MES ACCÈS
Les 100 qui ont fait l’athlé français : Le gratin des runners

Découvrez, en vidéo et biographies, les runners et runneuses tricolores ayant marqué de leur empreinte l’histoire de notre sport. De C, comme Chaverot, à V, comme Vernet.

Caroline Chaverot

L’éclectique

Après l’escalade et le kayak, c’est en trail que la Suissesse se distingue, cette fois sous les couleurs de la France, où elle vit et a fait sa vie. Deuxième des Mondiaux d’Annecy en 2015, elle gagne un rang en 2016 au Portugal, trois mois après sa victoire à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc. Elle a ensuite collectionné les succès sur de nombreux formats, avant d’être stoppée par les blessures.

Erik Clavery

De la piste aux 24h

Fils de profs de sport, Érik Clavery tâte très tôt de l’athlétisme traditionnel, même si c’est par la suite en trail qu’il s’illustrera. Champion du monde en 2011 en Irlande, il a multiplié les places d’honneur dans les épreuves les plus prestigieuses dans les années 2010, avant de se convertir aux 24 heures, dont il a pris la quatrième place des championnats du monde en 2019, avec un record de France porté à 272,217 km.

Sylvain Court

Couronné à domicile

Venu du VTT, Sylvain Court brille de pleins feux en 2015 autour du lac d’Annecy, en remportant les championnats du monde de trail qui font entrer cette compétition dans une nouvelle dimension, au nez et à la barbe du très solide Luis Alberto Hernando. De nouveau sur le podium l’année suivante au Portugal (médaillé de bronze), il a depuis basculé sur les plus longues distances et l’ultra, en parallèle d’une carrière militaire très exigeante.

Yannick Djouadi

La météorite du 100 km

Une carrière brève mais fulgurante a propulsé l’ancien cycliste Yannick Djouadi parmi les champions du monde français en athlétisme. Troisième des championnats d’Europe des 100 km en 2006 à Torhout, il écrit sa légende moins de quatre mois plus tard aux Mondiaux à Séoul. En prenant le risque de partir vite, il ne craque pas quand ses rivaux commencent à souffrir de la chaleur, et devient champion du monde en 6h38’41’’.

Anne-Cécile Fontaine

La métronome

En quatre éditions des championnats du monde des 24 heures, Anne-Cécile Fontaine a remporté pas moins de trois médailles, dont deux en or (en 2009 à Bergame et en 2010 à Brive). Un exploit majuscule compte-tenu de l’exigence extrême de la discipline, dont elle détient toujours le record de France avec 243,644 km. À l’époque, Mondiaux et championnats d’Europe étaient joints, si bien qu’elle compte donc deux couronnes continentales à son tableau de chasse.

Maud Gobert

La taulière

Patronne du trail hexagonal au tournant des années 2010, la Savoyarde au caractère bien trempé remporte les championnats du monde en 2011, sur les sentiers du Connemara et porte ses coéquipières vers un sacre par équipes. La même année, elle s’offre la victoire lors de l’épreuve mythique des Templiers. Elle sera à nouveau de l’équipe de France championne du monde en 2015, a gagné trois fois la 6000 D et quatre fois la SaintéLyon.

Isabelle Guillot

Madame montagne

Quatre fois vainqueure du trophée mondial de course en montagne (l’ancêtre des championnats du monde, en 1989, 1993, 1996, et 1997), et cinq autres fois sur le podium en individuel entre 1988 et 2006, Isabelle Guillot incarne la course en montagne de la fin du XXe siècle. Ayant porté le maillot bleu jusqu’à 47 ans, elle a également brillé sur marathon et semi-marathon au début des années 1990.

Blandine L’Hirondel

Tube de l’été 2019

Révélation de l’année dernière et sortie de nulle part ou presque, Blandine L’hirondel survole les championnats du monde de trail à Miranda do Corvo (Portugal) quelques semaines seulement après avoir pris sa première licence, sur insistance de l’équipe technique nationale, qui avait décelé son immense potentiel. Médaillée de bronze des Mondiaux de course en montagne (en version longue) la même année en Patagonie.

Nathalie Mauclair

À l’aise partout

Championne du monde de trail en 2013 sur un tracé roulant au Pays de Galles, la Mancelle récidive deux ans plus tard à Annecy, sur un terrain de jeu bien plus montagneux, qu’elle ne croyait pas fait pour elle. Pilier de l’équipe de France jusqu’en 2018, elle compte deux éditions de la Diagonale des Fous à la Réunion (2013 et 2014), et l’UTMB (2015) à son palmarès XXL.

Adeline Roche

Du bitume aux chemins

Marathonienne et crosseuse de formation, Adeline Roche trouve dans le trail le terrain d’expression idéal pour ses qualités de coureuse. Championne du monde individuelle et par équipes en 2017 à Badia Prataglia, au terme d’une superbe course de l’armada française, elle connaît un passage à vide avant de signer un retour à son meilleur niveau avec une deuxième place aux championnats du monde de course en montagne (version longue) en 2019 en Argentine.

Anne-Marie Vernet

L’or dès sa première

Pour sa première sélection internationale, la Ligérienne de Velay Athlétisme s’offre rien de moins que le titre mondial des 24 heures en 2008 à Séoul, avec 239,685 km. Elle est depuis lors une pilière de l’équipe de France de la spécialité, et défie le temps et les années en même temps que les horloges. À ce jour, elle compte trois médailles collectives en dix grands championnats.

--------------------

Episode 7 : Les costauds des combinées
Episode 6 : La fine fleur des lanceurs
Episode 5 : Le gotha des sauteurs
Episode 4 : Les patrons du fond et de la marche
Episode 3 : Les rois du demi-fond
Episode 2 : Les hurdlers au sommet
Episode 1 : Les sprinters en haut de l’affiche

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS