MON ACCÈS

Dimanche 22 Juin : Ils ont dit...

Les relayeurs du 4x400 m hommes, deuxièmes en 3’03’’05 : « Avant la course, tout le monde nous répétait : un point, un point ! On s’est tous passé le mot. On a kiffé et on fait une seconde de moins qu’aux Bahamas. Ça prouve qu’on est dans une forme ascendante. Ce final à suspens, c’est un petit plus. Ça donne un spectacle encore plus beau ! »

Renaud Lavillenie, vainqueur du concours du saut à la perche avec 5,62 m : « C’était juste horrible ! Aujourd’hui, c’était impossible de sauter et même dangereux. Ce n’était pas du vent mais une tornade ! Un coup le vent était de face, l’autre il était de côté. C’était impossible à contrôler. Au deuxième essai à 5,72 m, j’ai failli me faire une cheville sur le tapis. D’autres athlètes ont des « retours piste ». Je suis content d’avoir réussi à aller chercher la victoire sur un saut. L’important, c’était les douze points. Mais je suis quand même frustré. Je commence à être en forme et je ne peux pas m’exprimer. J’attends le mois de juillet avec impatience ! »

Yoann Kowal, vainqueur du 3000 m steeple en 8’25’’50 : « Je vais me faire défoncer par mon coach ! Dans la dernière ligne droite, je n’ai pas vu le chrono qui était bloqué et je rate pour une demi-seconde les minima pour Zurich. Je remercie Philippe Dupont, qui m’a fait confiance malgré ma rentrée en 8’35. Aujourd’hui, avec l’expérience que j’ai acquise en championnats, j’arrive à prendre mes responsabilités. Je me suis surpris moi-même, en lâchant des gars en 8’16. Maintenant, je vais tenter de concrétiser des années de travail en allant chercher une breloque à Zurich avec Mahiedine. Cette première victoire lors des championnats d’Europe par équipes me met en confiance. »

Pierre-Ambroise Bosse, quatrième du 800 m en 1’46’’46 : « Aujourd’hui, j’ai joué et j’ai perdu. Je félicite l’Allemand, qui a eu beaucoup de panache. J’ai été battu à la loyale. Je n’ai pas forcément beaucoup travaillé ma pointe de vitesse. Malgré tout, je me sentais fort. Je me suis mis des balles et j’ai fait le yo-yo. D’ailleurs, je vais me faire engueuler ! Il n’y a pas d’inquiétude car je n’ai pas encore bossé les changements d’allure à l’entraînement. Je vais me préparer à gagner ce genre de course dans les futures semaines. »

Cindy Billaud, vainqueur du 100 m haies en 12’’66 (+1,8m/s) : « Je ne fais pas encore une course très propre. Il y a des erreurs techniques. Je tape les haies, comme le montrent les traces sur mon genou. Mais il était important que je tienne mon rang. Il faut que je continue à marquer les esprits, en montrant que je suis dans le game. Je ne dois pas me relâcher et garder la tête sur les épaules. »


Jessica Cérival, cinquième du lancer du poids avec 17,33 m : « Je suis contente et j’ai la pêche ! Je rapporte sept points en terminant cinquième, alors que j’étais huitième aux bilans On est là pour l’équipe ! Dans ce genre de compétition, rien n’est acquis d’avance. J’adore ça, je suis sur les nerfs. Plus le temps passe, plus je deviens compétitrice. Il me manque encore trente centimètres pour Zurich mais je sens que les ai au bout des doigts. Lancer ici, en Allemagne, c’est kiffant. Pour nous, c’est le pays rêvé ! Il y avait une ambiance de folie. »

Pascal Martinot-Lagarde, troisième du 110 m haies en 13’’35 (+1,0 m/s) : « C’est la deuxième claque que je prends, après le meeting d’Ostrava. J’ai commis des erreurs techniques, alors que les autres font une très bonne course. Dès le début, j’explose une haie et je fais des zigzags. Et quand mon quatre appuis se dérègle, c’est super dur de se rattraper. Je suis déçu pour l’équipe de France. C’était « the » année où je pouvais rapporter douze points. C’est dommage… »

A Braunschweig, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS