MES ACCÈS
Compétitions en direct (4)

Samedi 7 Mars : "Ils ont dit"

Ayodele Ikuesan, 4e de sa série en 7’’38, qualifiée : « Vu ma course, le chrono est plutôt bon. Le starter était très long. J’ai commis le premier faux départ puis je suis restée dans les starting-blocks. Sur la fin de course, ça va mieux. Maintenant, il faut que ça passe pour la demi-finale. Il ne me reste plus qu’à attendre. »

Lina Jacques-Sébastien, 4e de sa série en 7’’43, éliminée : « 7’’43, ce n’est pas bon. On n’a pas eu beaucoup de temps pour se régler au niveau du départ. Au niveau des sensations, ça allait. Je suis en forme et la piste était bonne. Mais ça m’embête de ne pas passer. J’avais tellement envie de participer aux demi-finales. »

Christophe Lemaitre, 2e de sa série en 6’’71, qualifié : « J’ai assuré l’essentiel en me qualifiant pour les demi-finales. Je suis déçu par mon chrono et par mon temps de réaction. Pour entrer en finale, il faudra que je sois au moins au niveau de mon temps de Bercy au Meeting SEAT (ndlr : 6’’64). Pour ma première compétition chez les seniors, je suis très excité.
La pression va s’accentuer au fil des tours. Tant mieux. Car c’est ce qui me permet d’aller de plus en plus vite. On m’avait dit que Chambers était musclé. Mais quand je l’ai vu à côté de moi, je me suis dit, quand même, il est balèze ! »

Salim Sdiri, 10e des qualifications du saut en longueur avec 7,91 m, éliminé : « J’ai eu du mal à me réveiller ce matin. Au premier essai, j’ai assuré. Je n’étais pas vraiment à fond. Après, j’ai manqué de jus. J’avais un peu peur pour mon ischio donc j’ai allégé mon échauffement. Finalement, je n’ai rien senti.
Le fait que le deuxième concours ait lieu à 11 h, c’est un peu dégueulasse. Mais, maintenant, il faut prier pour que ça passe. Demain sera un autre jour. »

Elodie Olivarès, 9e en 9’11’’26 de sa série du 3000 m, éliminée : « Je me suis faite pousser pendant toute la course. J’ai couru comme une junior, je ne me suis pas assez imposée. Je savais pourtant qu’il y aurait des bousculades. J’ai donc couru en à-coups et je l’ai payé à la fin. Je n’avais plus de cuisses dans le dernier kilomètre.
Pour passer le cap des séries, il me manque encore de la vitesse. Aujourd’hui, la plupart des filles en lice étaient des coureuses de 1500 m. »

Kafétien Gomis, 5e des qualifications du saut en longueur avec 7,99 m, qualifié en finale : « J’ai effectué deux sauts de réglage pour trouver mes marques. Au troisième, je trouve un bon temps de saut. J’espère que, demain, j’aurai toujours ce temps de saut dans la tête. J’essayerai d’honorer Salim (Sdiri).La finale est ouverte. Mon objectif est de décrocher une médaille.

Yves Niaré, 7e des qualifications du lancer du poids avec 19,76 m, qualifié en finale : « Ça fait du bien au moral d’entrer en finale. J’ai eu de bonnes sensations dès le warm-up. Il y a huit ou neuf jours, j’ai été manipulé par un ostéopathe car j’étais un peu bloqué. Maintenant, ça va mieux. J’en ai même gardé un peu pour la finale.
Je vais disputer ma première finale en l’espace de huit ans. J’avais comme un syndrome à chaque fois. Là, ça va débloquer les choses. Je suis le nounours d’Issy-les-Moulineaux ! Ma qualification va faire plaisir aux jeunes du club et à ma ville. Et, pour la discipline, c’est très bien. »

Renaud Lavillenie, 1er des qualifications du saut à la perche, qualifié en finale : « Romain et moi, on a bien maîtrisé notre concours. Je n’ai connu aucun échec. On est contents tous les deux. Ne pas passer en finale aurait été une grosse déception. 5,70 m au premier essai, c’est encourageant. Mais, demain, les compteurs seront remis à zéro.
La difficulté a été comme d’habitude la gestion de la durée. On a commencé notre échauffement à 8h et le concours s’est fini peu avant 13 h. Mais je ne me suis pas trop employé. Je n’ai pas trop puisé dans mes ressources. Je n’ai pas trop l’habitude d’enchaîner deux concours en deux jours mais je pense avoir la caisse pour cela. »

Romain Mesnil, 2e des qualifications du saut à la perche, qualifié en finale : « J’ai pris volontairement une petite perche et un élan réduit. Mais, plus la barre montait, plus cette stratégie devenait dangereuse. Son but ? Ça me donne de la sécurité. Aujourd’hui, j’ai sauté quatre fois. Je n’ai pas perdu beaucoup de jus et je n’ai jamais vraiment stressé. »

Bouabdellah Tahri, médaillé d’argent sur 3000 m en 7’42’’14 : « Mo Farah n’avait pas trop le choix. Une course tactique, ce n’était pas vraiment bon pour lui. Il a bénéficié d’une aide non négligeable avec ses compatriotes qui l’ont tiré pendant un kilomètre. J’ai pris mes responsabilités, je réalise un chrono correct. Je suis satisfait de mon comportement.
Je n’ai pas eu peur de suivre. Hier, j’ai tout de même couru en 7’52 et vingt-quatre heures de récupération, ce n’est pas beaucoup. On m’attendait sur le podium, j’y suis. Par rapport à il y a deux ans, je reviens de loin. Ce podium prouve aux gens qui m’ont craché dessus que je suis toujours là. Aujourd’hui, Farah était le plus fort. Le départ rapide a tout de suite créé deux groupes avec les gars qui jouaient le podium et ceux qui avaient puisé dans leurs réserves en série. Quand il a accéléré à 350 m de l’arrivée, j’ai eu très mal aux jambes. Aujourd’hui, je renvoie l’ascenseur à mon coach et à mes proches. Une médaille, c’est toujours bon à prendre même si ce ne sont que les Championnats d’Europe en salle. C’est de loin la médaille que je préfère. J’ai toujours été battu par des athlètes qui ont été opportunistes. Là, j’ai été battu par quelqu’un de plus fort que moi. »

Yoann Kowal, 3e en 3’41’’59 de sa série du 1500 m : « Je suis facile, ça m’énerve. J’étais trop bien. J’ai voulu contrôler. J’ai commencé à prendre l’extérieur dans le dernier virage mais le gars devant moi a vachement freiné. Si jamais ça ne passe pas, ça serait hyper décevant. Je suis en super forme.
A l’entraînement, j’ai réalisé de meilleures séances que lorsque j’ai battu mon record personnel. »

Guillaume Eraud, 5e en 3’43’’67 de sa série du 1500 m : « Aujourd’hui, j’étais un peu « light ». Ça faisait longtemps que je n’étais pas allé sur ces allures-là en compétition après avoir été très malade. J’ai senti que je manquais de rythme et de courses comme celle-là. Je n’ai pas fini très fort. Il ne me manque pas grand-chose.
C’est dommage car je sais que j’aurais été beaucoup mieux en finale.»

Jules Lechanga, 8e du triple saut avec 16,64 m : « J’ai eu des problèmes de course d’élan aujourd’hui que j’ai finalement réussi à régler. Par contre, je n’ai jamais réussi à trouver les temps sur mes sauts. Dans ces conditions, je n’avais pas les armes pour lutter. J’essayerai de revenir plus fort cet été.

Christophe Lemaitre, 7e en 6’’72 de sa demi-finale du 60 m : « Je me sentais mieux qu’en série. Je réalise un meilleur temps de réaction, mais, ensuite, je n’arrive pas à enchaîner. Je suis loin de mon niveau de Bercy. Pour un événement comme les Championnats d’Europe en salle, on doit être au niveau de ces meilleurs temps.
Je pensais repousser mes limites mais, au contraire, je n’ai pas réussi à me donner Je suis déçu de moi. Etre venu ici m’a tout de même permis de découvrir ce qu’était le haut niveau senior. »

Gaël Quérin, 13e avec 3158 pts après la 1ère journée de l'heptahlon : « Tout s’est bien passé aujourd’hui. J’ai battu mon record à la hauteur. Sinon, j’en suis tout proche dans les autres épreuves. Demain, on va essayer d’aller chercher le record de France espoirs et une bonne place. J’aimerais être finaliste. La deuxième journée me réussit d’habitude plutôt bien avec mes deux points forts, le 60 m haies et le 1000 m. »

Franck Logel, 9e avec 3260 pts après la 1ère journée de l'heptahlon : « Le bilan est bon après cette première journée. Je ne regrette pas ce qui se passe. J’ai montré mon état de forme. Mais j’ai de petits regrets. Sur 60 m, ça se déroule à merveille. Au poids, je me découvre cette année. Ma performance n’est pas médiocre.
La longueur, c’est une épreuve que j’appréhende énormément car je ne suis pas un homme de la planche. Enfin, à la hauteur, je m’en sors bien mais je suis frustré par ma facilité à 2,03 m. Je ne comprends pas pourquoi il m’a fallu trois essais pour franchir cette barre. J’ai raté 2,06 m mais, même si j’étais passé, j’aurai arrêté mon concours. Je suis ruiné. Je n’ai plus aucune force. Demain, ça ira mieux. L’objectif, ce sont les 6000 points. Quoi qu’il arrive, je vais me torcher pour y arriver. »
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS