MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos

Cooly, la vache sacrée

Si la Hollandaise Dafne Schippers, auteur d’un formidable doublé 100 m-200 m, a déjà marqué de toute sa classe ces championnats  d’Europe, la grande vedette de la compétition s’appelle Cooly. La mascotte zurichoise, à chacune de ses apparitions dans le Letzigrund, est acclamée.

Rencontrer Cooly est un parcours du combattant. C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Athlix, la mascotte de la Fédération française d’athlétisme, en retrouvant la célèbre vache sur le toit du Letzigrund grâce à une longue et durable relation. Par e-mail, mais c’est dans l’aire du temps. Dans l’enceinte zurichoise, le malheureux Athlix avait du mal à se mouvoir, comparé à la dextérité de Cooly. C’est que la mascotte française doit se trimbaler un moteur et un ventilateur, qui gonfle le costume. Forcément encombrant. La tenue de Cooly, elle, est beaucoup plus près du corps.

L’organisation suisse, qui a le sens du marketing et donc du mystère, refuse toute demande d’interview. Mais elle a accepté de fournir quelques informations aux medias. Les performances sportives de la vache ont en effet impressionné tous les observateurs. Car pour franchir 1,40 m au saut en hauteur et effacer une barre à plus de 2,50 m à la perche, tout en portant un costume de sept kilos, il faut des qualités athlétiques très au-dessus de la moyenne.

Qui se cache à l’intérieur de Cooly ?
Des professionnels du spectacle qui sont, au choix, artistes de cirque, pantomimes ou imitateurs. Ils ont suivi un entraînement spécifique, doivent mesurer 1,80 m et prennent une pause toutes les trente minutes. Ils boivent entre six et huit litres par jour. Leur rôle ? Mettre l’ambiance, en poussant les spectateurs à encourager les athlètes et en déclenchant, par exemple, des olas. Mais ils sont aussi là pour faciliter le déroulement de la compétition, en demandant, entre autres, au public de faire moins de bruit avant le départ d’une course. Une mécanique bien rôdée, avec des scénarios très écrits même si les performances donnent une impression d’improvisation. D’ailleurs, pour éviter tout incident, les mascottes sont reliées en permanence par oreillette à un coordinateur, et sont suivies comme leur ombre par un assistant.

On n’en saura pas plus sur Cooly, si ce n’est qu’il a fallu deux mois et une équipe de quatre à six personnes pour concevoir les costumes, dans une entreprise canadienne spécialisée dans la fabrication de mascottes.

La stratégie de l’organisation zurichoise porte déjà ses fruits. Les représentations miniatures de la célèbre vache se vendent comme des petits pains. Et le Weltklasse, le célèbre meeting Diamond League, fera à nouveau le plein le 28 août, en attirant sans doute quelques spectateurs venus d’abord pour voir… Cooly.

A Zurich, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS