MES ACCÈS

 

12 Août 2005 - Naman Keita : « En étant soudés, on peut créer la surprise »

Athle.com : Naman, avec le recul de quelques jours, quel goût vous laisse la finale du 400 m haies ?
Naman Keita : C’est toujours une petite déception, car je ne monte pas sur le podium. Il manquera un petit quelque chose. Mais je n’ai aucun regret. J’ai réalisé une bonne course, avec mon deuxième temps de la saison, 48’’28, à un centième de mon meilleur chrono, pas si loin de mon record personnel (48’’17 l’an dernier). Et tout cela, dans des conditions très difficiles. Je suis à mon niveau. Au cinquième rang mondial. Avec le recul, je crois que la satisfaction l’emporte sur la déception.

Maintenant, place au relais 4x400 m. Avec quel état d’esprit ?
Avec la volonté de se présenter au départ vraiment soudés, comme une équipe. Le relais n’est pas une épreuve individuelle, il faut l’aborder en se serrant les coudes. Depuis deux jours, on se motive, on se prépare tous, en essayant de laisser toutes les autres considérations de côté. En étant soudés, on peut créer la surprise. Mais il faudra être concentrés dès notre entrée en compétition. Avant de penser à la finale, il y a un premier tour à passer.

Vos temps individuels, cette saison, ne sont pas à la hauteur de ceux des années précédentes, notamment pour Leslie Djhone et Marc Raquil…
C’est vrai, mais il ne faut pas s’en préoccuper. Le temps individuel ne veut plus dire grand-chose, une fois lancé.

Quelle importance aura les passages de témoin ?
C’est un élément de la course à ne surtout pas négliger. L’an passé, à Athènes, on manque l’accession à la finale, en série, par la faute d’un mauvais passage. Il faudra tout donner, mais en restant prudent. Personnellement, je préfère assurer la transmission, plutôt que de faire tomber le témoin. Mais Pierre (Bonvin, l’entraîneur du 4x400 m masculin) me demande de me lancer plus vite, de prendre un peu plus de risques.

Le temps pourrait, une nouvelle fois, perturber la compétition…
Le temps, il est le même pour tout le monde. Il en faut en faire abstraction, sinon on risque le découragement. Tous autant qu’on est, on ne s’est pas préparer toute l’année pour se laisser abattre par les éléments climatiques.

Les Américains semblent au-dessus du lot, intouchables sauf accident. Derrière, quelles équipes peuvent se disputer les autres places sur le podium ?
Les Etats-Unis, c’est vrai, sont largement au-dessus du lot. Derrière, la Jamaïque sera difficile à battre. Après, c’est plus ouvert. Les Anglais nous avaient surpris en Coupe d’Europe. Ils seront sans doute là. Mais pas mal de pays peuvent aujourd’hui monter un bon 4x400 m. L’Allemagne, certaines nations d’Afrique. Mais, je le répète, avant de penser à la finale et aux adversaires, il faut se concentrer sur la série. Il y a un tour à passer. Aujourd’hui, c’est le plus important.

Propos recueillis à Helsinki par Alain Mercier, pour athle.com

 















Saison internationale 2005
Bilan mondial 2005
Bilan français 2005
Bilan français tous temps

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS