MES ACCÈS

 

Le fait du jour - samedi 12 août

Doucouré rend les armes
Le courage n’aura donc pas suffi. Ladji Doucouré s’est fait rattraper par la blessure, cette douleur au mollet qui le taraude depuis vingt-quatre jours. En série, vendredi, il avait avoué retrouver la confiance, après sa deuxième place en 13’’65. Mais la demi-finale lui a été fatale. 

Mal parti, il a accroché les deux premiers obstacles, puis frappé à nouveau les deux derniers. Avant de renoncer, terminant en boitillant, à la cinquième place (13’’87). Ses championnats d’Europe sont terminés. Et ils s’achèvent dans une grimace.
L’athlète et son entraîneur n’avouent pourtant aucun regret. « Nous avons tenté un pari, analyse Renaud Longuèvre. Un pari courageux. Ca passait ou ça cassait. Malheureusement, ça  a cassé. Mais tout avait été fait pour que Ladji puisse défendre ses chances ». Au réveil, ce samedi matin, le champion du monde en titre se disait encore plutôt confiant. Mais l’échauffement a contredit cette impression. « Je suis même tombé, avoue Ladji Doucouré. Mon mollet n’avait pas récupéré. Il était engorgé de sang ». Renaud Longuèvre confirme : « Sur une course, il pouvait encore s’en sortir. Mais trois, c’était trop. Sur un 110 m haies, la jambe droite doit supporter vingt-cinq appuis d’une extrême intensité. Ladji a été capable d’en encaisser une quarantaine. C’est beaucoup, mais encore insuffisant ».

Pendant la course, les espoirs du Français se sont envolés dès le départ. « J’ai ressenti la douleur à la réception de la première haie, explique-t-il. C’est pourquoi j’ai touché. Après, je me suis battu, mais ça n’a pas tenu ». La suite ? A peine l’arrivée franchie, Ladji Doucouré a donné rendez-vous pour la suite de sa saison. « Je vais me soigner, mais j’espère recourir avant la fin de la saison, et réussir un gros chrono ». Quant aux conséquences de la blessure, son entraîneur se veut rassurant. « Une lésion, c’est comme une égratignure à l’intérieur du muscle, dit-il. Il faut du temps pour cicatriser, mais Ladji peut très bien ne plus jamais avoir le poindre problème au mollet ».

Cyril Pocréaux pour athle.com













INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS