MES ACCÈS
Compétitions en direct (4)
Trouver un club près de chez vous
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos

Jeudi 23 Juillet : du chaud, du froid et des promesses

Ce n’est pas l’or des médailles françaises qui a brillé en ce premier jour de championnat, mais bien un soleil de plomb qui a écrasé la compétition ! La délégation française repart à l’hôtel sans récompense, mais riche de belles promesses pour les finales à venir, en particulier sur cent et mille-cinq-cent mètres masculins.

Fondu par les 37° à l’ombre et le soleil éclatant qui chauffe Novi Sad au fer blanc, ce ne sont que des métaphores thermiques qui viennent à l’esprit du malheureux commentateur pour raconter cette première journée des championnats d’Europe juniors. Il faudra qu’il s’habitue - comme les athlètes en compétition - car c’est un joli 39° qui est annoncé pour demain. Le feu, donc. Ce sont les trois représentants français du 1500 mètres, Samir Dahmani du Martigues Sports Athlé, Anass Zouhri de Sud Oise Athlétisme et Bryan Cantero de l’AS Aix-Les-Bains, qui l’ont mis sur la piste. Les deux premiers en sortant en leaders d’une série troublée par les incidents de course - Samir en perdit sa chaussure ! - le troisième en pulvérisant son record perso pour finir beau vainqueur dans la meilleure série. Trois caractères trempés, trois chances de médaille… Le junior première année Samir Dahmani en particulier, impressionnant de contrôle sur une seule jambe. Avec les pointes chaussées jusqu’au bout, ce n’est sa plante de pied qui va chauffer en finale, mais la piste !

La braise n’était pas refroidie que Christophe Lemaitre planait au-dessus du sol brûlant comme un moine bouddhiste en lévitation, claquant dans un style parfait un 10’’26 qui le place comme le grand favori de la finale du 100m. Le Kung Fu master de l’AS Aix-Les-Bains sortait très relax de cette première étape : « Tout est nickel. J’ai envoyé un peu sur la demi-finale pour assurer une bonne place et le temps est bon ». Très fort, très zen. À part lui, tout le monde avait l’œil rivé sur son rival annoncé, le nouveau recordman du monde du 200m en 20’’04, l’Azéri Gulyev. Il est resté loin de son « personnal best » sur la ligne droite et ne s’est pas affiché. Méfiance tout de même, le feu couve peut-être sous la cendre. Au 400m, Martial Mimyem soufflait le chaud et le froid en réalisant une super perf personnelle en qualification, mais, un peu éteint dans l’après-midi par le bouillon ambiant, il ne rééditait pas. « C’est difficile de retrouver les conditions physiques et mentales pour refaire une belle course en suivant ». Une expérience positive néanmoins, et qui lui servira.

Si Laurène Delon se jouait de la chaleur dans la matinée pour signer avec légèreté une bonne sixième place au 10 000m (50'05''37), l’équipe de France était bien refroidie ensuite par les modestes performances du 800m féminin, où Djeneba Camara s’arrêtait au premier tour et Leila Boufaarirane finissait dernière, comme engourdie par l’ambiance. Pas mieux au 400m : Clémence Sorgnard s'est peut-être « griller » à suivre le train d’enfer de la Russe placée devant elle et Elea Mariama Diarra ne prenait qu’une troisième place non qualificative pour la finale. Les perchistes Jade Vigneron et Sandra Biniek bloquées à 3m65 se retrouvent aussi privées de finale. Seules rescapées féminines : les sauteuses en longueur Kathy Turlepin (10e, 6m07)et Valentine Zmuda (6e, 6m20) qui ont passé le cap des qualifications avec succès ainsi que Jessie Saint Marc, qualifiée au temps pour la finale du 100m. Les Français restaient aussi figés, malheureusement, du côté des lancers. Aucune qualification au disque masculin et au poids et marteau féminin. Les décathloniens Jeremy Lelièvre, et Benjamin Fenrich, respectivement 22e et 24 à mi-parcours, signaient eux aussi une journée un peu grise, même si Benjamin retrouvait la flamme en fin de journée avec deux records personnels à la hauteur et au 400m qui l’arrachait à la queue du classement.

Le dernier coup de chaleur ? Il est venu du triple-sauteur Gaetan Saku Bafuanga, cherchant sa qualification dans les feux du soleil couchant. D’abord complètement déréglé, le goéland de Franconville Athlétisme Val d’Oise, faisait du rase motte sur ses deux premiers sauts, arpentant entre les essais la piste avec inquiétude, cherchant obstinément la chaleur des camarades d’équipe massés près de la rambarde pour retrouver le bon souffle, le vent porteur. Dos au mur, il sortait finalement « un saut normal » selon son expression, mais surtout un bond à 16m16 avec une planche plus que large, un nouveau record personnel, et de très loin, qui le propulsait à la seconde place du concours, en position de favori pour une médaille. Un coup de chaud bien négocié qui conclut positivement une journée française finalement… plutôt tiède. « La plus belle peur de ma vie » avoue Gaetan. Il lui reste à connaître la plus grande joie. Demain en finale ? A suivre, dans la chaleur de Novi Sad !

A Novi Sad, Emmanuel Charlot pour athle.com

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS