MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos

Samedi 30 juin : ils ont dit ...

Jérôme Bortoluzzi, 8e de la finale du lancer du marteau avec 74,49 m : « Finaliste dans un grand championnat qui comprend les meilleurs du monde, c’est une belle satisfaction, même si je sais que j’aurais pu faire mieux en me rapprochant de mon record personnel. Une finale de ce niveau, c’est toujours difficile. Mon concours a été très régulier mais il m’a manqué quelque chose techniquement pour me rapprocher de la médaille. »

Lenora Guion Firmin, 1ère de sa série avec le 4x400 m en 3’29’’03, qualifiée : « Quand on a travaillé pendant toute l’année, le principal est de montrer ce que l’on vaut. C’est la première fois que je courais avec des grandes à ce niveau. J’étais assez impressionnée. Avec des adultes, je me sens encore élève. Ca a été une grande surprise pour moi de pouvoir les dépasser. Je me suis sentie bien. »

Floria Guei, 1ère de sa série avec le 4x400 m en 3’29’’03, qualifiée : « J’étais un peu surprise qu’on soit devant quand on a m’a passé le témoin. C’est la première fois que je me retrouvais dans la position de la meneuse. J’ai relancé quand j’ai senti que ça revenait et tout s’est bien passé. Réaliser le meilleur temps des séries, ça donne envie de faire encore mieux. »

Blandine Maisonnier, 10e de l’heptathlon avec 6009 points : « C’est top pour une première sélection en équipe de France senior de passer les 6000 points. On se dit toujours qu’on pouvait faire mieux. Mais je me dis que si on met toutes mes meilleures performances bout à bout, j’ai les minima pour les Jeux olympiques dans les jambes. »


Johanna Danois, 8e de la finale du 200 m en 23’’61 : « J’ai vécu un cauchemar ! C’était pire qu’hier, avec la pluie et le vent. Il ne manquait que la neige ! Je suis quand même satisfaite. Il y a une Française sur le podium et, moi, je ferme la porte. Même si les performances n’ont pas été au rendez-vous, je suis finaliste et je fais donc partie des huit meilleures européennes. Je reste sereine. Je suis sûre qu’on me reverra. »

Myriam Soumaré, médaillée de bronze sur 200 m en 23’’21 : « J’ai le sourire. Les journalistes sont un peu déçus apparemment mais ça reste une troisième place. J’aurais préféré repartir avec le titre mais je suis encore en phase de travail. Il me manque vingt mètres. Je me crispe. Je donne rendez-vous dans deux ans. Je ne serai plus la femme à battre. J’arriverai aux J.O comme un oiseau et je serai prête à voler. C’est joli, non ? »

Vanessa Boslak, 6e de la finale du saut à la perche avec 4,50 m : « Cela faisait deux jours que je cogitais pour savoir si j’allais faire la finale. J’ai très mal au talon. A l’échauffement, je ne savais pas encore si j’allais sauter. Dans le feu de l’action, j’avais envie d’y aller. Au final, c’était une prise de risque inutile vu la place. Je suis déçue car le niveau n’était pas très élevé. Je change de perche à 4,60 m et j’ai du mal à la déplacer. J’aurais dû garder une perche plus souple. Je subirai une infiltration lundi si je ne peux pas avoir un rendez-vous en Allemagne. »

Denis Mayaud (avant d’apprendre sa disqualification sur 10 000 m) : « Ca a été plus que laborieux. Je n’imaginais pas me sentir aussi mal. La place et le temps sont nuls. J’ai eu du mal à me placer dans le peloton. Il n’y a pas grand-chose de positif à retenir de la compétition. Le seul enseignement, c’est que la piste est plus ou moins finie pour moi. Je vais me tourner vers la route. »

Antoinette Nana Djimou, championne d’Europe de l’heptathlon avec 6544 points : « Je suis un peu satisfaite. C’est bien de décrocher une médaille ici. Mais la plus belle, ce sera à Londres. C’est cool. C’est bien d’avoir prouvé que je pouvais faire quelque chose en grand championnat. Les filles ont maintenant un peu plus peur de moi et j’ai plus confiance en moi. Je peux encore gagner deux cents points. J’ai perdu beaucoup de points au poids. »

Gregory Beugnet, 7e de sa série du 1500 m en 3’46’’53 : « Je suis tout prêt, c’est rageant ! J’ai été bien toute la course. J’ai commencé à accélérer à trois cents mètres de l’arrivée. Mais l’Espagnol est passé en même temps et m’a freiné dans mon accélération. J’ai vu deux gars me passer dans la ligne droite. J’ai quand même tiré les leçons des quelques erreurs que j’avais commises lors des Mondiaux en salle. Ca a frité et ça n’est malheureusement pas passé. »

Romain Mesnil, éliminé en qualifications du saut à la perche (aucune barre franchie) : « Je touche en montant à mon premier essai. La perche avec laquelle j’ai franchi 5,72 m cette année était presque trop souple. Je n’ai pas réussi à me lâcher sur les deux sauts suivants. Si je ne commence pas mon concours à 5,55 m, c’est que je n’ai pas grand-chose à y faire à mon niveau. Je ne suis pas là pour faire les choses à moitié. A part la honte, je ne vois pas trop ce qu’il y a retenir de ce concours. Ce n’est pas glorieux. Mais c’est mon métier de rebondir. »

Ladji Doucouré, 4e de sa série du 110 m haies en 13’’96 : « Mon ralentissement a été très voire trop prononcé. Il y a trois tours. J’avais envie d’être en super forme demain et que la série ne laisse pas de traces. Mon départ a été pas mal. Mais à partir de la cinquième haie, je m’arrête et je décélère. Je ne m’inquiète pas. Peut-être que je vous ai fait peur à vous. Excusez-moi (rires) ! »

Renaud Lavillenie, 1er des qualifications du saut à la perche avec 5,55 : « C’est la première fois que je passe les qualifications avec un seul saut, même si c’est une barre plus basse que d’habitude. C’est bien pour le moral. Les conditions étaient correctes. L’enjeu, demain, ça va être de vraiment commencer à se préparer pour les Jeux olympiques. Je ne compte pas redonner le titre. Il faudra que je me méfie en priorité des trois Allemands. »

Garfield Darien, 1er de sa série du 110 m haies en 13’’46 : « J’avais vraiment la patate dès le départ. Un peu trop d’ailleurs, avec le vent de face. J’ai été assez vite en tête. La piste est vraiment rapide et renvoie beaucoup. 13’’46 en étant vraiment tranquille, c’est bien. Le Russe est en forme, moi aussi. Je suis content que tout le monde soit là, à part Turner. »

Samuel Coco-Viloin, 3e de sa série du 110 m haies en 13’’72 : « Ca a été un premier tour facile. Je n’ai pas pris un très bon départ. Je fais une bonne faute à la troisième ou la quatrième haie. J’en vois deux devant et j’assure la troisième place sans prendre de risques. Demain, je serai bien mieux réveillé. »


Mélina Robert-Michon, 3e des qualifications du lancer du disque avec 61,86 m, qualifiée : « J’étais très confiante après mon premier essai, à presque cinquante-huit mètres alors qu’il n’était pas bon techniquement. Il fallait juste que je me détende. On a toujours un peu d’appréhension avant des qualifications. J’ai fait un troisième jet pour prendre des repères. C’est bon pour la confiance. Pour la finale, il y en a deux vraiment au-dessus. Derrière, on est six ou sept entre soixante-deux et soixante-quatre mètres. Ca va être une belle bataille. »

Carima Louami, 2e, avec le 4x100 m, de sa série en 43’’12, qualifiée : « Je pense que la mission est accomplie. Niveau chrono, c’est plutôt pas mal. Les passages ont été assurés. J’ai senti que le virage était serré mais j’ai su rectifier ma trajectoire. Le podium est largement envisageable. C’est un travail à six. Chacun a fait sa part de travail. »


Jennifer Galais, 2e, avec le 4x100 m, de sa série en 43’’12, qualifiée : « C’est une très bonne expérience. Je n’ai pas paniqué et je suis restée concentrée. Sur la piste, l’âge, on s’en fout. Mais c’est sans doute un passage qu’on ne reverra pas souvent. Avec Christine, j’ai dix-neuf ans d’écart ! J’ai vraiment eu de bonnes sensations, sauf en sortie de virage où je me suis écrasée. »

Florian Carvalho, 4e de sa série du 1500 m en 3’41’’50, qualifié : « Je me suis accroché et même dépouillé. Je ne me sentais pas super bien mais je n’étais pas forcément mal. J’ai bien couru jusqu’à quatre cent cinquante mètres de l’arrivée. Après, j’ai été bloqué. J’ai attendu les cent vingt derniers mètres. C’était un peu risqué mais c’est passé. Tant mieux ! J’espère être mieux placé demain dans l’emballage final. »

Hind Dehiba Chahyd, 8e de sa série du 1 500 m en 4’12’’79, éliminée : « J’ai mal au tendon gauche depuis trois mois. Ca a été un vrai obstacle pour ma préparation et, en compétition, c’est encore pire. J’arrive un peu à limiter les dégâts mais ce n’est pas vraiment ce que je voulais. C’est malheureux mais c’est comme ça. Une blessure, on ne peut pas l’éviter quand on veut. J’ai mal à l’accélération, dès qu’il y a des à-coups. »

Pierre-Alexis Pessonneaux, 1er, avec le 4x100 m, de sa série en 39’’01, qualifié : « Je découvre un peu le virage. Le passage a été vraiment assuré. Par sécurité, j’ai préféré attendre Christophe. Cela ne servait à rien de prendre des risques. Par rapport à nos marques de club, on avait enlevé un petit pied, en tenant compte du virage qui tournait sec. L’objectif demain, ce sera le titre. »

Emmanuel Biron, 1er, avec le 4x100 m, de sa série en 39’’01, qualifié : « On se pose trop de questions sur ces virages qui s’abordent finalement plutôt bien. Je suis bien parti, en poussant longtemps et rentrant bien dans le virage. J’arrive relativement bien sur Christophe. Le passage s’est fait en toute simplicité, en milieu de zone. Je me suis même permis d’attendre un peu pour qu’il puisse se lancer. Demain, si tout va bien, je décrocherai ma première médaille avec l’équipe de France. »

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS