MES ACCÈS
Compétitions en direct (4)

Vendredi 24 Juillet : "Ils ont dit"

Thomas Delmestre (Athlé 72 Le Mans), 3e de sa série du 110m haies en 13’’74 (+1,1), qualifié :
« Bon, 13’’74 dès le matin, c’est bien. J’ai appliqué ce qu’on avait vu avec Benjamin [Benjamin Crouzet, entraîneur national]. J’ai fait ma course en me concentrant sur les intervalles, en m’appliquant à être propre, placé. J’ai fait une course technique en laissant les autres se dépouiller. La demi sera différente, j’espère ! »

Pascal Martinot Lagarde (Stade de Vanves) 2e de sa série du 110m haies en 13’’84 (-1,3), qualifié : « C’est mon plus gros championnat et c’est un peu difficile, la nourriture pas terrible, le sommeil, tout ça, c’est envahissant. L’attente aussi. Ça paraît très long. Mais maintenant que je suis dedans, ça va aller ! Je n’ai pas trop senti ma course. Je crois que je fais un excellent départ, mais après j’ai eu du mal à accélérer. C’est le matin, il fait déjà très chaud, je ne sais pas trop. Mais malgré cette course bizarre, je bats mon record en 13’’84. Peut-être que je peux frapper fort après tout. La machine est lancée. Je suis bien ! »

Claire Andreani (Entente de Haute Alsace), 7e de sa série du 1500m en 4’25’’50, éliminée :
« Cette série est partie beaucoup plus vite que la précédente. Je n’ai pas pu suivre le train des leaders, mais je me sus accrochée au maximum. J’ai vraiment donné tout ce que je pouvais, mais la chaleur, c’est un adversaire de plus. Je ne me qualifie pas de justesse… »

Simon Gragnic (Athlé Pays de L’orient), 4e de sa série du 800m en 1’53’’42, qualifié : « Je me suis bien dégagé dans les couloirs. Ça poussait beaucoup, tout le monde voulait sa place. Le favori espagnol Lopez a fait sa course. J’ai essayé de rester dans le sillage, mais bon. Je fais quatrième, ça passe, je suis content. Si je passe demain, la finale aura lieu l’après-midi. Je serai plus tonique. Cette chaleur, c’est dur pour un breton ! »

Paul Renaudie (Stade Bordelais), 1e de sa série du 800m en 1’51’’30, qualifié : « Philippe [Philippe Dupont, entraîneur national] m’avait dit que pour avoir des prétentions en finale, il fallait gagner sa série. C’est pour ça que j’ai décidé d’attaquer alors que je n’avais pas trop de jambes aujourd’hui. Dans la ligne droite, je me suis beaucoup retourné parce que j’étais un peu juste, mais ça s’est bien passé. Sinon tout se passe bien, même si l’alimentation ici c’est… peu commun. On a quand même essayé de garder nos habitudes sur le petit déjeuner. On a acheté des trucs qu’on mange à l’hôtel. »

Carl Soudril (Stade Laval), 1e de sa série du 800m en 1’50’’87, qualifié : « J’ai des crampes. Cela me fait toujours ça quand je cours en 1’’50. Mais ça va passer. Il faut être un peu guerrier ! Je ne pensais pas qu’on était allé aussi vite. J’ai couru comme pour une finale sur les conseils de Philippe [Philippe Dupond, entraîneur national]. Toutes mes courses ici ce sera comme ça. Je suis parti vite, pour me dégager du couloir 7 et j’ai attaqué aux 400 mètres. Les autres ne s’y attendent pas et en série c’est une bonne façon de surprendre des gars forts. J’en profite pour dédicacer cette course à Julie, dont c’est l’anniversaire demain, à mon père Marc et à mon entraîneur Didier Lelièvre. Un grand merci aussi à Benjamin Herriau qui s’entraîne avec moi tous les jours et qui vient de faire quatrième aux championnats du monde cadets. »

Adrien Martin (US Cenon Rive Droite), 11e des qualifications à la perche en 4m95, qualifié : « Je suis arrivé ici sans trop d’entraînement à cause du bac, donc pas beaucoup de caisse et avec en plus une contracture aux ischios. Avec la chaleur et l’environnement, je n’avais pas beaucoup de jambes ce matin. J’ai aussi pris le risque d’essayer une nouvelle course, avec moins de fréquence, qui me permet d’épargner un peu mes ischios. Je suis donc très satisfait d’être en finale. Juste déçu qu’Alexandre Marchand, qui avait mal au dos et Alexandre Feger, qui est passé nettement au-dessus des 4m95, mais en retombant sur la barre, ne soit pas avec moi. Maintenant, je vais faire du jus et on verra bien en finale. À la perche, tout est possible. »

Yariatou Touré (Franconville Athlétisme Val d’Oise), 2e de sa série du 100m haie en 13’’45 (+1,3), qualifiée : « J’ai touché la première haie, ça m’a déséquilibrée, mais j’ai réussi à me remettre. J’ai couru avec la peur d’être éliminée, parce que je l’ai un peu accrochée avec le talon. Sinon je me sens en forme. Le principal problème c’est la chaleur. C’est très fatigant. Je dors beaucoup, je bois beaucoup d’eau et je me protège constamment avec une serviette, même quand je ne cours pas. »

Gaetan Saku Bafuanga (Franconville Athlétisme Val d’Oise) non-classé en finale du triple-saut sur blessure :
« Hier au troisième saut, j’ai senti une petite pointe à la cuisse. A-priori, il n’y avait rien de particulier. Je suis resté dans ma chambre pour bien récupérer. Mais dès ma première course d’élan, j’ai senti que je ne pouvais pas sauter. Je ne sais pas ce que c’est. Quand je pense que je pouvais les battre ! »

Pascal Martinot Lagarde (Stade de Vanves), 3e de sa demi-finale du 110m haies en 13’’40 (+1,7), qualifié : « Honnêtement, j’ai envie de dire que la porte de la finale s’était ouverte. Mais là, je suis dans la place. Avec cette chaleur, je n’aurais jamais cru possible de courir aussi vite ! Il a fallu se battre, ça n’a pas été facile, mais maintenant, c’est fait. C’est la finale et on remet tout à zéro. Et avec 13’’40 je n’ai plus peur du Russe. 13’’37 ? C’est juste une blague ! »

Thomas Delmestre (Athlé 72 Le Mans), 2e de sa série du 110m haies en 13’’39 (+1,7), qualifié : « Quoi dire ? Je suis super content, c’est tout ! Je pense qu’on est tous sur la première hait en même temps. Après, j’essaye de faire une course concentrée, d’être agressif à chaque impulsion, comme nous le dit Benjamin [Benjamin Crouzet, entraîneur national]. Il a fallu envoyer du bois. Il y avait le Russe [Sergey Shubenkov, 1e en 13’’35], le Polonais [Michal Szade, 4e en 13’’44, qualifié au temps], il fallait montrer qu’on était là. J’ai le sentiment d’avoir pris ma revanche sur les France. Demain, c’est la finale, tout peut basculer sur une haie. »

Christophe Lemaître (AS Aix-Les-Bains) Champion d’Europe du 100m en 10’’04 (+0,2), nouveau recordman d’Europe : « J’étais concentré pour le podium. Ici, c’est la place qui m’importait. Bien sûr, j’étais motivé pour faire un bon temps. Dans un championnat, on se donne toujours à fond de toute façon et les satisfactions viennent derrière. Je me disais que le record de France allait peut-être suivre, mais le record d’Europe, là, je ne m’y attendais pas du tout ! Je reste un peu sans voix… Maintenant je vais me reposer et donner tout mon possible pour que après-demain, mes camarades du relais reviennent aussi avec une médaille. Maintenant je vois déjà Berlin [où auront lieu les championnats du monde seniors du 15 au 23 août]. Je vois que je peux faire quelque chose d’énorme là-bas. Je peux courir encore plus vite. »

Valentin Pepiot (Doubs Sud Athlétisme), 4e de sa série du 3000m steeple en 9’07’’69, qualifié : « Je ne suis pas très satisfait de ma course. J’ai l’impression de ne pas avoir assuré mon statut. J’ai fait tout le travail devant et je n’aurais pas dû. Mais il y avait un Belge intercalé entre nous et l’Espagnol [Antonio Abadia, 1e en 8’56’’52], mais le temps de faire la jonction et il avait disparu. Franchement, j’ai souffert de la chaleur. Les jambes molles, pas de réponse musculaire, dans la rivière, je m’enfonçais, c’était dur. Mais bon, je ne vais pas faire la fine bouche non plus. Je suis en finale et c’est bien. »

Tanguy Pepiot (Doubs Sud Athlétisme), 3e de sa série du 3000m steeple en 9’07’’38, qualifié : « Franchement je suis un boulet ! je voulais faire la photo avec mon frère sur l’arrivée, je voyais qu’on avait dix mètres d’avance sur l’Anglais, mais je n’avais pas vu l’Italien qui a failli nous coiffer sur le poteau. Je ne le ferai plus. J’apprends. De toute façon, moi, j’apprends à chaque course. Avec mon frère, on a fait une bonne course d’équipe, on s’est relayé, on a laissé partir les deux devant, mais on finit plus frais qu’eux. Franchement je me sentais bien et même mieux que d’habitude malgré la chaleur. D’ailleurs, sur l’avant dernière haie, normalement je l’aborde un peu en kamikaze parce que c’est la plus dure, et là j’ai réalisé que je la passais très bien. Je suis très heureux d’être en finale. Je ne visais pas plus haut, il faut être réaliste. Maintenant je ne sais pas ce que cela va donner. Deux steeples en trois jours, c’est de l’inconnu pour moi. »

Sarah Goujon (Asc François Athlétique Club), 2e de sa série du 200m en 23’’94 (+0,3), qualifiéee : « Je n’ai pas assez poussé et je me suis redressé trop vite. J’espère qu’en demi tout sera parfait. C’est ma première grosse compétition et j’essaye de faire comme d’habitude. On se met dans les starts et on courre. Mais je sais aussi que c’est beaucoup plus important que d’habitude et cela me met pas mal de pression. On a pas de référence avec les adversaires, on peut s’attendre à tout. Il ne fait pas trop se fonder sur les apparences ou sur les chiffres. Juste se concentrer sur soi. »

Valentine Zmuda (Entente Mt St Aignan Maromme), 6e de la longueur avec 6m20 (+0.6) : « Franchement ? Je suis raviz. C’est mon premier grand championnat, c’est ma première grande finale, je suis à un centimètre de mon record et je finis sixième, je ne cherche pas plus loin. Je ne m’attendais pas à un tel résultat. Je manque un peu de confiance ! C’est bien, je suis junior prmeière année, je sais que l’année prochaine il ya les championnats du monde, c’est une bonne motivation. Il m’a manqué peut-être un peu de forme, même si les conditions ne m’ont pas dérangé, et peut-être aussi un peu de hargne à la bagarre. Cela viendra avec le temps. »

Benjamin Fenrich (AC Vallée du Salaison), 16e du décathlon avec 7009 pt (PB) : « La difficulté d’un championnat comme ça, c’est la gestion du temps. Les intervalles entre les épreuves sont longs, il faut savoir se protéger de la chaleur qui épuise à la longue, mais aussi se remettre dedans à chaque fois au bon moment, et c’est difficile. Je rate mon cours à longueur peut-être à cause de ça. Deux sauts ratés et après on se met à trop réfléchir. En plus, l’abandon de Jeremy [Lelièvre, gêné par une blessure aux ischios] ne m’a pas aidé. Au Décathlon, on aime bien se sentir entouré. Avec un bon concours au lancer et mon record personnel au 400m, je me suis redonné confiance à la fin de la première journée. Ma deuxième journée a été meilleure. Mon objectif de la saison, en plus de venir ici, c’était de refaire 7000 points. J’ai couru après ça toute la journée. Sur la dernière épreuve du 1500m, je savais qu’il fallait que je fasse moins de 4’10 et que ce serait difficile. Je suis parti un peu vite, j’ai ralenti en comptant relancer au final, je n’y croyait plus trop, mais je finis en 4’09’’09 ! Je remonte de la 23e à la 16e place, c’est une belle consécration pour ma saison. »

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS