MES ACCÈS


numéro 492 - Août 2006

Franck Chevallier : « Une équipe jeune et conquérante »

Athlé Mag : Dans quelles conditions se présente l'équipe de France à Göteborg ?
Franck Chevallier : Nous sommes dans une position relativement forte. C'est une très belle équipe de France qui va concourir en Suède. Cependant, nous avons connu un certain nombre de contre-temps ces dernières semaines. Les blessures de Vanessa Boslak et Christine Arron nous affaiblissent un peu. Il reste un faible espoir de les voir participer et on croise les doigts. Pour Mehdi Baala et Ladji Doucouré, il reste une petite incertitude. Mais ils souffent de soucis beaucoup moins graves que les deux premières citées. On compte sur eux. Et nous pouvons nous appuyer sur d'autres leaders. Marc Raquil et Leslie Djhone sont en tête des bilans européens, Adrianna Lamalle (100 m haies) en occupe la troisième place. Sans oublier Eunice Barber, nos deux sprinteurs David Alerte et  Ronald Pognon, les filles du demi-fond, Naman Keita, Bob Tahri et Romain Mesnil. Ca fait quand même du monde !

Pourquoi avoir autant élargi la sélection ?
Avec les Championnats d'Europe, un nouveau cycle débute tous les quatre ans. L'occasion de lancer des jeunes chez les « grands ». C'est le moment le plus favorable pour s'étalonner au niveau international. Pourquoi ? Car le contexte est un peu moins relevé que lors des Mondiaux ou des Jeux Olympiques. Il y a de nombreux jeunes qui poussent : Dora Jemaa sur 400 m haies, qui participait encore aux Championnats du monde juniors il y a deux ans, Vincent Favretto au saut à la perche, Antoinette Nana Djimou Ida à l'heptathlon et Thélia Sigère sur 4 x 400 m, qui était déjà parmi nous lors de la Coupe d'Europe à Malaga. Tous les ans, il y a cinq, six jeunes qui confirment au plus haut niveau. C'est encourageant pour la suite. Je rajouterai également Séphora Bissoly. Si elle n'est pas aussi jeune que les derniers cités, elle incarne tout de même la relève française au lancer du javelot. Et si l'on ne prend pas en compte les marathoniens, une discipline à maturation tardive, la moyenne d'âge de l'équipe de France tourne autour des 26 ans. Nous formons sans aucun doute une des délégations les plus jeunes de ces Championnats d'Europe.

Le record de 14 médailles, établis à Budapest en 1966, peut-il tomber cette année ?
Avant les Championnats de France Elite, je vous aurais répondu qu'il s'agissait clairement de notre objectif. Aujourd'hui, nous visons plutôt dix, onze médailles, un total que nous devrions logiquement atteindre. Cependant, si la chance nous sourit, nous pouvons, qui sait, aller chercher ce record.


Accueil n° 492
Les autres revues

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS