MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos

Achetez votre revue ou abonnez-vous en ligne en cliquant ici

NUMÉRO 588 - AOÛT-SEPTEMBRE 2020

Kevin Mayer raconté par Thomas Mayer

A l’occasion des cent ans de la FFA, Athlétisme Magazine consacre un grand dossier aux cent athlètes ayant marqué l’histoire de l’athlétisme français. Gros plan sur six d’entre eux, à travers le regard de proches, adversaires ou amis les ayant côtoyés de près. Sixième et dernier volet avec le recordman du monde du décathlon Kevin Mayer, vu par son frère Thomas, qui travaille depuis un peu plus de trois ans pour lui.

« Nous sommes quatre frères dans la famille : Sébastien, notre demi-frère, qui a 41 ans, puis moi, qui ai 30 ans. J’ai deux ans et demi de plus que Kevin, qui a lui aussi le même écart d’âge avec notre petit frère, Thibaut. Nos parents étaient profs de sport. Kevin, Thibaut et moi, on a passé énormément de temps ensemble. On jouait à la console, on faisait des balades, du skate, du vélo, on grimpait aux arbres. On passait beaucoup de temps dehors, dans la rue de notre petit village près de Valence. On a toujours eu les mêmes centres d’intérêt, autour de la nature et de l’effort physique.
Côté caractères, Kevin et moi, on était complètement antinomiques. Lui avait déjà un esprit de compétition exacerbé. Alors que moi, je n’en avais rien à faire de perdre ou de gagner. Beaucoup de gens me demandent souvent si ça n’est pas trop dur de grandir dans l’ombre de Kevin. Mais je m’en moque, je suis juste content qu’il réussisse. Pendant notre enfance, je ne me sentais pas investi d’un rôle de grand frère. Mais Kevin m’a confié qu’il avait bien cette vision de moi. Il me prenait beaucoup en exemple. Si je lui demandais de faire un backflip (un saut périlleux arrière) pour retomber dans l’eau cinq mètres plus bas, il faisait tout pour m’impressionner.
Quand Kevin est devenu champion du monde cadets à Bressanone (Italie) en 2009, je me suis dit qu’il allait peut-être devenir professionnel et vivre de l’athlétisme. L’enjeu et la pression ont commencé à monter, donc, avec ma famille, on a commencé à être plus présents pour le soutenir. Je me souviens du Décastar à Talence en 2012. C’est là que j’ai pris conscience de son niveau. En étant de plus en plus proche de Kevin, j’ai découvert de nouvelles facettes de lui, comme son jusqu’au-boutisme et son envie d’aller toujours plus loin.
Quatre ans plus tard, j’étais chef de produit à Paris quand la carrière de Kevin a commencé à exploser après sa médaille d’argent aux Jeux de Rio. Il avait en tête depuis longtemps la Mayer Experience (NDLR : un événement pour promouvoir le décathlon en dehors des stades). Il m’a proposé de commencer à travailler dessus de manière bénévole. Je m’éclatais mais au bout de cinq, six mois, il s’est avéré que je bossais presque plus pour Kevin que pour mon employeur. On a eu une discussion et je lui ai suggéré de travailler pour lui pendant un an pour commencer. Il a accepté et ça fait maintenant trois ans qu’on bosse ensemble. Ça se passe super bien.
En compétition, je gère les relations avec ses partenaires et je m’occupe de sa communication sur les réseaux sociaux, car il n’a pas le temps de le faire, mais j’ai d’abord un regard de grand frère sur ce qu’il est en train de faire. Je suis là pour le soutenir. À Doha, j’étais vraiment triste et dégoûté pour lui. La déception n’est pas passée en une nuit. Kevin, lui, est très factuel. Il se dit qu’il a fait de son mieux et que ça ne sert à rien de ressasser.
Je suis vraiment libre. 90 % du temps, il ne sait pas ce que je fais. Il a confiance en moi. On a gardé cette relation fraternelle. Pour le moment, je n’ai pas du tout l’impression d’avoir en face de moi un patron. Je suis un “grand frère professionnel”, comme il dit. »

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer

Kevin Mayer
Né le 10 février 1992
12 sélections en équipe de France A
Recordman du Monde du décathlon avec 9126 pts et recordman d'Europe en salle de l'heptathlon en salle avec 6470 pts
Champion du monde en 2017
Champion du monde en salle en 2018
Vice-champion olympique en 2016
Champion d'Europe en salle en 2017
Vice-champion d'Europe en 2014


Accueil n° 588
Les autres revues

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS