MES ACCÈS

Dimanche 21 Juin : "Ils ont dit"

Stéphanie Falzon, 5e du lancer du marteau avec 69,71 m : « Je ne suis pas contente. Je me sentais bien mais ce que je fais, c’est naze. A Ostrava, j’avais plus de rythme. Quelque chose s’était passé. Là, tout était un peu trop brouillon dans la technique. Je n’ai pas d’explications. Je vais maintenant participer au meeting de Nancy et aux Jeux Méditerranéens. »

Ladji Doucouré, 4e du 110 m haies en 13’’65 : « Je me désunis, je fais des fautes. J’arrive à rentrer mais après je descends un peu à la cave. Je tape la main du Polonais à la quatre. Ensuite, c’est impossible de réaccélérer. J’essaye de tenir pour ne pas tomber. C’était mieux qu’à Berlin, surtout au niveau de la première partie de course. Il me manque du pied. Je ne suis pas solide donc les genoux flanchent. A l’entraînement, j’ai vraiment bien bossé cette semaine. Je ne suis pas en crise d’alerte comme ça a été écrit. Ma prochaine course sera normalement à Nancy. Ça ira mieux. »

Laurence Manfredi, 3e du lancer du poids avec 18,16 m : « C’est très bien. Je suis très satisfaite de ce concours. Au dernier essai, comme je n’ai pas tendance à me laisser faire, je voulais aller chercher l’Italienne. Je suis tout de même un peu frustrée car j’aurais aimé faire les minima pour les Mondiaux. Je n’échoue que pour quatre centimètres. Mais je reste confiante, je suis d’un naturel plutôt optimiste. Ça devrait passer. Aujourd’hui, j’ai honoré ma 45e sélection en équipe de France et c’était ma quatorzième ou quinzième participation d’affilée à la Coupe d’Europe par équipes. C’est un record tous pays confondus. »

Muriel Hurtis-Houairi, 4e du 200 m en 23’’53 : « Je suis déçue. J’espérais faire mieux. Etre en deuxième série, ce n’est pas une excuse. Je n’arrive pas à descendre mes chronos et les semaines passent. A l’entraînement, il y a du mieux techniquement mais ça ne se concrétise pas sur la piste. Ce sera une saison difficile, c’est sûr. »

Jeff Lastennet, 3e du 800 m en 1’48’’29 : « Ça va, j’ai marqué des points pour l’équipe. C’était ma première sélection en senior, je ne me laissais aucun délai pour me faire ma place dans l’équipe. Je suis content, j’ai bien baladé les gars. J’ai pris les choses en main car je n’ai plus envie de courir en 1’56’’ en passant en 1’. Ça ne me convient pas. J’étais venu pour apprendre. Je me suis montré. »

Martial Mbandjock, 3e du 200 m en 20’’67 : « Je n’étais pas préparé dans ma tête pour faire le 200 m. J’ai appris tard hier soir que je devais faire cette course. J’ai eu du mal à me remettre dans la compétition, surtout que j’ai beaucoup couru ces dix derniers jours. On va dire que c’était une grosse séance. C’était pas mal. Je suis un coureur de 200 m à la base, cette course me rassure un peu. Ça prouve que j’ai ma carte à jouer sur cette distance. J’étais fatigué, très lourd pendant la course. Mais c’était plus juste techniquement qu’hier. Je ne me suis pas pris la tête. »

Vincent Zouaoui-Dandrieux, 2e du 3000 m steeple en 8’32’’05 : « J’aurais voulu gagner mais il me manque une course. Je me suis battu, je suis content de mon attitude. Tactiquement, j’ai bien joué le coup. Avec ces courses de malades dues aux nouvelles règles, ça bousculait avant les barrières et il y a eu une accumulation d’accélérations. Le Suédois n’était pas intouchable. »

Renaud Lavillenie, 1er du saut à la perche avec 6,01 m : « C’est énorme. Quand j’ai commencé la compétition et que j’ai vu la longueur du concours, je me suis dit que ça allait être chaud vu la chaleur. Le concours a duré plus de trois heures, on se serait cru aux Interclubs ! L’élimination de l’Allemand m’a libéré d’une pression supplémentaire car l’objectif était avant tout de gagner. Au 2e essai à 6,01 m, je ne me pose pas de questions. Je me lâche à fond. Et je passe ! C’est incroyable, énorme !
J’ai explosé de joie. J’ai accompli quelque chose de grandiose. J’ai senti que le saut partait bien, qu’il ne fallait pas que je me relâche. Ce qui est marrant, c’est que mon saut est techniquement moche. Dans un concours où je serai plus préparé et plus frais, il y a des centimètres à grappiller. C’est magique ! J’en suis encore bouche bée. Ça y est, j’ai battu le record de Jean (Galfione). Je passe devant mon idole. J’en rêvais, c’est monstrueux. »
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS