MES ACCÈS

Les hurdlers à suivre

A six jours du début des Mondiaux (27 septembre au 6 octobre), présentation, épreuve par épreuve, des hurdlers tricolores en lice au Qatar.

100 m haies / 110 m haies : Tenir le rythme

Pour Solène Ndama (Bordeaux Athlé), la meilleure performeuse française de la saison sur 100 m haies (12’’79), ses ambitions sur cette épreuve dépendront grandement de ses résultats obtenus sur l’heptathlon deux jours plus tôt. Si elle parvient à récupérer correctement de ses efforts multiples, la Bordelaise aimerait répéter ce qu’elle avait réalisé à Berlin lors des championnats d’Europe, où elle avait battu son record en séries et en demi-finales pour se frayer un chemin jusqu’à la finale. Ses camarades de jeu Laura Valette (Nantes Métropole Athlétisme, 12’’87) et Fanny Quenot (Lyon Athlétisme, 12’’96) peuvent envisager de se sortir des séries si elles améliorent leur chrono de référence.

Chez les hommes, les trois Français nourrissent de légitimes ambitions célestes. Régulier toute la saison, avant qu’une blessure ne vienne le freiner dans la dernière partie de sa préparation, Wilhem Belocian (Stade Lamentin, 13’’28) a rivalisé avec les meilleurs cette année, et un vent trop fort l’a privé d’un gros chrono en finale des championnats de France. Son compère Pascal Martinot-Lagarde (ES Montgeron) est monté en puissance après avoir retardé sa rentrée, et pointe actuellement au dixième rang aux bilans mondiaux, avec 13’’24. Lui aussi champion d’Europe, deux ans avant PML, Dimitri Bascou (US Créteil, 13’’45) a retrouvé la lumière cette année, après avoir mis de côté ses blessures. S’il retrouve ses repères de 2016, le médaillé olympique sera un client très sérieux.

400 m haies : Créer la surprise

Quatrième des championnats d’Europe l’an passé à Berlin, Ludvy Vaillant (AC Saléen) occupe le même rang dans la hiérarchie mondiale 2019, grâce à son excellent chrono de 48’’30 au meeting de Paris le 24 août. Le problème, pour le Martiniquais, est que les trois hommes qui le devancent semblent sur une autre planète : Karsten Warholm (46’’92), Rai Benjamin (46’’98) et le local Abderrahman Samba (47’’27) sont des recordmen du monde en puissance, même si l’état de santé réel du dernier cité est incertain depuis quelques semaines. Quoiqu’il arrive, il faudra à Vaillant évoluer à son meilleur niveau pour entrer en finale, dans une épreuve qui compte pas moins de huit athlètes sous les 48’’50 cette saison. Sa capacité à se préparer pour le bon moment devrait l’y aider. Il sera accompagné par le champion d’Europe espoirs de la spécialité, Wilfried Happio (CA L’Haÿ-les-Roses), qui a porté son record à 49’’03 à Gävle (Suède), avant de conquérir une première couronne nationale chez les Elite. Lui aussi entend bien passer sous les 49’’, pour passer au moins un tour et prendre de l’expérience. Reste à remporter la course contre la montre qu’il a entamée après s’être blessé juste avant le meeting de Paris, le 24 août.

Etienne Nappey pour athle.fr

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS