MES ACCÈS

 

8 août 2005 - Linda Ferga-Khodadin : « J’attaquerai à fond »

Athlé.com : Votre nom revient régulièrement, parmi les chances de médailles françaises à Helsinki. Au fond de vous, vous pensez aussi à une place sur le podium ?
Linda Ferga-Khodadin : Je ne veux pas parler de médaille avant d’avoir couru. Cela n’aurait pas de sens. Pour l’instant, je n’ai pas envie de penser trop vite, de me projeter trop loin dans la compétition. J’ai une série à courir, c’est la seule chose importante.

Vous préférez avancer pas à pas dans la compétition ?
Oui. A Athènes, l’an passé, j’ai commis l’erreur de penser à la finale, de m’y préparer psychologiquement, avant même d’avoir couru la série. Cela ne m’a pas très bien réussi. Cette fois, je veux prendre les courses les unes après les autres. Avec sérénité, mais sans excès de confiance.

Avec l’idée de vous ménager pour la suite, ou au contraire d’attaquer fort dès le premier tour ?
Je vais partir avec l’idée de courir à fond, sans faire de calcul, quitte à battre mon record personnel dès la série.

Quel commentaire vous inspire votre saison, jusqu’à maintenant ?
J’en suis contente. Je n’ai connu aucun pépin physique, j’ai réussi de bons chronos. J’ai même accompli une première, dans ma carrière, en améliorant mon record personnel avant un grand championnat (12’’66 le 15 juillet à Angers, aux championnats de France, contre 12’’67 en 2001).

A quoi attribuez-vous ces résultats ?
A ma préparation hivernale, peut-être. J’ai effectué un travail de sprint plus important que les saisons passées. Du coup, j’ai pu débuter la saison en sachant que j’étais parfaitement préparé. J’ai attaqué fort, d’entrée. Et la suite s’est bien passée.

Vos progrès en vitesse ont été concrétisés par des chronos sur 100 m ?
Oui et non. L’an passé, j’avais réussi 11’’41 sur 100 m à la fin du mois d’août. Cette année, j’ai couru en 11’’45 dès le mois de mai. Potentiellement, ce deuxième chrono est sans doute meilleur que le premier. Mais le but de cette préparation n’était pas de battre mon record sur 100 m. Il s’agissait d’acquérir de la vitesse, pour l’utiliser sur 100 m haies. Maintenant, c’est acquis.

Comment imaginez-vous le 100 m haies des championnats du monde ?
L’épreuve s’annonce très ouverte, sans véritable favorite. Il peut y avoir des surprises, il ne faudra oublier personne. Comme toujours dans pareille compétition, la gagnante sera celle qui en aura voulu le plus.

Quels souvenirs avez-vous d’Helsinki et du stade olympique ?
Je n’en ai pas vraiment. A la vérité, je n’y ai jamais couru, je ne connais pas la piste. Je suis venu une fois, il y a longtemps, à l’époque où je faisais encore du saut en longueur. J’avais participé au concours, à l’occasion du meeting.

Un mot, enfin, sur l’ambiance en Equipe de France ?
Excellente. On s’éclate bien, l’atmosphère est très agréable, détendue. Mais, en même temps, chacun sait qu’il a un objectif précis à atteindre.

Propos recueillis à Helsinki par Alain Mercier, pour athle.com

 















Saison internationale 2005
Bilan mondial 2005
Bilan français 2005
Bilan français tous temps

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS