MES ACCÈS

Samedi 20 Juin : "Ils ont dit"

Fadil Bellaabouss, 2e du 400 m haies en 49’’91 : « C’est mon meilleur temps de la saison. J’aurais dû être dans la meilleure course mais j’ai été engagé en 50’’22 au lieu de 50’’02. Ça m’a déçu. Psychologiquement, ça a été difficile, ça m’a chamboulé. Le but était de marquer le plus de points possibles même si j’étais là, il ne faut pas le cacher, pour faire les minima pour Berlin. Je suis parti vite car je savais que j’allais courir tout seul. J’étais largement au-dessus des haies, j’ai fait des erreurs. Mais j’ai fait mon taf. J’espère que l’équipe de France va désormais en faire de même. »

Jérôme Bortoluzzi, 9e du lancer du marteau avec 69,51m : « Deux essais, c’est court pour une première sélection. Mais c’était une bonne expérience. Je n’ai aucun regret. Pour la qualification dans les six, ça s’est joué dans un mouchoir de poche. Mais la règle était la même pour tout le monde. Finalement, il n’y a pas eu de surprises. Les lanceurs avec le plus d’expérience sont les six premiers. Je me suis en tout cas bien amusé. J’ai hâte de recommencer et de retrouver l’équipe de France. Je vais tout faire pour. »

Térésa Nzola Meso Ba, 1e du triple saut avec 14,40 m : « On n’a pas envie de perdre, on est là pour gagner. Il fait chaud, beau, on est motivés. On sait qu’on a le potentiel pour aller loin. Ces deux dernières années, j’ai un peu trébuché. Mais je suis revenue, j’ai énormément travaillé avec mon entraîneur. Je sais que je peux encore faire mieux. Sur mon saut à 14,40 m, j’ai l’impression d’être à 13 m. Je ne me rends pas compte de ma performance. C’est bon signe. J’en avais marre de me rater à chaque sélection. Les Jeux Méditerranéens seront ma prochaine compétition.
L’objectif est désormais de mettre les points sur les i avant les Mondiaux et de montrer aux autres filles que je ne suis pas morte ! »

Elodie Guégan, 3e du 800 m en 1’59’’79 : « J’étais un peu fatiguée avec ma course à Ostrava (ndlr : où elle avait pris mercredi la 2e place du 800 m en 2’00’’44). Je suis satisfaite de ma tactique et de mon mental. Contrairement à d’habitude, j’au réussi à me placer. Sincèrement, je suis étonnée que ça soit allé aussi vite. Je m’attendais à une grosse bagarre comme d’habitude en Coupe d’Europe. Krevsun a fait une belle course. Je monte en puissance, le chrono descend. Maintenant, je vais prendre un peu de repos car j’ai toujours le tendon qui tire un peu et je courrai à Moscou le 1er juillet. »

Elodie Olivares, 5e du 3000 men 9’14’’94 : « Ça a été dur. On m’a marché dessus, une de mes pointes est déchirée. Ça poussait dans tous les sens lors des cent cinquante derniers mètres avant la première élimination. Ensuite, les écarts étaient faits pour les éliminations suivantes. Pour les spectateurs, les nouvelles règles devaient être intéressantes. C’est le spectacle, c’était pareil pour toutes les athlètes. J’ai pris du plaisir, c’était bien. J’aurais aimé amélioré mon record mais ce n’est pas grave. Je réalise mon deuxième meilleur temps de la saison. »

Sophie Duarte, 2e du 3000 m steeple en 9’33’’63 : « Les nouvelles règles m’ont un peu perturbée. Des filles moins fortes sont parties sur un train d’enfer pour ne pas se faire éliminer. Moi, j’étais en forme donc je me suis dit que c’était une bonne occasion pour faire un temps. Je suis très contente, je réalise les minima pour les Championnats du monde à Berlin. Je prends beaucoup plus de plaisir qu’avant. Ma performance prouve qu’on peut bien se préparer dans le sud. Je suis très contente de mes passages de barrière, où j’ai retrouvé mes sensations d’il y a deux ans alors que je n’ai pas encore fait de travail spécifique.
Ici, je suis à moitié chez moi. Mes parents sont là et mon père est originaire de Leiria. Ça faisait six mois que je pensais à ces Championnats d’Europe par équipes. »

Yoann Kowal, 3e du 1500 m en 3’42’’73 : « Je bats des gars en 3’33, 3’34. Ça montre que je suis là. J’ai attendu, attendu. Même quand ça a démarré devant, je n’ai pas réagi tout de suite. Il me manque encore un petit quelque chose sur les cent derniers mètres. Je suis content, je sens que la forme monte. C’est exactement le même podium que lors des Championnats d’Europe en salle ! Je suis satisfait même si je ramène un petit peu moins de points que Mehdi (Baala) qui gagnait chaque année ! »

Mélina Robert-Michon, 2e du lancer du disque avec 61,41 m : « Je suis un peu déçue. Je ne suis qu’à dix centimètres de la première. J’avais déjà fait deuxième en Coupe d’Europe. Là, je voulais la victoire. Mais je fais encore une belle performance. C’est dans la continuité de ce que je fais depuis le début de la saison. Je ne me prends pas la tête par rapport aux minima pour Berlin (62 m). J’ai de la régularité, la perf de pointe devrait finir par arriver. Le but, ce sont les Mondiaux. J’ai encore le temps. Et je suis déjà beaucoup mieux que l’an dernier. »

Les relayeurs du 4 x 100 m, 3e en 38’’80
Ronald Pognon : « Ce relais a vraiment été positif. On sait qu’on a du potentiel. Maintenant, on doit encore travailler. J’aime bien courir en position de premier relayeur. C’était déjà le cas en 2003 lors des Mondiaux à Paris. Mon seul but aujourd’hui était de bien lancer l’équipe. »
Eddy De Lépine : « Les marques étaient bien réglées. Tout le monde s’est bagarré. Chacun essaye d’apporter sa pierre à l’édifice. C’est bien, l’équipe de France est lancée. »
Martial Mbandjock : « Sur 100 m, ça ne s’est pas passé comme je le voulais. Il y avait un peu de fatigue nerveuse après Ostrava. Les sensations n’étaient pas les mêmes qu’à Berlin. Mais ce n’est pas grave, il n’y a pas mort d’homme. J’ai encore du temps pour travailler. »
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS