MES ACCÈS

A une semaine du début du grand rendez-vous continental, premier volet de la présentation des athlètes tricolores en lice à Berlin, avec les sprinters alignés sur 100 m, 200 m et 400 m.

100 m
Un leader et des jeunes loups

Quatre hommes ont couru en moins de 10’’ cette année sur le Vieux continent et deux d’entre eux se partagent la meilleure performance européenne de l’année en 9’’91 : Jimmy Vicaut et le Britannique Zharnel Hugues. Deuxième en 2012 et troisième en 2016, le sprinter de la Sco Sainte-Marguerite Marseille n’aspire qu’à une chose : décrocher enfin le titre européen. Deuxième du meeting de Paris le 30 juin, date où il a signé son meilleur chrono de l’année, le recordman continental s’est ménagé depuis les championnats de France Elite, où il avait ressenti une légère gêne musculaire, pour arriver en pleine possession de ses moyens dans la capitale allemande.

Chez les femmes, Carolle Zahi (Pays de Fontainebleau) a encore confirmé sa montée en puissance en signant un superbe 11’’01 à Albi lors des joutes nationales, en emmenant dans son sillage la revenante Orlann Ombissa-Dzangue (Sco Sainte-Marguerite Marseille), chronométrée en 11’’06. Reproduire une telle performance en finale pourrait leur assurer une place sur le podium, même si les prétendantes aux bouquets ne manquent pas, avec la Britannique Dina Asher-Smith, vainqueure du 200 m en 2016, la Suissesse Mujinga Kambundji, et la tenante du titre hollandaise Dafne Schippers.

Pour le virevoltant Amaury Golitin (EC Orléans CJF), le champion de France Marvin René (Sco Sainte-Marguerite Marseille) et l’ambitieuse Orphée Néola (Athlétisme Le Bourget Drancy), la tâche ne sera pas aisée pour se glisser dans le top 8 à l’occasion de leur première expérience à ce niveau, mais ils ont les armes pour le faire.

200 m
Objectif finale

Aux bilans européens de l’année, Stuart Dutamby occupe le douzième rang, à trois athlètes par pays. L’élève de Dimitri Demonière, cinquième des championnats d’Europe espoirs de la discipline en 2015 à Tallinn, connaîtra à cette occasion sa première sélection en individuel lors d’un grand championnat. Il n’est pas un novice pour autant, puisqu’il compte déjà six sélections en A, principalement avec le relais 4x100 m. Impressionnant avec un 20’’41 claqué sans vent à Genève début juin, il avait dû renoncer à prendre le départ des championnats de France à Albi. Ses deux courses sous les 20’’50 cette saison lui laissent toutefois des portes ouvertes vers une demi-finale, son objectif minimal.

A ses côtés, Meba-Mickael Zeze (Sco Sainte-Marguerite Marseille), redoutable vireur, n’a pas (encore ?) retrouvé son niveau de 2017 (20’’47) sur le demi-tour de piste cette saison, mais il a amélioré son record personnel sur la ligne droite en prenant la deuxième place de la finale des France à Albi en 10’’16, signe qu’il est en bonne forme. A son meilleur niveau, il peut, lui aussi, espérer entrer en finale.

400 m
Gueï veut re-goûter au podium

Deuxième à Amsterdam il y a deux ans, Floria Gueï (Entente Sud Lyonnais) avait connu l’ivresse de la boîte en solo, qu’elle avait longuement attendue. Championne d’Europe en 2014 à Zurich avec le relais 4x400 m, au terme d’un finish resté dans les annales, elle aimerait bien renouer avec la médaille d’or en extérieur, dix-huit mois après avoir remporté les championnats d’Europe indoor à Belgrade. En Serbie, elle avait notamment devancé la Suissesse Léa Sprunger, qui détenait alors la meilleure performance des engagées. Ce sera encore le cas à Berlin, et si l’Helvète semble au-dessus du lot sur le plan chronométrique (50’’52 à La Chaux-de-Fonds et plus de quatre dixièmes de marge sur ses dauphines), on la sait sensible à la pression.

Derrière, ce sont pas moins d’une quinzaine de filles qui peuvent légitimement ambitionner de toucher du doigt les trois premières places. Il faudra pour cela bien gérer l’enchaînement des tours pour ne pas se faire avoir. Expérimentée, Floria sait gérer ce genre de rendez-vous. Créditée d’un meilleur chrono de 51’’52 cet été en finale des championnats de France, elle avait clairement indiqué sa joie d’avoir « retrouvé ma petite musique et mon rythme, sans être à mon maximum pour autant ». Cela lui laisse tous les espoirs.

Etienne Nappey pour athle.fr

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS