MES ACCÈS

 

9 août 2005 - Manuela Montebrun : « Je suis en confiance »

Athle.com : Vous avez rejoint Helsinki avec le dernier contingent de la délégation française, dimanche 7 août. Pourquoi cette arrivée aussi tardive ?
Manuela Montebrun : Pour rester le plus longtemps possible m’entraîner à l’Insep, où j’ai mes habitudes. Et ce n’était certainement pas plus mal, car on ne dort pas très bien au village des athlètes. Les lits ne sont pas très grands ni larges, j’y rentre tout juste. Et il n’y a pas de volets aux fenêtres. Du coup, la clarté est permanente, à cause des lampadaires le soir, puis du jour tôt le matin.

Vos derniers entraînements, à Paris, ont été rassurants ?
Oui. J’ai effectué ma dernière séance samedi, veille de mon départ pour Helsinki. Une séance technique, avec une dizaine de jets au marteau de 4 kilos, puis 7 ou 8 avec l’engin de 3 kilos. Tout s’est bien passé.

A Helsinki, quel est votre programme ?
Une séance d’entraînement lundi après-midi, un jour de repos aujourd’hui (mardi). Et il sera alors temps d’aller au stade pour le concours de qualification, mercredi après-midi.

Ces qualifications, vous les craignez ?
Non, mais il s’agit toujours d’un concours assez particulier. La limite de qualification a été fixée à 70 m. Avant la compétition, on se dit souvent que beaucoup de filles vont passer sans souci. Mais il faut toujours en repêcher pour arriver à douze finalistes.

Comment vous sentez-vous, à quelques poignées heures de votre entrée en lice ?
Je suis bien, très calme, assez détendue. J’essaye ne me pas trop me poser de questions. En fait, la seule question que je me pose en ce moment est de savoir dans quel concours de qualification je vais me retrouver.

Votre préparation terminale, ces derniers jours à l’Insep, a été identique à celle effectuée avant les Mondiaux 2003 ?
Non, on change tous les ans quelque chose, avec Guy Guérin, mon entraîneur. Cette année, j’ai lancé tous les deux jours, dans la phase terminale. En 2003, le rythme des séances techniques était légèrement différent.

Après une année olympique difficile, vous avez effectué un début de saison très convaincant. Vous espériez un tel retour au premier plan ?
L’an dernier, je n’étais pas très bien à l’entraînement. Un jour ça allait, le lendemain plus du tout. Du coup, j’avais perdu confiance. Et j’arrivais aux compétitions sans trop savoir à quoi m’attendre. J’étais très instable, plus du tout régulière. Cette année, l’entraînement se passe beaucoup mieux, je suis en confiance, ce qui me permet d’aborder les compétitions dans un tout autre état d’esprit. J’ai lancé à plus de 73 m (73,20 m) début juillet à Padoue, une performance que je n’avais plus accomplie depuis deux ans. Mais cela ne m’a pas surprise, car j’avais réalisé des jets du même niveau à l’entraînement.

Vous avez quand même battu votre record de France, en lançant à 74,66 le 11 juillet à Zagreb…
Oui, un concours presque parfait, avec trois essais au-dessus de 74 m. Il y a des jours, comme ça, où tout est réuni pour réussir quelque chose. A Zagreb, j’étais dans un de ces jours.

Vous figurez en bonne place parmi les « médaillables » de l’Equipe de France…
Je sais, mais je ne raisonne pas de cette façon. Il ne faut pas nommer à l’avance les gens qui peuvent faire une médaille. Tout le monde a une chance, tous les athlètes présents aux championnats du monde. Et puis, il faut se rappeler l’exemple de Naman Keita aux Jeux d’Athènes. Personne n’avait parlé de lui pour une place sur le podium. Et il l’a fait.

Mais vous visez quand même le podium ?
Je veux faire le mieux possible, être à mon niveau, sans trop m’occuper des autres. Je ne veux pas avoir de regrets, quitter le concours en étant restée à 5 mètres de mon record. La hiérarchie n’est pas très claire, cette saison. Deux filles sont devant (la Russe Lysenko et la Biélorusse Tsander), mais derrière nous sommes huit ou dix à nous tenir en un mètre. Et un mètre, ce n’est vraiment rien au lancer du marteau.

Propos recueillis à Helsinki par Alain Mercier, pour athle.com

 















Saison internationale 2005
Bilan mondial 2005
Bilan français 2005
Bilan français tous temps

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS