 400 mètres. C’était peut-être un peu trop vite à mon goût. Mais, en même temps, si j’étais passé plus lentement dans cette course, je n’aurais pas fait 1’45.

Rudisha, c’est une référence pour vous ?
Je l’ai vu à l’hôtel avant la course. Quand je l’ai aperçu, il m’a fait rire. J’étais avec Yohann Kowal et Damiel Dossevi. Je ne l’ai pas reconnu. Il avait le look habituel des Kényans : chemise colorée, jean et baskets pas vraiment assorties. A l’échauffement, j’ai réussi à me remettre dans l’ambiance de Stockholm (les Championnats d’Europe par équipes). Je me suis dit que je ne pouvais pas me permettre de rater cette course. Que si je n’en profitais pas aujourd’hui, Rudisha n’entendrait jamais parler de moi ! On a pu parler ensemble lors de la réception après le meeting. On a bien rigolé. On s’est découvert des courses communes, notamment la demi-finale des Mondiaux juniors en 2006. Ce qui m’inspire chez lui, c’est sa sérénité. Il finit à chaque fois seul les 300 derniers mètres. On a l’impression qu’il sait ce qu’il va faire et qu’il va gagner.

Les minima pour les Mondiaux de Daegu sont désormais votre priorité…
A Nancy, je courais à la fois après les 1’45 et les minima. Maintenant, je vais essayer d’aller chercher un gros chrono sous les 1’45. Il y a des centièmes à gagner. Vendredi, il y avait un fossé entre Rudisha et nous. J’espère que, lors de ma prochaine course, il y aura un peloton de gars en 1’44-1’45 et que je pourrai aller chercher la victoire. Normalement, je devrais courir à Madrid le 9 juillet. Et j’espère rentrer vraiment à Monaco.

Vous avez quitté en septembre dernier l’Insep pour rejoindre votre ancien entraîneur à Montreuil, Jacques Darras. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?
Je suis parti de l’Insep car j’avais l’impression d’en avoir fait le tour. Je n’avais pas du tout l’intention de demander quoi que ce soit au coach ou au groupe pour mon confort personnel. J’avais envie de gérer autrement mon entraînement. Ce qui a vraiment changé pour moi, c’est que je m’entraîne seul à l’heure que je veux. J’adapte mon entraînement à mes horaires. L’an dernier, c’était difficile à gérer quand il y avait un conflit entre mes emplois du temps sportif et étudiant.

Vous donnez donc la priorité à vos études ?
Oui, et c’est très clair. Mon entraîneur me le répète à chaque entraînement. Je dois bien sûr faire des sacrifices. Mais ce n’est pas un problème. Je suis en deuxième année d’école de kiné avec un cursus aménagé sur six ans au lieu de trois.

S’entraîner seul alors que vous faisiez partie l’an dernier d’un groupe d’une grande densité, ça n’est pas trop compliqué ?
En fait, je ne m’entraîne presque jamais seul. Je retrouve sur la piste Alexandre Descot (spécialiste du 800 m) et David Binet (spécialiste du 3000 m steeple). Cette présence à l’échauffement et au début de la séance me permet d’évacuer la pression.

Votre préparation est également un peu diférente…
Monsieur Darras, c’est un peu l’ancienne méthode. L’entraînement est ciblé sur la piste. Je gère moi-même la préparation physique et la musculation. J’avais envie de ça. Monsieur Darras est quelqu’un de très simple. Il n’a pas sa langue dans sa poche mais assume ce qu’il dit. Il n’aime pas répéter. J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter et j’ai du respect pour lui. Il a été entraîneur au Bataillon de Joinville, il a été un bon coureur de 1500 m. Je profite de son expérience de l’athlétisme et de la vie.

Avec l’émergence de Pierre-Ambroise Bosse, les progrès de Kevin Hautcoeur et la montée en puissance de plusieurs autres athlètes, le 800 m français semble se relancer. Une bonne nouvelle pour vous ?
Ce qui pourrait m’arriver de mieux, ce serait qu’un de mes adversaires fasse un meilleur temps que moi. Je suis un compétiteur. En 2009, j’avais dit à tout le monde après avoir couru en 1’46 qu’il y aurait bientôt dix Français dans  ce temps-là. On n’en est pas loin aujourd’hui. Ça me ferait plaisir que tout le monde s’engouffre dans la brèche que j’ai ouverte. Un gros chrono d’un Français en en 1’43 voire, pourquoi pas, en 1’42, ça serait cool ! Et s’il s’agit de moi, ce serait encore mieux. J’ai aussi envie d’apporter quelque chose à ma génération.

Vous aviez été demi-finaliste en 2009 lors des Mondiaux de Berlin. Que vous manque-t-il aujourd’hui pour entrer dans une finale mondiale ?
Un chrono de référence qui me décomplexe, afin que j’y croie complètement face aux meilleurs du monde, que je sache que je peux y aller. Pour être en finale d’un grand championnat, il faut être dans un bon jour mais aussi avoir confiance en soi au départ.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.com

Retrouvez la biographie de Jeff en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Mathieu Rouquette - 29/06 (19h26)
Tu es un grand champion je pense que tu rentreras en finale des Jeux de Londres (pour la médaille ça va vraiment être très compliqué) par contre pour les Jeux de Rio : une médaille est tout à fait envisageable! :)
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
02/11 > (1)
26/09 >  
13/09 >  
06/09 > (2)
03/09 > (3)
22/08 >  
17/08 > (3)
21/06 >  
12/06 > (1)
07/06 >  
le reste de l'actualité
12/11 > (1)
12/11 >  
08/11 >  
05/11 >  
04/11 >  
02/11 >  
02/11 >  
30/10 >  
29/10 > (3)
29/10 >  
28/10 >  
26/10 > (1)
23/10 >  
22/10 >  
22/10 >  
21/10 >  
21/10 > (1)
19/10 >  
16/10 >  
16/10 >  
15/10 >  
15/10 > (3)
15/10 >  
15/10 >  
13/10 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS